Ces particularismes locaux qui se dérégionalisent

Dans ce nouveau billet, je ne reviendrai pas sur ces régionalismes qui disparaissent (j’en parlais dans ce billet et dans celui-ci, tous deux liés aux survivances des parlers galloromans en français), mais sur ceux qui gagnent du terrain, et qui devraient se retrouver, d’ici quelques années, dans les pages des dictionnaires du français de France les plus diffusés, sans marque « régional » ou « diatopique ».

Pour réaliser les cartes de ce billet, nous avons puisé dans les tables générées à la suite de sondages de la série Quel français régional parlez-vous?, sondages auxquels plusieurs milliers de participants ont pris part entre 2015 et aujourd’hui. En pratique, chaque carte a été réalisée à partir des données d’au moins 7.000 participants ayant déclaré avoir passé la plus grande partie de leur jeunesse en Belgique, en France ou en Suisse. Techniquement, nous avons réalisé les cartes avec le logiciel R, à l’aide des packages ggplot2 et raster. Les fonds de carte ont été rapatriés de la base GADM. Pour les palettes de couleur, c’est sur ce site. Si vous voulez en savoir plus, n’hésitez pas à contacter l’auteur.

Je commenterai quatre particularismes locaux qui se sont dérégionalisés – ou sont en passe de l’être.

cagole

Le mot cagole est emblématique du français régional de Marseille et de sa région. Il est assez récent dans l’histoire du français. D’après le Dictionnaire des Régionalismes de France, il apparaît pour la première fois dans la littérature en 1906, comme synonyme de « prostituée ». Pendant des décennies, le mot cagole est employé comme une insulte (dans Le Français de Marseille 1931; Le parler marseillais 1986; Le parler provençal 1988), mais le sens de « prostituée » se perd, et finit par être signalé comme vieilli dans les dictionnaires de régionalismes plus récents (Dictionnaire des Régionalismes de France 1999; Dictionnaire du marseillais 2003).

L’origine du mot est incertaine. On sait que dans la langue provençale, le correspondant cagoulo désignait un vêtement long. Selon une hypothèse largement relayée dans les dictionnaires du français de la région de Marseille et ses environs (v. ci-dessus), c’est ce genre de vêtement que portaient naguère les ouvrières qui travaillaient dans les usines d’empaquetage de dattes, et qui arrondissaient les fins de mois en faisant le trottoir. C’est donc par métonymie que le vêtement a fini par dénommer la personne qui le porte.

Aujourd’hui, le mot cagole désigne une fille vulgaire et volontairement outrancière, qui aime se faire remarquer. C’est d’ailleurs cette définition qu’en donnent les lexicographes du Larousse (le mot est entré dans l’édition 2012) et du Robert (le mot est entré dans l’édition 2013, d’après l’excellente base corpus DiCo).

>> LIRE AUSSI: Survivances des parlers provençaux en français, épisode 2 : le mot ‘dégun’

Le terme n’a plus rien d’une insulte, et la cagole occupe désormais dans notre société une position sociale remarquable et remarquée: Slate y consacrait un article; Canal+ a même réalisé un documentaire sur le sujet; quant à l’humoriste et YouTubeuse Laura Calu, elle en a fait l’un de ses personnages phares de ses sketchs (les vidéos où elle interprète Mélanie La Cagole dépassent régulièrement les 2 millions de vues).

Les données de nos enquêtes nous permettent de montrer, pour la première fois dans l’histoire du français, que l’aire de cagole aujourd’hui s’étend bien au-delà des frontières de la cité phocéenne et sa région:

Figure 1. Vitalité et aire d’extension du mot cagole dans la francophonie d’Europe, d’après les enquêtes Français de nos Régions (euro-7, 2017/2018). Les symboles carrés donnent la position des centres urbains d’arrondissements en France et en Belgique, de districts en Suisse. Les couleurs varient en fonction des pourcentages de réponses positives/négatives à la question : « Utilisez-vous le mot cagole au sens de ‘fille vulgaire et exubérante’? » (échelle: 0 à 100%).

Bien sûr, c’est dans le Sud-Est que les valeurs maximales sont atteintes (Marseille et ses alentours sont en mauve très sombre). Le reste du Midi de la France (Toulouse résiste), comme la Corse, affichent des valeurs moyennes relativement élevées (mauve plus clair), ce qui indique que le mot y est fort répandu. Ailleurs, les pourcentages indiquent une vitalité moindre, mais gageons que ce n’est qu’une affaire de temps pour que ce mot soit connu de tous!

carabistouilles

Le mot carabistouille s’emploie surtout au pluriel, notamment dans l’expression « raconter des carabistouilles », où il est synonyme de « sornettes, balivernes, bobards ». Dans les dictionnaires du français central comme dans les dictionnaires régionaux, carabistouille est signalé comme un particularisme linguistique emblématique des régions du Nord-Pas-de-Calais et de Wallonie.

Sur le plan étymologique, le Dictionnaire des Belgicismes fait l’hypothèse qu’il s’agirait d’une composition ancienne, mêlant la forme cara– (d’origine obscure) et bistouille (qui désigne un mauvais alcool).

Les données de notre enquête confirment que c’est dans cette région de la francophonie d’Europe qu’on a le plus de chance d’entendre le mot carabistouille. Elles montrent aussi qu’ailleurs en France, le mot est loin d’être inconnu:

Figure 2. Vitalité et aire d’extension du mot carabistouille dans la francophonie d’Europe, d’après les enquêtes Français de nos Régions (euro-6, 2017). Les symboles carrés donnent la position des centres urbains d’arrondissements en France et en Belgique, de districts en Suisse. Les couleurs varient en fonction des pourcentages de réponses positives/négatives à la question : « Utilisez-vous le mot carabistouilles au sens de ‘sornettes, balivernes’? » (échelle: 0 à 100%).

D’un point de vue historique, il n’est pas facile de dire précisément la période à laquelle le mot a commencé à se dérégionaliser, ni quel en a été le déclencheur. Tout ce qu’on peut dire, c’est que c’est récent. Une recherche dans Google Ngram permet de montrer que le mot a connu une ascension fulgurante à partir du début des années 2000:

La recherche ne peut pas être étendue au-delà de 2008, mais on imagine sans mal que cette courbe a dû continuer son évolution. Cause, conséquence ou corrélat, le mot a commencé à être employé de façon de plus en plus fréquente dans la bouche des politiciens. On le retrouve même dans des médias francophone de l’Hexagone sans guillemets, preuve qu’il a perdu son statut de mot régional:

A noter que notre enquête a été réalisée l’année précédant la désormais célèbre sortie d’Emmanuel Macron qui, invité 12 avril 2018 dernier sur le plateau de Jean-Pierre Pernaut « pour répondre aux questions que les Français se posent », a clamé haut et fort « [qu’]il ne faut pas raconter de carabistouilles à nos concitoyens »:

On peut faire l’hypothèse que les résultats seraient aujourd’hui différents, tant l’intervention du Président de la République avait été commentée sur les réseaux sociaux.

tancarville

Troisième entrée de notre billet: le mot tancarville, qui désigne ce qu’on appelle dans le français de l’Île-de-France un « étendoir (à linge) », et dans la région de Lyon, un étendage. L’origine supposée de ce mot est intéressante.

Le pont de Tancarville (source)

Selon toute vraisemblance (on en parlait dans ce billet), les créateurs d’étendoirs à linge se seraient inspirés de la forme du pont de Tancarville (une ville située dans le département de la Seine-Maritime, v. la flèche de localisation jaune sur notre carte 3 ci-dessous, célèbre pour son pont, v. photo ci-dessus) pour nommer l’objet qu’ils commençaient alors à commercialiser dans les années 50. Le mot tancarville serait ainsi passé dans le langage commun par antonomase.

Le nom de marque Tancarville a été déposé pour la première fois par la société DUPRE en 1963, peu de temps après l’inauguration du pont de Tancarville en 1959. La société était localisée à… Saint-Étienne, dans le centre de la France! La marque sera rachetée en 2016 par la société Herby, située dans le Perche (v. la flèche de localisation rouge sur notre carte 3 ci-dessous), qui fabrique des étendoirs en acier depuis 1952. Pour en savoir plus sur l’histoire du tancarville, n’hésitez pas à lire cet article. Nous y avons glané les informations reportées dans cet encadré.

Sur le plan géographique, le mot tancarville est surtout utilisé dans le nord-ouest de l’Hexagone, qui comprend les Pays de la Loire, la Bretagne et la Normandie, tout en contournant l’Île-de-France.

Figure 3. Vitalité et aire d’extension du mot tancarville dans la francophonie d’Europe, d’après les enquêtes Français de nos Régions (euro-2, 2015/2016). Les symboles carrés donnent la position des centres urbains d’arrondissements en France et en Belgique, de districts en Suisse. Les couleurs varient en fonction des pourcentages de réponses positives/négatives à la question : « Utilisez-vous le mot tancarville au sens de ‘étendoir à linge’? » (échelle: 0 à 100%).

Les nombreuses zones de couleur neutre laissent toutefois deviner qu’ailleurs (dans le Nord-Pas-de-Calais et dans le sud-est de la France notamment), on utilise également le mot tancarville pour désigner un étendoir.

peuf

Le quatrième et dernier mot que nous commenterons désigne un certain type de neige, dont raffolent les amateurs de hors-piste: la peuf, ce que l’on appelle plus communément de la (neige) poudreuse, ou dans le jargon des jeunes locaux de la pow-pow (prononcé [popo], un emprunt à l’argot anglais):

Le mot peuf ne figure ni dans le Larousse ni dans le Robert, ni dans aucun des dictionnaires de régionalismes consacrés au français que l’on parle dans les Alpes et le Jura. Il dispose toutefois d’une entrée dans le Wiktionnaire.

Comme on peut le voir sur la carte ci-dessous, c’est là où se trouvent les régions où l’on trouve les grandes stations de ski, à savoir dans les Alpes (sud de la Suisse romande, Haute-Savoie, Savoie, Isère, Hautes-Alpes), et dans une moindre mesure, dans la région des Pyrénées (à la frontière entre la France et l’Espagne), que le mot est le plus répandu. Il est connu sporadiquement ailleurs, sans doute par des vacanciers fans des sports d’hiver:

Figure 4. Vitalité et aire d’extension du mot peuf dans la francophonie d’Europe, d’après les enquêtes Français de nos Régions (euro-7, 2017/2018). Les symboles carrés donnent la position des centres urbains d’arrondissements en France et en Belgique, de districts en Suisse. Les couleurs varient en fonction des pourcentages de réponses positives/négatives à la question : « Utilisez-vous le mot peuf au sens ‘neige poudreuse’? » (échelle: 0 à 100%).

Historiquement, on peut faire l’hypothèse que le mot peuf est passé en français par intermédiaire des patois francoprovençaux que l’on parlait
naguère couramment en Haute-Savoie et à l’ouest du Valais romand.

LIRE AUSSI >> Survivances des parlers francoprovençaux en français, épisode 1: les animaux

Comme on peut le voir sur la carte ci-dessous, réalisée à partir de l’Atlas Linguistique de la France, les témoins originaires de Haute-Savoie interrogés par Edmont à la fin du XIXe, ont donné la réponse pœfa pour traduire dans le parler de leur village le mot français « poussière »:

Figure 5. Aire du type poefa pour désigner la  »poussière » dans les parlers galloromans, d’après ALF 1078. Les chiffres représentent des localités enquêtées.

La voyelle finale n’étant pas accentuée dans ces parlers, le français local a adapté pœfa en peuf, sans doute pour continuer à désigner de la poussière, puis, par extension métaphorique, ce type de neige poudreuse qui s’envole comme de la poussière quand on glisse dessus (ou lorsqu’elle tombe d’un arbre):

Le mot se serait ensuite répandu dans le reste des Alpes francophones par l’intermédiaire des skieurs, puis se serait ensuite rendu dans les Pyrénées où l’on skie également.

Le saviez-vous? Il existe plusieurs dizaines de termes pour désigner les différents types de neige en français (si vous ne me croyez pas, allez voir ce site). C’est bien plus que les Inuits!

Parallèlement, les vacanciers (ou les monchus comme on les appelle dans le pays, v. carte ci-dessous) auraient ensuite appris ce mot si particulier lors de leurs séjours dans les Alpes. Et c’est comme ça qu’il se serait exporté (c’est sans doute le même sort qu’ont subi les mots raclette ettartiflette).

source

Le business des régionalismes

Les régionalismes ont aujourd’hui le vent en poupe, et les commerciaux ont bien compris qu’ils faisaient vendre. Quelle ne fut pas ma surprise, en janvier dernier, alors en vacances chez mes parents en Savoie, de trouver dans un Sherpa (chaîne de supérettes, présentes dans les stations de ski, exclusivement), dans le petit rayon des bières, des packs d’une bière nommée La Cagole:

source

Sans parler des t-shirts où l’on arbore fièrement que l’on ride (i.e. « glisse » en ski ou en snowboard) dans la peuf; ceux qui rappellent qu’il ne faut pas raconter des carabistouilles; ou encore ces habits où est imprimée une définition de cagole:

Comptant sur le potentiel rétro et local du mot tancarville, la SNCF s’en est inspirée pour une campagne de pub:

source

Le mot de la fin

On s’inquiète beaucoup, depuis quelques décennies, de la disparition des particularités linguistiques locales, qui faisaient naguère le charme des régions de la francophonie d’Europe. La faute aux médias de masse, qui diffusent de partout où leurs ondes se rendent, une même variété de français lisse et sans couleur.

Si les régionalismes vous plaisent autant qu’à nous, n’hésitez pas à participer à notre enquête, ça nous aidera à confectionner les prochaines cartes, et mieux comprendre ce qui différencie et/ou rapproche, sur le plan linguistique, les différentes régions qui composent la francophonie d’Europe. Pour être tenu au courant de nos prochaines publications, vous pouvez aussi vous abonner à notre page Facebook ou nous suivre sur Twitter! Retrouvez également nos cartes sur notre compte Instagram.

On dirait qu’aujourd’hui les choses sont en train de changer. On assiste en effet à un mouvement inverse, qui prône le retour au local, au régional, sous couvert d’authenticité et de naturel. Dans ce contexte, les réseaux sociaux sont aujourd’hui les vecteurs de cette tendance. Ce sont eux qui permettent au français régional de s’affirmer, et à certains mots de gagner du terrain.

A propos Mathieu Avanzi

Mathieu Avanzi est linguiste. Il a défendu une thèse portant sur l'intonation du français en 2011, et effectué plusieurs séjours postdoctoraux en Belgique (Louvain-la-Neuve), en France (Paris), au Royaume-Uni (Cambridge) et en Suisse (Berne, Genève, Neuchâtel et Zurich). Il est actuellement maître de conférences à l'université Paris-Sorbonne. Ses travaux portent sur la géographie linguistique du français, sujet auquel il a consacré plusieurs articles, un atlas (Atlas du français de nos régions, Armand Colin, 2017) et un blog (www.francaisdenosregions.com).

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.