Quel français régional parlez-vous?

Le français de nos régions vous intéresse ? Vous avez 10 minutes devant vous, et vous voulez nous aider à mieux comprendre comment voyagent, survivent ou disparaissent les mots et les prononciations du français de nos régions ? Alors cliquez sur l’un des liens suivants, et amusez-vous bien !

Vous êtes originaires d’Europe ?

L’alternance savoir/pouvoir (nouveau, mars 2018!)

Le français parlé en Europe (nouveau sondage, février 2018)

Les accents et les expressions des Romands (nouveau sondage, mars 2018)

Vous venez de la francophonie outre-atlantique ?

Une enquête a été conçue pour les participants originaires de ces régions:

Le français parlé en Amérique du Nord (nouveau sondage, novembre 2017)

Le français parlé dans les Antilles

Nouveau !

Retrouvez les cartes commentées dans l’Atlas du français de nos régions, paru le 18 octobre 2017 chez Armand Colin (chez tous les bons libraires, sinon en ligne ici ou ) :

couverture

Les régionalismes du Grand Est

Après avoir réalisé des billets sur les spécificités du français du Grand Ouest (vol. 1 et vol. 2), du Nord-Pas-de-Calais et de la région de Lyon, nous voici enfin amenés à traiter des particularités locales du français que l’on parle dans les régions qui forment un arc allant de la Suisse romande à la Belgique, et que l’on étiquettera, par commodité, « Grand Est ».

Alsace-7_of_10_-_La_Petite_France_Strasbourg_-_FRANCE-1024x431.jpg

Géographiquement, la région du Grand Est est frontalière avec des territoires où l’on parle des variétés de langue germanique (groupe alémanique en Alsace et en Suisse, groupe francique en Lorraine et en Moselle, au Luxembourg et en Belgique; pour plus de détails sur les divisions et subdivisions des langues germaniques, v. ce site). Il n’est dès lors pas étonnant que ces variétés de langue germanique, même si elles n’ont pas toutes le même statut linguistique dans la francophonie d’Europe (v. encadré ci-dessous), aient laissé des traces dans le français que l’on parle dans le Grand Est.

En Alsace, dans une partie de la Lorraine comme en Moselle, les dialectes germaniques ont joué en regard du français le rôle de substrat. Pendant des décennies, le français n’était pas utilisé dans les familles et transmis de générations en générations. On apprenait le français à l’école, et on parlait le dialecte à la maison. A contrario, les langues parlées par les Flamands en Belgique et les Alémaniques en Suisse n’ont jamais été les langues maternelles des Wallons en Belgique ou des Romands (les Welsches, comme les surnomment les Suisses allemands) en Suisse. En Wallonie comme en Suisse romande, ce sont les dialectes galloromans qui ont joué de le rôle ancestral de substrat, le français jouissant du rôle de langue-toit et les dialectes germaniques servant à l’occasion d’adstrat.

De tout temps, l’influence des langues germaniques sur le français a été invoquée pour rendre compte de (et souvent stigmatiser) l’existence de toute une série de régionalismes, qu’ils soient phonétiques (relatifs à la prononciation), grammaticaux (relatifs à l’ordre des mots ou au choix des prépositions) ou lexicaux (relatifs au vocabulaire). On verra dans ce billet que si l’influence germanique peut expliquer de nombreux cas de figure, elle doit être complétée en vue de rendre compte de certains phénomènes, ou ne peut simplement pas être invoquée pour d’autres…

Les cartes de ce billet ont été générées avec le logiciel R, à l’aide notamment des packages ggplot2raster et magick, à partir des résultats d’enquêtes auxquelles plusieurs milliers d’internautes ont pris part (entre 7’000 et 12’000 participants francophones ayant passé la plus grande partie de leur jeunesse en Belgique, en France ou en Suisse, selon les cartes). Vous pouvez également nous aider en répondant à quelques questions quant à vos usages des régionalismes! Cliquez 👉 ici 👈 si vous êtes originaire d’Europe 🇫🇷 🇧🇪 🇱🇺 🇨🇭; cliquez 👉 👈 si vous venez du Québec ou des autres provinces canadienne ou l’on parle français 🇨🇦! Les enquêtes peuvent être réalisées de façon anonyme depuis un ordinateur 💻, un smartphone ou une tablette 📱. Prévoir dix minutes ⏰ environ pour compléter le sondage 🤓!

Foehnschnäck et schluck

Pour un certain nombre de régionalismes du Grand Est, l’influence de la langue de Goethe et de ses dialectes est indéniable. C’est à cause de l’allemand que le mot foehn s’est répandu en Suisse romande comme en Alsace pour désigner un « sèche-cheveux électrique »; que le mot schnäck, qui désigne un « escargot » en allemand, a été utilisé pour dénommer ce que les Français appellent un « pain-aux-raisins »; que le mot schluck (prononcé « chlouk »), notamment employé dans l’expression boire un schluck (= « boire un coup »), en est venu à désigner une « gorgée » ou une « petite quantité de liquide » en Alsace et en Moselle, tout comme dans les cantons de l’arc jurassien romand (v. diaporama 1 ci-dessous; cliquez sur les images pour les agrandir):

Mosaïque 1. Vitalité et aire d’extension des mots foehn (« sèche-cheveux »), schnäck (« pain-aux-raisins ») et schluck (« gorgée », « petite quantité de liquide ») d’après les enquêtes Français de nos régions [2015-2018]. Les traits fins délimitent les frontières de départements en France, de provinces en Belgique et de cantons en Suisse romande.

Attendre sur quelqu’un

Sur le plan de la morphosyntaxe, la locution attendre sur figure également au rang des germanismes les plus probables (en allemand, l’équivalent du verbe attendre se construit avec l’équivalent de la préposition sur, v. les tours warten auf et darauf warten).

Le saviez-vous ? En français, la norme stipule que le verbe attendre se construit sans préposition (on attend quelqu’un ou quelque chose). On utilise toutefois la préposition après (attendre après quelqu’un ou après quelque chose) notamment dans un contexte d’impatience (v. Grévisse & Goosse 2016: §780d).

L’aire du tour attendre sur, cantonné aux régions naguère germanophones de l’Hexagone (Bas-Rhin, Haut-Rhin et Moselle) et aux districts romands s’agençant le long du Röstigraben en Suisse (v. Figure 1 ci dessous), va dans le sens d’une influence de la syntaxe alémanique.attendre-sur_juxtapose_illus.png

Figure 1. Vitalité et aire d’extension du tour attendre sur quelqu’un (au sens de attendre après quelqu’un) d’après les enquêtes Français de nos régions [2015-2018]. Les traits fins délimitent les frontières de départements en France, de provinces en Belgique et de cantons en Suisse romande.

Parallèlement aux régionalismes dont l’origine germanique est assez sûre, il existe un bon nombre de tours pour lesquels l’hypothèse d’une influence de l’allemand ou du néerlandais est envisageable, mais ne constitue pas la seule explication possible.

Tu viens avec?

L’usage absolu de la préposition avec après des verbes de mouvement (comme dans les phrases je vais au cinéma, tu viens avec? ou si tu pars en vacances, tu me prends avec?) est un emploi fort stigmatisé dans l’histoire du français. Rézeau [2007/2016] fait remonter à 1747 le premier signalement de la « faute », sous la plume d’un certain Eléazar Mauvillon, auteur de Remarques sur les germanismes. Ouvrage utile aux Allemands, aux François et aux Hollandais, &c:

Prendre avec. / Cette expression n’est pas Françoise. On ne dit point, par exemple, quand mon père ira à Vienne, je le prierai de me prendre avec; mais, je le prierai de m’y mener (p. 22).

Beaucoup d’auteurs ont vu dans la tournure tu viens avec? le résultat de l’influence des langues germaniques, qui connaissent des emplois analogues (v. all. Kommen Sit mit? > Venez-vous avec?; suisse além. K(ch)unscht (Du) mit? > Viens-tu avec? et néer. Ik ga naar de cinema, wil je meekomen? > Je vais au cinéma, veux-tu venir avec?).

venir_avec_raster_juxtapose_illus.pngFigure 2. Vitalité et aire d’extension du tour tu viens avec ? (dans la phrase « je vais au cinéma, tu viens avec? ») d’après les enquêtes Français de nos régions [2015-2018]. Les traits fins délimitent les frontières de départements en France, de provinces en Belgique et de cantons en Suisse romande.

La répartition géographique de venir avec (v. Figure 2 ci-dessus) ne permet pas de douter de l’influence de la syntaxe germanique sur la syntaxe du français. Mais elle n’explique pas tout: rappelons que l’emploi adverbial de la préposition avec est une potentialité inscrite dans le système du français général. L’emploi adverbial de la préposition avec est courant avec des verbes comme « faire » ou « vivre » (« on aime pas ça, mais on fait avec », « ça m’est tombé dessus, mais j’ai pas le choix, alors maintenant je vis avec »). Par ailleurs, de nombreuses occurrences du tour ont en effet été relevées par les auteurs du Bon Usage [16ème éd., §1040]; nous en retranscrivons quelques-unes ci-dessous:

Il a pris mon manteau et s’en est allé avec (Ac. [1694-] 2001, comme fam.).
Ce couteau est trop aiguisé, je me suis coupé avec (Ac. 1986-2001).
Nous possédons de grands titres, mais bien peu avec (MussetBarberine, I, 3).
Les deux boucles de fil de fer […] , il les a reprises, parce qu’elles se rouillaient et qu’il était las de ne rien attraper avec (J. RenardRagotte, Merlin, ii ).
Vite elle arrachait une rose […] et elle se sauvait avec (R. RollandJean-Chr., t. VI, p. 27)

En fait, ce qui différencie les usages littéraires rapportés ci-dessus des usages du Grand Est, c’est la nature du référent. S’il s’agit de référents non-animés (un manteau, un couteau, des morceaux de fil de fer, etc.), l’utilisation nue de la préposition avec est relativement « standard ». S’il s’agit d’êtres animés (des gens, des animaux), le français standard aura tendance à ajouter un pronom après la préposition (« tu viens avec moi », « ils sont partis avec eux »), alors que le français du Grand Est autorisera plus facilement l’absence de régime après la préposition (« tu viens avec », « ils sont partis »).

Un pull brun ou un pull marron?

L’emploi de l’adjectif brun pour désigner la couleur des yeux, d’un pull-over ou d’un quelconque autre objet de couleur marron offre un autre cas de figure tout à fait intéressant. L’aire de l’adjectif brun, qui épouse parfaitement les frontières de la région Grand Est au sens où nous l’avons définie au début de ce billet (v. Figure 3 ci-dessous), laisse penser à une influence des langues germaniques sur le maintien de cet adjectif en français (en allemand, marron se traduit par braun, en néerlandais par bruin):

brun_all.pngFigure 3. Vitalité et aire d’extension de l’adjectif brun pour désigner un pull de couleur marron d’après les enquêtes Français de nos régions [2015-2018]. Les traits fins délimitent les frontières de départements en France, de provinces en Belgique et de cantons en Suisse romande.

Il convient cependant de rappeler que l’usage de l’adjectif brun pour désigner la couleur marron était naguère assez répandu en français. Une recherche effectuée dans la base EuroPresse en 2016* des couples yeux brun(s) et yeux marron(s), dont les résultats sont synthétisés sur la Figure 4, permet de montrer la prédominance de l’adjectif brun en Belgique, en Suisse et au Canada; en France, en revanche, c’est l’adjectif marron qui arrive en tête des usages journalistiques lorsqu’il s’agit de qualifier la couleur d’une paire d’yeux:

graphe_euro_press

Figure 4. Pourcentage d’occurrences des couples yeux brun(s)/yeux marron(s) dans la base de données EuroPresse (1980-2016) par pays (France, Suisse, Belgique et Canada).

Les résultats de notre enquête en ligne n’ont pas permis de déceler un quelconque effet d’âge sur l’usage, en Belgique, en France ou en Suisse, de l’adjectif brun (un modèle de régression avec la réponse brun/marron comme variable dépendante avec l’interaction entre l’âge et le pays des participants comme prédicteur, n’a pas donné de résultats significatifs). Les comptages effectués dans Frantext*, base de données textuelles contenant des textes essentiellement littéraires d’auteurs français publiés à différentes époques, permettent en revanche de mettre au jour les traces d’un changement en cours:

graphe_frantext

Figure 5. Pourcentage d’occurrences des couples yeux brun(s)/yeux marron(s) dans la base de données Frantext par tranche de 25 ans (sur la période allant de 1875 et 2000).

On voit sur la Figure 5 que dans la langue littéraire (toujours plus conservatrice que l’usage spontané), l’usage de l’adjectif brun décroît au fur et à mesure qu’augmente l’usage de l’adjectif marron, du moins quand il est question d’yeux.

*La recherche dans les bases EuroPresse et Frantext a été effectuée par Daxingwang PENG, dans le cadre d’un mémoire de Master effectué à l’Université Paris-Sorbonne sous la direction d’André Thibault.

Un œuf (cuit) dur

Le composé œuf cuit dur pourrait aussi laisser penser à une influence des langues germaniques sur le français (le néerl. hardgekookt ei et l’all. hartgekochtes Ei signifient littéralement dur-cuit œuf). Plusieurs indices laissent toutefois penser que l’allemand ou le néerlandais n’ont rien à voir dans l’existence de la forme œuf cuit dur. On observe en effet que la formule œuf cuit-dur est inconnue dans les territoires naguère germanophones, comme l’Alsace et la Moselle, alors qu’elle jouit d’une certaine vitalité sur un territoire où l’influence de l’allemand est plus difficile à justifier, territoire qui englobe plusieurs départements qui vont de la Lorraine au Rhône, comme on le voit bien sur la Figure 6:

cuit_dur_with_label_all.png

 Figure 6. Vitalité et aire d’extension de la lexie œuf cuit dur pour désigner un œuf resté dans de l’eau bouillante près de 10 minutes d’après les enquêtes Français de nos régions [2015-2018]. Les traits fins délimitent les frontières de départements en France, de provinces en Belgique et de cantons en Suisse romande.

Si la forme œuf cuit dur n’est pas un calque de l’allemand ou du néerlandais, d’où diable peut-elle bien venir? La comparaison entre les participants âgés de 25 ans et moins et les participants âgés de 50 ans et plus nous donne une première piste. On peut voir en faisant glisser la barre verticale sur la Figure 7 ci-dessous (cliquez sur sur ce lien pour afficher la superposition en pleine page) qu’en France, le composé œuf cuit dur, est utilisé dans des proportions significativement plus importantes chez les plus de 50 ans que chez les moins de 25 ans:

Figure 7. Vitalité et aire d’extension de la lexie œuf cuit dur pour désigner un œuf resté dans de l’eau bouillante près de 10 minutes selon les réponses des participants âgés de plus de 50 ans (à gauche) et des participants âgés de moins de 25 ans (à droite), d’après les enquêtes Français de nos régions [2015-2018]. Les traits fins délimitent les frontières de départements en France, de provinces en Belgique et de cantons en Suisse romande. Figure réalisée avec l’outil Juxtapose.

Le fait que la forme soit également en circulation dans les provinces de l’est du Canada (où elle alterne avec le composé « œuf à la coque », qui ne signifie pas, comme en Europe, un œuf cuit pendant trois minutes, mais bien un œuf [cuit] dur, v. les commentaires sous cette publication Facebook), nous donne un second indice.

Dans le fichier lexical en ligne du TLFQ, la forme apparaît trois fois (alors que la forme œuf dur ne donne pas de résultats).

Puisqu’il est peu probable que l’existence de œuf cuit dur au Canada soit un calque de l’anglais hard-boiled egg (qui donnerait, si on rétablit l’ordre des mots du français, œuf bouilli dur ou œuf dur bouilli), la seule explication qui demeure est que la tournure œuf cuit dur s’est exportée avec les premiers colons qui ont peuplé l’Amérique du Nord… au 17e s.! De là, on peut donc penser que tour devait jouir naguère d’une aire d’emploi beaucoup plus large que celle qu’il connaît aujourd’hui dans l’Hexagone (les premiers colons de Nouvelle-France étaient surtout originaires de Normandie, d’Île-de-France et du Centre-Ouest de la France).

Au total, on peut conclure que la forme œuf cuit dur est une forme ancienne du français (ce que les linguistes appellent un archaïsme mais que l’on pourrait aussi tout simplement appeler un maintien) qui subsiste aujourd’hui dans les régions périphériques de la francophonie.

Un cornet pour votre petit pain?

Enfin, il existe de nombreuses spécificités locales du français parlé dans la région du Grand Est dont l’existence ne doit rien aux dialectes germaniques. C’est notamment le cas du mot cornet (qui désigne un sac en plastique ou en papier, v. à ce sujet notre précédent billet), dont l’usage est une extension, à date ancienne, du mot du français général (qui désigne un objet destiné à contenir quelque chose, v. TLFi), connu en Suisse romande ainsi qu’en Lorraine (v. Figure 8):cornet_with_label_all.png

Figure 8. Vitalité et aire d’extension du mot cornet pour désigner un sac en plastique ou en papier, d’après les enquêtes Français de nos régions [2015-2018]. Les traits fins délimitent les frontières de départements en France, de provinces en Belgique et de cantons en Suisse romande.

C’est aussi le cas de la lexie composée petit pain et de sa variante petit pain au chocolat (Figure 9), concurrents trop souvent oubliés des médiatiques « fights » pain au chocolat ou chocolatine (si vous ne voyez pas de quoi je veux parler, lisez cet article).

petit_pain_au_chocolat_with_label_all.png

Figure 9. Vitalité et aire d’extension de la lexie composée petit pain (au chocolat) pour désigner ce que l’on appelle ailleurs un pain au chocolat ou une chocolatine, d’après les enquêtes Français de nos régions [2015-2018]. Les traits fins délimitent les frontières de départements en France, de provinces en Belgique et de cantons en Suisse romande.

Ici encore, la comparaison de la carte générée à partir des réponses des participants plus jeunes (moins de 25 ans) et des réponses des participants plus âgés (plus de 50 ans, v. Figure 10) fait apparaître que la variante petit pain au chocolat est une dénomination locale qui survit bien dans l’ancienne région Nord-Pas-de-Calais ainsi qu’en Alsace, mais qui est vieillissante ailleurs dans l’Hexagone (cliquez ici pour afficher la juxtaposition en pleine page):

Figure 10. Vitalité et aire d’extension de la lexie petit pain (au chocolat) pour désigner ce que l’on appelle ailleurs « pain au chocolat » ou « chocolatine », en fonction des réponses des participants âgés de plus de 50 ans (à gauche) et des participants âgés de moins de 25 ans (à droite), d’après les enquêtes Français de nos régions [2015-2018]. Les traits fins délimitent les frontières de départements en France, de provinces en Belgique et de cantons en Suisse romande. Figure réalisée avec l’outil Juxtapose.

Notre collègue Françoise Nore nous fait d’ailleurs remarquer sur Twitter qu’il y a quelques décennies, la forme petit pain au chocolat était beaucoup plus répandue qu’elle ne l’est aujourd’hui (cliquez sur le Tweet pour afficher la discussion):

nore_

Ceci explique sans doute pourquoi Joe Dassin utilise la variante petit pain au chocolat (et non pain au chocolat) dans sa célèbre chanson sortie en 1969:

Si cette hypothèse était correcte, cela voudrait dire que la tournure petit pain au chocolat est l’ancêtre de la variante pain au chocolat. Le langage étant régi par un principe d’économie, la variante sans l’adjectif petit se serait petit à petit propagée sur le territoire (alors qu’ailleurs ce serait la variante petit pain qui aurait été conservée). Se non è vero è ben trovato!

La prononciation du mot vingt

La prononciation du [t] final du mot vingt, ça fait plusieurs fois qu’on vous en parle (la première fois c’était ici, la seconde fois c’était ). On vous disait que ce schibboleth était l’un des plus emblématiques du français du Grand Est, et qu’il était souvent reproduit sur des objets de la vie quotidienne:

IMG_4122

Figure 11. Sondage sur la story de la page Instagram Les cornichons, jeune marque française de déco et d’accessoires basée à Reims.

Les données d’une de nos premières enquêtes nous avaient permis de préciser la répartition géographique de cette prononciation. Nous avions ainsi pu montrer que l’aire de vingt prononcé avec un [t] final épousait parfaitement, comme c’est le cas de brun (v. Figure 3 ci-dessus), les frontières du Grand Est:

vingt_with_label_all.png

Figure 12. Vitalité et aire d’extension de la prononciation du [t] final du nombre vingt, d’après les enquêtes Français de nos régions [2015-2018]. Les traits fins délimitent les frontières de départements en France, de provinces en Belgique et de cantons en Suisse romande.

Nous ne sommes pas en mesure de répondre à la question de savoir depuis quand cette consonne se prononce, ni même d’expliquer les raisons qui motivent un tel phénomène. Sur le plan historique en revanche, on peut penser que cette prononciation était naguère beaucoup plus étendue en Europe qu’elle ne l’est aujourd’hui, comme on peut le voir sur la Figure 13 (cliquez ici pour afficher la juxtaposition en plein écran), qui permet de comparer nos données avec celles de l’Atlas Linguistique de la France (ALF), recueillies à la fin du 19e siècle par E. Edmont, sous la direction du linguiste suisse J. Gilliéron:

Figure 13. Vitalité et aire d’extension de la prononciation du [t] final du nombre vingt en français régional à gauche, d’après les Français de nos régions [2015-2018]; aboutissants de VIGINTI où la prononciation de -t final a été maintenue à droite, d’après l’ALF [1902-1906]. Les traits fins délimitent les frontières de départements en France, de provinces en Belgique et de cantons en Suisse romande.

La comparaison des deux cartes doit être effectuée avec la plus grande prudence: les données de l’ALF concernent le dialecte, les nôtres le français. Des systèmes différents donc, et il est possible, dans le sud notamment, que la consonne finale ait été prononcée dans les dialectes mais pas en français.

Si on devait conclure…

On l’aura compris: le français du Grand Est dispose de nombreuses spécificités, dont l’existence ne peut pas être imputée à l’influence des dialectes de l’allemand ou du néerlandais. Nous n’avons pu dresser qu’un inventaire relativement restreint de ces régionalismes. Ce billet aura donc bientôt une suite!

Nous avons besoin de vous!
Les cartes ont été réalisées à partir des réponses à différents sondages, conduits depuis 2015 sur le web. Nous avons besoin d’un maximum de participants pour garantir la fiabilité des données. Aussi, si vous avez dix minutes devant vous, n’hésitez pas à participer à notre dernier sondage! Cliquez ici si vous êtes originaire d’Europe 🇫🇷 🇧🇪 🇨🇭; cliquez  si vous venez d’Amérique du Nord 🇨🇦! C’est gratuit, anonyme, ça se fait depuis son ordinateur 💻, smartphone ou tablette 📱, et ça nous aide énormément!

Ce billet vous a plu ?

Alors n’hésitez pas de vous abonner à nos pages FacebookTwitter et Instagram pour être tenu au courant de nos prochaines publications! Vous pouvez aussi retrouver certaines des cartes publiées sur ce blog dans l’Atlas du français de nos régions, disponible dans toutes les bonnes librairies (mais aussi sur Amazon ou à la Fnac).

couverture

Les carabistouilles de Macron

Emmanuel Macron raffole des expressions désuètes, régionales ou incongrues. Le magazine Femme Actuelle énumérait certaines des plus marquantes de sa toute première intervention télévisée en tant que Président de la République le 15 octobre dernier (parmi lesquelles les truculents croquignolesque, galimatias, logorrhée, antienne, etc). Lors d’un meeting de sa campagne électorale, il s’était même permis d’employer le mot dégun (qui signifie « personne » dans les dialectes et le français de la région de Marseille, v. notre carte) lors d’un meeting dans la ville phocéenne, provoquant l’ire des twittos.

Ce 12 avril 2018, il vient de récidiver sur TF1 avec le mot carabistouilles, donnant lieu à un pic de recherches inhabituel sur Google et un tout un tas de réactions et de détournements sur Twitter:

macron.PNG

Le mot carabistouilles (synonyme de mensonges, balivernes) figurait dans l’un de nos derniers sondages sur les mots et les expressions du français de nos régions.

Nous avons pour cette question collecté les réponses de plus de 7’000 internautes. Nous avons utilisé le code postal de la localité dans laquelle les participants au sondage ont indiqué avoir passé la plus grande partie de leur enfance, et avons comptabilisé le pourcentage de réponses positives par arrondissements en France et en Belgique, par cantons en Suisse. Des modèles statistiques ont ensuite été employés pour obtenir une représentation lisse et continue de la surface de la francophonie européenne, ce qui nous a permis d’obtenir la carte ci-dessous:

carabistouilles_raster_all.png

Figure. Pourcentage déclaré d’emploi du mot carabistouilles (au sens de bêtises, balivernes) d’après les enquêtes français de nos régions.

D’après le Dictionnaire des belgicismes, le mot carabistouilles est composé du préfixe cara– (d’origine incertaine) et de bistouille, qui désigne dans les parlers du Nord de la France et du Hainault belge un café arrangé (information tiré du dictionnaire des Belgicismes). Ceci explique que le mot soit surtout employé en Belgique ainsi que dans les départements des Hauts-de-France et des Ardennes, comme le montre notre carte. Le voile blanchâtre qui recouvre le reste de l’Hexagone signale que le mot jouit, hors de sa région d’origine, d’une vitalité qui n’est pas nulle.

S’il est impossible de dire quand le mot s’est exporté en dehors de sa région d’origine, on ne peut que remarquer, avec Michel Francard, que cette dérégionalisation va de paire avec le fait que les mots et les expressions du français des périphéries ne soient plus vus comme des fautes ou des écarts à la norme.

Pour la petite histoire, le mot carabistouilles figure dans le Larousse depuis 1979 (avec la mention « rég. Belgique », indication que reprend le Wiktionnaire). Il est entré dans le petit Robert en 2008, avec la marque « rég. Nord/Belgique ».

Et on peut se réjouir avec le linguiste que les médias comme les politiciens se les approprient. Sur ce point d’ailleurs, Macron n’a pas innové: comme le rappelle Michel Francard dans on excellent billet, le mot figurait dans l’un des gros titres de l’édition du Monde datée du 2 mai 2017 (et sans guillemets). Pour mémoire, ce n’est pas la première fois qu’un politicien fait usage de ce mot. La première fois, c’était dans la bouche de J.-L. Mélenchon.

 

Le midi, vous déjeunez ou vous dînez?

La francophonie se divise en deux camps: d’une part, ceux qui affirment déjeuner le midi; d’autre part, ceux qui vous diront plutôt qu’ils dînent. C’est d’ailleurs normalement tout le système des noms de repas qui fonctionne en blocs décalés: nous avons une zone (a) où l’on dit déjeuner, dîner et souper ainsi qu’une zone (b) où l’on dira plutôt petit(-)déjeuner, déjeuner, dîner.

Stephan-Eicher-Dejeuner-En-Paix-Cassette-Single-2-Titres-Cassettes-Mini-disques-Laser-disques-326278538_ML

Déjeuner en paix (Stephan Eicher)

Mais d’où vient cette variation dans l’usage? Et en a-t-il toujours été ainsi? Nous allons d’abord rappeler à l’aide de quelques cartes et graphes quel est l’usage de nos jours dans les régions où nous avons enquêté, puis nous nous pencherons ensuite sur les raisons historiques qui expliquent la situation actuelle.

Contribuez vous aussi à nos recherches!
Vous pouvez contribuer vous aussi à notre recherche en répondant à nos derniers sondages sur les régionalismes du français en cliquant 👉 ici 👈 et en vous laissant guider selon que vous êtes originaires de France métropolitaine 🇫🇷, de Belgique 🇧🇪, de Suisse 🇨🇭, du Québec ou des autres provinces francophones du Canada 🇨🇦. Votre participation est gratuite et anonyme. Il vous suffit de disposer d’une connexion internet 💻📱 et d’une dizaine de minutes ⏰ tout au plus.

Qui dit quoi?

Le système (a), déjeuner/dîner/souper, domine de façon écrasante en Suisse, en Belgique et dans toute l’Amérique du Nord francophone – comme le montrent les cartes ci-dessous. Dans les provinces de France, il a encore de beaux restes, en particulier dans tout l’est et le sud. La première série de cartes, consacrées à l’Europe francophone, montre non seulement que les Belges et les Helvètes se détachent clairement dans leur prédilection pour cet usage, mais aussi que de nombreuses régions de France atteignent des pourcentages non négligeables (ce qui se traduit sur la carte par des tons de bleu plus pâles, allant vers le blanc). Le système (b), petit(-)déjeuner/déjeuner/dîner, domine quant à lui dans la plus grande partie de la France – et, comme on le sait, il est le seul à être donné sans marque dans les dictionnaires… faits à Paris!

Fig. 1. Pourcentages d’usage du système (a) – déjeuner/dîner/souper en France, en Belgique et en Suisse selon les résultats des enquêtes Français de nos régions, 2016-2018

Il est important de signaler que les trois verbes ne se comportent pas exactement de la même façon: souper est de loin celui qui a le mieux survécu (peut-être parce qu’il ne présente aucune ambiguïté sémantique, contrairement aux deux autres), avec des pourcentages supérieurs à 50% non seulement en Suisse et en Belgique mais également dans plusieurs provinces de France. Les pourcentages sont un peu plus bas pour déjeuner et encore davantage pour dîner.

repas_midi_canada

Fig. 2. Pourcentages d’usage du système (a) – représenté ici par dîner « repas de midi » dans l’est du Canada selon les résultats des enquêtes Français de nos régions, 2016-2018

Au Canada français, la quasi-totalité des répondants utilisent le système (a), à l’exception des témoins originaires de Toronto, grande agglomération urbaine où le français canadien traditionnel n’a jamais joui d’un véritable enracinement: les répondants aux enquêtes sont probablement issus de l’immigration francophone internationale. On ne voit pas la province du Manitoba sur la carte, mais le système (a) y domine aussi de façon très claire.

repas_midi_antilles

En ce qui concerne les Antilles, nos enquêtes ont révélé que les Haïtiens optent plutôt pour le système (a), alors que Guadeloupéens et Martiniquais préfèrent le système (b). Cela n’est sans doute pas étranger au fait qu’Haïti s’est émancipé de la France au début du 19e siècle, alors que la Guadeloupe et la Martinique n’ont jamais rompu les liens avec la métropole. Comme nous le verrons ci-dessous, le système (a) était encore courant en France il y a deux siècles.

Quant aux francophones du continent africain, le Maghreb ainsi que la plus grande partie de l’Afrique subsaharienne (où l’implantation du français de France est relativement récente) pratiquent le système (b), à l’exception notable de la République Démocratique du Congo, du Burundi et du Rwanda, qui sont justement d’anciennes colonies belges et qui ont hérité du système (a).

Comment en est-on arrivé là?

On entend parfois dire que les repas auraient « changé » de nom; comme si, du jour au lendemain, les Parisiens (par exemple) avaient décidé de remplacer brutalement dîner par déjeuner. Or, rien n’est plus faux: ce qui a changé, c’est l’heure des repas. Et pas partout en même temps!

1

En fait, lorsqu’on parle des repas dans une perspective historique, il faut tenir compte de plusieurs facteurs. D’abord, le nombre de repas, qui peut varier de deux à quatre par jour, voire davantage; ensuite, les classes sociales et les différents corps de métier, qui ne mangent pas aux mêmes heures ni à la même fréquence, et dont le régime varie selon les ressources disponibles et les modes; enfin, les époques et les régions. Le tableau d’ensemble est donc très complexe et nous n’allons en tracer ici que les grandes lignes.

Au Moyen Âge, les paysans ne mangeaient que deux repas par jour. Le premier repas de la journée s’exprimait par un verbe issu du latin vulgaire *DISJEJUNARE, qui signifiait littéralement « rompre le jeûne ». Cet étymon a donné bien sûr le verbe déjeuner, mais ce que l’on sait moins (car l’évolution phonétique a rendu le phénomène invisible), c’est que le mot dîner vient également de cet ancêtre latin. Peu à peu, au fil des siècles, déjeuner s’est spécialisé dans l’expression du premier repas de la journée et dîner, du second. Quant à souper, il fermait la marche et désignait le dernier repas du jour. Bien que dérivé du substantif soupe, en raison de l’importance de ce mets dans les habitudes alimentaires du peuple, il a perdu sa motivation première et n’en implique pas nécessairement la consommation.

831

Fig. 3. Albucasis, Tacuinum sanitatis, Allemagne (Rhénanie), XVe siècle (Paris, BnF, département des Manuscrits, Latin 93333, fol. 60)

Ce système ternaire était encore très stable dans les parlers ruraux au début du 20e siècle – et ce jusqu’aux portes de Paris, comme on peut le voir sur les trois cartes suivantes tirées de l’Atlas Linguistique de la France, qui illustrent respectivement l’aire du type ‘déjeuner’ pour le repas du matin, ‘dîner’ pour le repas du midi, et enfin ‘souper’ pour le repas du soir. Dans tous les cas, l’ancien système (a) domine presque sans partage.

Fig. 4. Cartes basées sur les données de l’ALF consacrées aux noms des trois repas de la journée (cartes 1254, 385 et 384)

Le grand changement s’est amorcé dans la seconde moitié du 18e siècle, en particulier à Paris, dans les classes dirigeantes. On dispose de nombreux témoignages nous indiquant qu’à l’époque, l’habitude s’est prise de reporter le repas du midi toujours de plus en plus tard. Comme l’écrit le fameux grammairien belge André Goosse:

À la cour, pourtant, les chasses du matin rejetaient parfois le dîner jusqu’à trois heures. C’est l’heure qui se généralise au XVIIIe siècle chez les aristocrates, pour reculer jusque vers cinq heures à la fin du siècle, et même, au début du XIXe, jusqu’à l’heure où l’on soupait auparavant. (GOOSSE, André. “L’heure du dîner”, dans Bulletin de l’Académie Royale de Langue et de Littérature Fran­çaises, t. LXVII, n° 1-2, p. 76).

Ce déplacement de l’heure des repas, qui a rayonné depuis Paris mais sans atteindre toute la francophonie, loin de là, a eu de nombreuses conséquences – matérielles et linguistiques. D’une part, le souper à Paris a été rejeté toujours plus tard en fin de soirée, jusqu’à ne plus être consommé du tout dans la plupart des cas. D’autre part, l’heure de l’ancien déjeuner s’est aussi déplacée, parallèlement à celle du dîner, jusqu’à ce que les Parisiens déjeunent à midi ou même plus tard. Or, lorsqu’on se lève tôt, on ne peut pas tenir à jeun jusqu’à midi: d’où le dédoublement du premier repas de la journée en deux repas distincts, l’un au réveil et l’autre plus tard. Les locuteurs ayant adopté ces nouveaux horaires ont dû créer de nouvelles étiquettes pour désigner ces deux repas, et le 19e siècle a vu l’éclosion d’une grande variété de termes, qui n’allait se résorber qu’au 20e siècle.

Pierre-Auguste_Renoir_-_Luncheon_of_the_Boating_Party_-_Google_Art_Project

« Le déjeuner des canotiers » de Pierre-Auguste Renoir (1880-1881)

Le tout premier repas a alors été baptisé de bien des façons: petit(-)déjeuner, seul terme qui a survécu, mais également déjeuner du matin, premier déjeuner, premier déjeuner du matin et petit déjeuner du matin. Ces appellations se sont d’abord opposées à déjeuner dînatoire, déjeuner à la fourchette, second déjeuner, grand déjeuner, déjeuner de midi et même déjeuner-dîner. Puis, au 20e siècle, petit déjeuner s’est imposé et, par ricochet, déjeuner tout court est devenu univoque et n’a plus eu besoin d’adjectifs pour le désambiguïser.

Le composé petit(-)déjeuner a longtemps tardé à être consigné comme entrée à part entière dans les dictionnaires: pendant très longtemps, en effet, il n’apparaît que comme une sous-entrée de l’article déjeuner, et s’écrit en deux mots, sans trait d’union. Ce n’est qu’à date récente que les dictionnaires proposent la graphie petit-déjeuner, qui consacre le statut du mot comme lexie indépendante. Cette graphie coexiste toutefois encore dans l’usage avec petit déjeuner, en deux mots et sans trait d’union.

Hors de France…

Dans les communautés francophones hors de France, en particulier en Suisse, en Belgique et au Canada, les élites urbaines n’ont jamais ressenti le besoin de s’aligner sur l’usage parisien, ce qui explique que l’ancien système de dénomination des repas se soit perpétué comme tel. Au Québec, le GDT (Grand Dictionnaire Terminologique) présente dîner, par exemple, comme l’appellation tout à fait standard, en français du Québec, du repas de midi. Il fait de même avec souper pour le repas du soir et présente l’emploi de dîner à la place de souper comme étant « surtout d’usage protocolaire ». En ce qui concerne petit(-)déjeuner, voici comment le GDT le caractérise:

Au Québec, la forme petit déjeuner, empruntée à la série petit déjeuner, déjeuner, dîner, est notamment employée dans la langue soutenue et dans la documentation destinée aux touristes.

Il faut dire que petit(-)déjeuner présente l’avantage de ne pas pouvoir causer de confusion avec d’autres dénominations, ce qui facilite son emploi au Québec. On y entend d’ailleurs de plus en plus, parmi les jeunes citadins, la forme abrégée p’tit-déj, si fréquente en France.

unsouperpresqueparfait-1460x824

Verbes et noms…

Normalement, déjeuner, dîner et souper fonctionnent tout à la fois comme des verbes et comme des substantifs. Or, quel verbe correspond à petit(-)déjeuner? Les usages sur ce point divergent. D’abord, il faut bien avouer que même les Français qui disent « le petit(-)déjeuner » sont parfaitement capables de dire qu’ils « déjeunent » le matin: le verbe s’est beaucoup mieux maintenu que le nom. Ensuite, la solution la plus neutre consiste à utiliser une locution verbale: prendre son petit(-)déjeuner. Enfin, on entend aussi très souvent, dans un registre plus familier, la lexie petit(-)déjeuner utilisée elle-même comme un verbe. Le Trésor de la Langue Française, s.v. déjeuner, affirme qu’il s’agirait d’un emploi ‘par plaisant.’, ce qui est peut-être de moins en moins vrai aujourd’hui. Voici un exemple du mot en discours:

Avez-vous bien dîné? demanda-t-il [André à Julietta]. Oui, très bien dîné, et bien petit-déjeuné aussi (L. DE VILMORIN, Julietta, 1951, p. 173 < TLFi s.v. déjeuner).

Et dans les autres langues?

Quiconque a déjà séjourné en Espagne s’est fait la réflexion suivante: mais comme ils mangent tard! Là où les Français vont se restaurer plus ou moins entre midi et 14h00, les Espagnols se mettent à table (la comida ou el almuerzo, selon les régions) vers 15h00. Et le soir, on y mange (la cena) vers 22h00, voire encore plus tard. En fait, et aussi surprenant que cela puisse paraître, c’est tout le contraire: les Espagnols n’ont tout simplement pas déplacé le « dîner » parisien jusqu’en soirée, s’étant arrêtés en chemin, et mangent encore le soir ce « souper » que les Parisiens ont délaissé entre temps… bref, l’heure des repas a aussi pris du retard en Espagne, mais pas autant qu’à Paris.

ven-a-cenar-conmigo-brilla-en-su-regreso-pese-a-no-soportar-el-peso-del-prime-time

Dans le monde anglophone, on remarquera que dinner et supper (tous les deux de très anciens emprunts au français) ont connu plus ou moins le même parcours qu’en français. Voici comment l’Oxford English Dictionary caractérise l’usage de supper:

The time and style of ‘supper’ varies according to history, geography, and social factors. For much of its history, ‘supper’ was simply the last of three daily meals (breakfast, dinner, and supper), whether constituting the main meal or not. In the United States, ‘supper’ is now a less frequent synonym for ‘dinner’ as the evening meal. Where both ‘supper’ and ‘dinner’ can be applied to the last of three meals, supper is often a lighter or less formal affair than dinner […]. Where four meals a day are recognized, ‘supper’ is a light late meal or snack following an early evening dinner or a late afternoon or early evening ‘tea’.

Quant à dinner, selon ce même dictionnaire, son usage pour désigner le repas du soir serait l’apanage de certaines classes sociales:

The chief meal of the day, eaten originally, and still by the majority of people, about the middle of the day […], but now, by the professional and fashionable classes, usually in the evening […].

Des enquêtes semblables aux nôtres mais portant sur l’anglais nord-américain permettent de voir la répartition entre dinner et supper, respectivement aux États-Unis et au Canada:

dinner-versus-supper

Canada-Map-Q33.jpg

Entre francophones…

Bref, chez vous, utilisez les mots qu’il vous plaira, mais si vous communiquez avec des francophones qui ne partagent pas votre usage, assurez-vous de les inviter à manger à l’aide des termes appropriés! Peut-être que le plus simple est de leur fixer une heure précise plutôt que de vous empêtrer entre les déjeuners et les dîners… cela vous évitera de mauvaises surprises!

Ce billet vous a plu?

En attendant le prochain billet, vous pouvez nous retrouver sur Facebook ou Twitter (on a aussi un compte Instagram). Si ce n’est pas déjà fait et si vous avez 10 minutes devant vous, n’hésitez pas à participer à notre dernière enquête (vous êtes originaire d’Europe, cliquez ici; vous venez d’Amérique du Nord? cliquez ). Vous pouvez aussi faire suivre ce lien autour de vous: c’est gratuit, anonyme, ça se fait depuis son ordinateur, son téléphone ou sa tablette, et ça nous aide énormément! Merci!

Canneberges ou cranberries?

S’il y a une chose qui énerve les Québécois en matière de vocabulaire, c’est bien de constater que les Français ne connaissent pas le mot canneberges et n’utilisent que son correspondant anglais, cranberries. Et encore: pour être complet, il faudrait dire que le français du Canada connaît bien d’autres équivalents, comme atocas / atacas ou pommes de pré. Cela est normal, dans la mesure où c’est un petit fruit très répandu en Amérique du Nord et qui s’y consomme depuis des siècles alors que sa commercialisation et sa diffusion en France sont très récentes.

video_cranberry_sauce

Autrefois essentiellement consommées en confiture ou en gelée, comme accompagnement de la dinde, ces baies sont désormais apprêtées de bien des façons: on en fait un jus très riche en vitamines et autres éléments nutritifs, mais on peut aussi les intégrer à des muffins ou à des biscuits, ou alors en faire des smoothies.

bio-vit-am-pur-jus-de-cranberry-canneberge-bio-1lbiscuits-canneberges-600x400-315x250

Mais revenons à des considérations plus linguistiques: d’où viennent ces différentes dénominations, et comment se distribuent-elles dans le temps et dans l’espace?

PS: les cartes présentées dans ce billet reposent sur des enquêtes en ligne; il est essentiel pour nous que vous participiez en grand nombre pour que nos résultats soient valables! si vous êtes francophone nord-américain, cliquez ici; si vous êtes francophone d’Europe, cliquez là! Un grand grand grand merci pour votre participation!

Atocas / atacas

Il s’agit sans nul doute de l’appellation la plus ancienne car nous l’avons héritée des Premières Nations, comme nous l’apprend ce passage du Dictionnaire Historique du Français Québécois, p. 89 (aussi consultable en ligne): «D’origine iroquoienne; relevé dans la langue huronne sous les formes atoxa et toxa « petit fruit rouge » (où x rend une prononciation [kh]».

muffin aux atocas

C’est dans les Relations des Jésuites que l’on trouve la première attestation de ce mot en français, dans un passage qui fait bien ressortir les caractéristiques du fruit:

Dieu nous do[n]na un petit fruict sauvage qu’on nomme icy Atoka; La jeunesse en alloit ramasser dans les prairies voisines, & quoy qu’il n’eust presque ny goust ny substance, la faim nous le faisoit trouver excellent: il est presque de la couleur & de la grosseur d’une petite cerise. (1656, Relations des Jésuites 43, p. 146 – v. DHFQ > BDLP-Québec)

C’est ce terme qui était encore naguère le plus répandu au Canada francophone pour désigner ce fruit, comme nous le montre cette carte tirée de l’Atlas linguistique de l’Est du Canada, publié en 1980 sur la base d’enquêtes menées dans les années 1970 auprès de témoins nés au début du XXe siècle:

atocas_point_ALEC

Figure 1. Carte élaborée à partir des questions 1655 et 1656 de l’ALEC.

Comme on peut le constater, atocas (petits carrés rouges) dominait alors partout sauf dans les provinces maritimes (où l’on disait et où l’on dit encore pommes de pré, petits carrés bleus sur la carte; nous y reviendrons ci-dessous). Quant à canneberge, aujourd’hui si dominant chez les francophones canadiens, il était à toutes fins pratiques inconnu. Mais d’où vient donc ce canneberge, et comment est-il devenu la norme au Canada en quelques décennies?

Canneberges

En fait, on a raison de s’étonner sur les rives du Saint-Laurent de la méconnaissance de ce terme dans l’Hexagone, car il figure en bonne place dans tous les dictionnaires français: même le Dictionnaire de l’Académie l’a inclus à sa nomenclature, et ce depuis 1762! Cela dit, il s’agit d’un terme technique de botanistes, totalement inconnu du grand public. Cela devait également être le cas autrefois au Canada, car le DHFQ pouvait encore écrire en 1998: «Se rencontre surtout dans la langue savante ou soignée (par ex. en botanique, dans la publicité).» Or de nos jours, vingt ans plus tard, le mot canneberge a remporté la partie: comme le montre la carte ci-dessous (Fig. 2), il domine sur presque tout le territoire, ayant relégué son vieux rival atoca (Fig. 3) au rayon des vieilleries:

canneberges_raster_canada

Figure 2. Pourcentage d’usage déclaré du type canneberges dans l’est du Canada d’après les enquêtes Français de nos régions (2017-2018).

atocas_raster_fitted

Figure 3. Pourcentage d’usage déclaré du type atocas dans l’est du Canada d’après les enquêtes Français de nos régions (2017-2018).

Que s’est-il donc passé pour qu’un pareil revirement de situation ait pu avoir lieu en l’espace d’une ou deux générations? Il semble bien que c’est l’aménagement linguistique qui soit en cause. Nous avons vu il y a quelques mois que le mot espadrille s’est largement diffusé au Canada francophone comme désignation des chaussures de sport au détriment de plusieurs équivalents – souvent des mots d’origine anglaise – et ce, grâce à l’interventionnisme des organismes de terminologie, comme l’Office Québécois de la Langue française (OQLF).

Or, le Grand Dictionnaire Terminologique (GDT) de l’OQLF préconise justement l’emploi de canneberge, qu’il présente comme «terme privilégié», reléguant atocas au statut de terme «utilisé dans certains contextes», mais sans préciser lesquels. Comme la langue de l’affichage commercial suit assez fidèlement les recommandations de l’OQLF, on ne s’étonnera pas de constater que canneberges est devenu l’appellation dominante dans les supermarchés, à partir d’où elle se sera répandue dans toute la population.

Mais pourquoi l’OQLF a-t-il préféré canneberges à atocas, d’emploi jadis si étendu? Probablement en raison de sa présence plus ancienne et plus fréquente dans les dictionnaires français. Cela dit, atocas figure également à la nomenclature de quelques dicos, et ce depuis 1823 (voir TLFi).

Aujourd’hui, atocas survit mieux dans des composés, comme gelée d’atocas ou dinde aux atocas. En revanche, lorsqu’il s’agit de produits plutôt récents, c’est naturellement canneberge qui s’impose, comme dans jus de canneberge – une boisson qui n’existait pas autrefois, mais qui est aujourd’hui produite (et appréciée!) pour ses vertus anti-oxydantes.

Maintenant, vous allez peut-être vous demander, en lecteurs curieux que vous êtes, d’où peut bien venir ce mot de canneberge? D’après le plus grand dictionnaire étymologique du français, le Französisches Etymologisches Wörterbuch en 25 volumes, il semble bien s’agir d’une francisation déjà relativement ancienne (1665!) du mot anglais cranberry, désignant le même petit fruit.

Cranberries

Comme le petit fruit en question était autrefois totalement inconnu du grand public en France, lorsque les grandes surfaces ont commencé à le commercialiser, on n’a rien trouvé de mieux à faire que de reprendre le mot anglais – sans se soucier de chercher le mot français correspondant, pourtant présent dans les dictionnaires depuis quelques siècles déjà. C’est ainsi que la francophonie se retrouve encore une fois coupée en deux, avec des Canadiens qui utilisent le mot français, et des Français qui utilisent le mot anglais… mais d’ailleurs, quelle est l’origine de ce mot anglais?

D’implantation relativement tardive dans cette langue, il semble bien s’agir, selon l’Oxford English Dictionary (OED), d’une adaptation d’un type lexical présent dans différentes variétés d’allemand et de néerlandais s’étant exportées en Amérique du Nord à l’époque coloniale, et dont le sens était celui de « baie des grues » (littéralement, crane berry). Voici d’ailleurs ce que l’OED nous apprend sur l’histoire de ce mot en anglais:

Etymology: A name of comparatively recent appearance in English; entirely unknown to the herbalists of 16–17th cent., who knew the plant and fruit as marsh-whorts, fen-whorts, fen-berries, marsh-berries, moss-berries. Several varieties of the name occur in continental languages, as German kranichbeere, kranbeere, Low German krônbere, krones- or kronsbere, krônsbär, kranebere (all meaning crane-berry); […]. The name appears to have been adopted by the North American colonists from some Low German source […]. (OED, on-line edition). 

Il n’est pas entièrement impossible de rencontrer le mot dans l’usage des francophones canadiens, mais selon nos enquêtes il n’est répandu que dans des régions où le français, en situation minoritaire, est plus fortement influencé par l’anglais (comme les provinces maritimes ou l’Ontario) – et ce, de toute façon, avec des pourcentages ne dépassant jamais les 30%:

cranberries_raster_fitted

Figure 4. Pourcentage d’usage déclaré du type cranberries dans l’est du Canada d’après les enquêtes Français de nos régions (2017-2018).

Pommes de pré

Les Acadiens du Canada connaissent toutefois une autre appellation, de facture tout à fait française cette fois-ci: il s’agit de pommes de pré. Les témoins de l’Atlas linguistique de l’Est du Canada (nés au début du XXe siècle) connaissaient bien cette dénomination, comme on peut le voir sur la carte ci-dessous, où la variante pommes de pré apparaît en rouge:

pommes-de-pré_point_ALEC

Figure 5. Carte élaborée à partir des réponses aux questions 1655 et 1656 de l’ALEC.

Il est toutefois réjouissant de constater que ce terme est encore connu dans les provinces maritimes, comme le révèle la carte ci-dessous, basée sur des enquêtes récentes. Les pourcentages d’usage déclaré peuvent monter jusqu’à 60%.

pommes_de_pré_raster_fitted

Figure 6. Pourcentage d’usage déclaré du type pommes de pré dans l’est du Canada d’après les enquêtes Français de nos régions (2017-2018).

L’influence de l’OQLF en dehors des frontières du Québec

En théorie, l’OQLF ne «règne» que sur le français du Québec, mais force est de constater que canneberges s’est diffusé également en dehors des frontières de la Belle Province: comme le montre la figure 2, les provinces maritimes et l’Ontario l’ont aussi adopté, avec des pourcentages à peine moins élevés. Le Manitoba, province des prairies, ne figure pas sur la carte (il est trop à l’ouest!), mais selon les réponses des nombreux internautes franco-manitobains qui ont participé à nos enquêtes, canneberges y est également très bien implanté de nos jours (voir figure 7 ci-dessous).

Manitoba_cranberry

Figure 7. Pourcentages d’emploi déclaré de quatre variantes chez nos répondants franco-manitobains.

La variante atocas est presque désuète, ayant cédé la place à canneberges chez env. trois quarts des répondants. Le mot anglais cranberries a été donné par env. 20% des témoins, ce qui rappelle un peu la situation au Nouveau-Brunswick. Enfin, certains témoins ont donné comme réponse pembinas, mot d’origine amérindienne qui désigne en théorie un autre petit fruit rouge comestible, celui de la viorne. Cette confusion a peut-être été favorisée par le fait que ce fruit est appelé, en anglais canadien, lowbush cranberry (v. GDT).

Bref…

Nous avons donc eu à la base un mot dialectal allemand ou néerlandais signifiant « baie des grues » (quelque chose comme kranbeere) qui a d’abord fait l’objet d’une adaptation en anglais, devenant cranberry, mot à partir duquel le français a créé anciennement une forme fortement francisée, canneberge, et beaucoup plus récemment une forme sans adaptation (à tout le moins graphique), cranberry. À tout cela s’ajoute un mot plus ancien, atoca, d’origine amérindienne, qui n’a pas eu les faveurs de l’OQLF – ce qui l’a condamné à s’incliner devant canneberge, plus courant dans la lexicographie française bien que totalement inconnu du grand public en France.

Cela dit, peu importe comment vous les appelez, ces petites baies sont très bonnes pour votre santé – alors n’hésitez pas à vous en gaver!

Pour en savoir davantage sur la culture et la récolte de ce fruit, vous pouvez consulter cette page de l’Association des producteurs de canneberges du Québec.

carrés aux canneberges

Ce billet vous a plu?

En attendant le prochain billet, vous pouvez nous retrouver sur Facebook ou Twitter (on a aussi un compte Instagram). Si ce n’est pas déjà fait et si vous avez 10 minutes devant vous, n’hésitez pas à participer à notre dernière enquête (vous êtes originaire d’Europe, cliquez ici; vous venez d’Amérique du Nord? cliquez ). Vous pouvez aussi faire suivre ce lien autour de vous: c’est gratuit, anonyme, ça se fait depuis son ordinateur, son téléphone ou sa tablette, et ça nous aide énormément!

Ces prononciations qui divisent la France

Dans plusieurs de nos précédents billets, on vous parlait de ces mots qui ne se prononcent pas de la même façon selon la région d’où l’on provient. On vous disait qu’en France, tout le monde ne distinguait pas, à l’oral, le mot piquait du mot piqué, le mot saute du mot sotte, le mot brin du mot brun ou encore le mot pâte du mot patte; on vous disait également que certains francophones étaient plus ou moins parcimonieux lorsqu’il s’agissait de faire sonner les consonnes finales des mots vingt, moins, persil, sourcil, anis voire du mot ananas.

Mosaïque 1. Pourcentage d’usage déclaré de participants ayant déclaré prononcer, de haut en bas et de la gauche vers la droite, le mot ananas [anana], le mot anis [ani], le mot saute [sot], le mot piquet [pikɛ], le mot brun [brœ̃] et le mot pâte [pɑt] en français d’Europe d’après les enquêtes Français de nos régions. Les traits fins délimitent les frontières de départements en France, de provinces en Belgique et de cantons en Suisse romande.

Grâce aux milliers d’internautes qui ont pris part à nos dernières enquêtes, l’on est aujourd’hui en mesure de vous proposer une nouvelle sélection de cartes donnant à voir des divisions à l’intérieur de la francophonie d’Europe. Bonne découverte!

Nous avons besoin de vous!
Depuis 2015, les linguistes du site «Français de nos régions» ont mis en place des sondages sur Internet en vue d’évaluer la distribution dans l’espace des spécificités locales du français que l’on parle en Europe et au Canada. Aidez-nous en répondant à notre nouvelle enquête sur les régionalismes du français de France 🇫🇷, de Belgique 🇧🇪 et de Suisse 🇨🇭 en répondant à quelques questions – cliquez 👉 ici 👈 pour accéder au sondage. Si vous êtes originaires du Québec 🍁 ou des autres provinces francophones du Canada 🇨🇦, c’est par 👉 👈). Votre participation est gratuite et anonyme. Il vous suffit de disposer d’une connexion internet 💻📱 et d’une dizaine de minutes ⏰ tout au plus. Les cartes 🗺️ présentées dans ce billet ont été générées à la suite des réponses de plusieurs milliers d’internautes 👨💻 👩💻 (entre 8.000 et 10.000 personnes par enquête). Nous avons besoin d’un maximum de répondants pour assurer la représentativité des faits que nous examinons, n’hésitez donc pas nous dire quel français régional vous parlez!

La prononciation des mots en -oelle et en -oêle

Les mots qui contiennent la graphie –oêle ou –oelle, comme poêle 🍳 et moelle 🍖, se prononcent, d’après les dictionnaires de grande consultation, avec le son [wa]. Si vous vous rendez sur le site du Larousse et que vous cliquez sur le petit haut-parleur 🔊 en haut à droite de la définition, vous pourrez entendre la petite voix articuler [pwal] à l’entrée poêle et [mwal] à l’entrée moelle.

Bizarrerie
En ce qui concerne le mot poêle, le TLFi ne signale que la prononciation [pwal], la page du Wiktionnaire (consultée le 25.02.2018) indique que les deux – [pwal] et [pwèl] – sont possibles. Pour le mot moelle, c’est l’inverse: le TFLi signale que les prononciations [mwèl] et [mwal] sont toutes deux attestées, le Wiktionnaire (consulté le 25.02.2018) ne mentionne que la prononciation [mwal] 😒

Les résultats de nos enquêtes nous avaient déjà permis de proposer une carte pour la prononciation du mot poêle (si vous ne vous en souvenez plus, cliquez ici). Grâce aux données de notre avant-dernière enquête, on a pu réaliser la carte des régions où le mot moelle se prononce [mwal], et celles où le mot se prononce [mwèl] –  pour visualiser la juxtaposition des cartes en plein écran, cliquez sur ce lien:

Figure 1. Pourcentage d’usage déclaré pour la prononciation [pwèl] du mot poêle d’après les réponses des participants âgés respectivement de moins de 25 ans et de plus de 50 ans en français d’Europe d’après les enquêtes Français de nos régions. Les traits fins délimitent les frontières de départements en France, de provinces en Belgique et de cantons en Suisse romande.

Malgré quelques petites différences que l’on peut observer à l’intérieur de la France métropolitaine (différences qui s’expliquent par le fait que le nombre de participants pour chaque localité n’était pas exactement le même d’une enquête à l’autre, même si le nombre total de participants – toute localités confondues – était, lui, similaire: 7.100 pour le mot poêle; 7.800 pour le mot moelle), la superposition des deux cartes (faire glisser la barre verticale de gauche à droite pour comparer) permet d’affirmer que c’est surtout en Bretagne, dans l’ancienne région Nord-Pas-de-Calais et dans certains cantons de Suisse romande que la prononciation [wè] est la plus répandue. Ailleurs, cette prononciation peut être entendue, mais elle est clairement minoritaire par rapport à la prononciation [wa]. Dans notre dernière enquête, nous testons la prononciation d’autres mots pouvant faire l’objet de la même variation (moelleux au chocolat, couenne du jambon, etc.). N’hésitez pas à nous faire part de votre usage en répondant à nos nouvelles questions!

Les consonnes finales

On sait que la prononciation des consonnes finales varie à travers les époques comme à travers les régions. On sait également que les directions de la variation ne sont pas cohérentes, ni régulières. Pourquoi, en Belgique, ne prononce-t-on pas le -l final du mot sourcil alors qu’on prononce celui de nombril ou celui de baril? Pourquoi dans la partie septentrionale de France, on ne prononce pas le -l final du mot persil alors qu’on prononce celui des mots nombril, baril et sourcil? Dans la même veine, pourquoi les Gascons prononcent-ils l’-s final du mot moins et du mot encens et pas le -t final du mot vingt, à la manière des Alsaciens, des Lorrains, des Belges et des Suisses?

Le saviez-vous?
Au Québec 🍁 comme dans les autres des provinces du Canada 🇨🇦 où l’on parle français, la non-prononciation du -l final dans les mots sourcil, barilpersil et nombril est normale. En français canadien, on dit [nombri], [bari], [persi], [sourci] – personne ne dit [sourcile], [barile], [persile] ou [nombrile], à part peut-être les Européens qui se sont exilés et qui ne se sont pas encore intégrés! Les Canadiens ne prononcent pas non plus les consonnes finales des mots moins et vingt. Toutefois, certaines personnes (souvent, il s’agit de personnes âgées) de cette région de la francophonie prononcent un -s final à la fin des pronoms eux (prononcé [eusse]), ceux (prononcé [ceusse]) ou gens (prononcé [gensse])! On vous l’a dit: il n’y a pas de logique! 😃

Qu’en est-il des mots cassis, almanach ou détritus? Le Larousse signale que ces trois mots se prononcent sans consonnes finales: à l’article en ligne consacré à mot cassis, on peut entendre que la voix prononce [kassi], à l’article almanach la prononciation est [almana] et à l’article détritus c’est [détritu] que vous entendrez. Les données de nos diverses enquêtes indiquent, comme on aurait pu s’y attendre, que la prononciation des consonnes finales varie selon les mots, mais aussi en fonction des régions. Globalement, il ressort que, partout dans la francophonie d’Europe, les prononciations [kassisse] et [almanak] sont clairement majoritaires, alors que pour le mot détritus, c’est la prononciation sans consonne finale – [détritu] – qui prédomine, comme on peut le voir sur les cartes ci-dessous:

Mosaïque 2. Pourcentage d’usage déclaré pour les prononciations [kassi] du mot cassis, [détritusse] du mot détritus et [almana] du mot almanach en français d’Europe d’après les enquêtes Français de nos régions. Les traits fins délimitent les frontières de départements en France, de provinces en Belgique et de cantons en Suisse romande.

De façon plus intéressante, nos enquêtes permettent de montrer qu’en France, les prononciations minoritaires sont archaïsantes, c’est-à-dire que ce sont plutôt les participants âgés qui en sont les représentants. Comparer, pour le mot cassis, la carte produite avec les participants de moins de 25 ans à la carte produite en ne retenant que les données des participants de 50 ans et plus – faire glisser pour comparer les deux cartes, et pour voir la juxtaposition en plein écran, cliquez sur ce lien:

Figure 3. Pourcentage d’usage déclaré pour la prononciation [kassi] du mot cassis d’après les réponses des participants âgés de moins de 25 ans et des participants âgés de plus de 50 ans en français d’Europe d’après les enquêtes Français de nos régions. Les traits fins délimitent les frontières de départements en France, de provinces en Belgique et de cantons en Suisse romande.

La juxtaposition des deux graphiques permet de conclure qu’en Bretagne et dans les cantons de l’arc jurassien de Suisse romande, la prononciation [kassi] est plus répandue chez les plus de 50 ans que chez les moins de 25 ans, c.-à-d. qu’elle est en train de se perdre au profit de l’usage dominant. Remarquons qu’ailleurs sur le territoire, elle est quasi-inexistante, et ce peu importe l’âge des participants.

Pendant ce temps-là, dans le TLFi…
L’article du TFLi consacré au mot cassis rapporte que la plupart des dictionnaires de prononciation signalent que l’-s final se prononce; certains estiment même que la forme [kassi] est « vieillie », v. notamment Martinon [1913, p. 302]: « la prononciation de ces mots [métis, cassis, vis et tournevis] sans s est tout à fait surannée; on ne peut plus la conserver que pour les nécessités de la rime et encore »

Si l’on compare à présent la distribution des deux prononciations (avec et sans consonnes finales en isolant les participants de moins de 25 ans et ceux de plus de 50 ans) pour le mot almanach, on peut voir que la prononciation sans consonne finale est assez répandue chez les seniors (en tout cas dans les régions de la France septentrionale), alors qu’elle a quasiment disparu dans la bouche des participants de moins de 25 ans – faire glisser pour comparer les deux cartes, et pour voir la juxtaposition en plein écran, cliquez sur ce lien:

Figure 4. Pourcentage d’usage déclaré pour la prononciation [almana] du mot almanach d’après les réponses des participants âgés de moins de 25 ans et des participants âgés de plus de 50 ans en français d’Europe d’après les enquêtes Français de nos régions. Les traits fins délimitent les frontières de départements en France, de provinces en Belgique et de cantons en Suisse romande.

Qu’en disent les traités de prononciation?
D’après les traités de prononciation du français (v. TLFi pour une revue), le -ch final ne se prononce [k] que devant voyelle: l’almanach [k] impérial, l’almanach [k] alsacien. Notre questionnaire ne permettait pas de tester l’importance du contexte de droite (est-ce que le mot se trouve devant voyelle ou devant consonne), mais on peut faire l’hypothèse que la prononciation du [k] final se maintient également devant consonne (l’almanach [k] savoyard, l’almanach [k] 2018, etc.).

Examinons à présent le cas de la prononciation du mot détritus. La comparaison des deux cartes permet de rendre compte d’un changement encore plus radical que ce que l’on a pu observer pour les mots cassis et almanach ci-dessus. La juxtaposition des deux cartes révèle en effet que la prononciation [détritusse] est clairement plus répandue dans les anciennes générations que dans les jeunes générations, où c’est la prononciation sans consonne finale [détritu], qui prédomine – faire glisser pour comparer les deux cartes, et pour voir la juxtaposition en plein écran, cliquez sur ce lien:

Figure 5. Pourcentage d’usage déclaré pour la prononciation [détritusse] du mot détritus d’après les réponses des participants âgés de moins de 25 ans et des participants âgés de plus de 50 ans en français d’Europe d’après les enquêtes Français de nos régions. Les traits fins délimitent les frontières de départements en France, de provinces en Belgique et de cantons en Suisse romande.

Une prononciation qui fait débat
Les traités de prononciation de français ne s’accordent pas sur la prononciation du mot détritus (voir TLFi pour une revue). Pour les uns [Martinon 1913; Barbeau & Rodhe 1930], l’-s final ne doit pas être prononcé. Pour d’autres [Dupré 1972], « l’usage aurait consacré [la non-prononciation du -s final] par analogie des pluriels de participes passés [inclus, retenus, obtenus] ». L’-s étant interprété comme une marque de pluriel (il est rare d’employer le mot détritus au singulier), il tend à ne pas être prononcé (contrairement aux mots empruntés au latin à une date plus récente: humérus, Uranus, utérus, cubitus, etc.)

Il existe encore de nombreux mots dont la prononciation de la consonne finale semble dépendre de l’origine et de l’âge des participants. Notre dernier questionnaire en contient une série (alphabeTchaoS, thermoS, etc.). Aidez-nous à compléter notre collection en cliquant sur ce lien!

Le e dit muet

Notre troisième série de cartes concerne la prononciation du e que les linguistes qualifient de « caduc » ou de « muet » et que l’on appelle techniquement le schwa. Le comportement de cette voyelle est problématique, surtout quand il intervient au début d’un mot. Dites-vous plutôt « dév’lopp’ment » ou « développement« ? Y voyez-vous « clair’ment ou « clairement« ? « à d’main » ou « à demain« ? On sait ainsi que les locuteurs de la partie septentrionale de la France sont de plus gros avaleurs de e muets que ceux du sud, comme le confirme cette première carte:  2-chfeu_all

Figure 6. Pourcentage d’usage déclaré pour la prononciation du mot cheveux sans e muet [ch’veu] en français d’Europe d’après les enquêtes Français de nos régions. Les traits fins délimitent les frontières de départements en France, de provinces en Belgique et de cantons en Suisse romande.

Souvent, le e caduc est prononcé pour éviter la production de syllabes commençant par deux consonnes qui s’enchaînent mal (essayez de prononcer les jours de la semaine mercredi ou vendredi sans e muet; même remarque avec les mots qui se terminent par -elier: bachelier, hôtelier ou chancelier).

La loi dite « des trois consonnes »
En 1901, Maurice Grammont, publie une étude sur le patois de son village natal, Damprichard (25), et jette les bases d’une règle qu’il raffinera par la suite, et que l’on connait aujourd’hui sous le nom de « loi [ou règle] des trois consonnes ». Brièvement résumée, cette loi stipule que le e muet est obligatoirement prononcé s’il est précédé de deux consonne et suivi d’une autre consonne (trois consonnes au total, donc), car il sert d’appui: porte-feuille, notre père, une énorme pression, etc. Il est facultatif autrement. Pour en savoir plus, vous pouvez consulter l’ouvrage de Grammont ou cet article des linguistes Jacques Durand et Bernard Laks.

Or, tous les francophones d’Europe ne sont pas égaux devant la chute du e muet. Pour certains locuteurs de Suisse romande et de la région Bourgogne-Franche-Comté, faire chuter le e muet dans le mot renard ne pose aucun problème, comme on peut le voir sur la Figure 7:

2-rnard_all

Figure 7. Pourcentage d’usage déclaré pour la prononciation du mot renard sans e muet [r’nar] en français d’Europe d’après les enquêtes Français de nos régions. Les traits fins délimitent les frontières de départements en France, de provinces en Belgique et de cantons en Suisse romande.

Pour les Méridionaux, l’absence de e muet entre deux consonnes comme « p » et « n », comme dans les mots pneu ou pneumonie, peut même entraîner la production d’un e qui ne fait pas partie de la graphie du mot, comme on peut le voir sur la Figure 8:

2-peuneu_all

Figure 8. Pourcentage d’usage déclaré pour la prononciation du mot pneu avec e muet [peuneu] en français d’Europe d’après les enquêtes Français de nos régions. Les traits fins délimitent les frontières de départements en France, de provinces en Belgique et de cantons en Suisse romande.

Mémo
En linguistique, on appelle épenthèse le fait de produire un son qui ne figure pas dans la graphie d’un mot pour en faciliter la prononciation. Inversement, la suppression d’un phonème lors de la prononciation d’un mot est un processus que l’on appelle syncope.

Bonus: je mangerai vs je mangerais

On voulait terminer ce billet en présentant une carte qu’on nous a beaucoup demandée, et qui permet de rendre compte de l’état de l’opposition phonique entre la terminaison des formes conjuguées je mangerai et je mangerais, qui expriment respectivement le futur et le conditionnel à la première personne du singulier.

Le saviez-vous?
Selon l’usage normatif, la terminaison -ai des verbes au passé simple (je mangeai) et au futur simple (je mangerai) se prononce avec une voyelle fermée [e], ce qui permet d’éviter la confusion avec l’indicatif imparfait (je mangeais) et avec le conditionnel présent (je mangerais), qui se prononcent avec la voyelle ouverte [ɛ]. Sur ce point, v. notamment Le Bon Usage, de Grévisse & Goosse [2016, §794].

mangerai_mangerais_all.png

Figure 9. Pourcentage de participants ayant indiqué prononcer de façon différente le verbe je mangerai (futur simple) du verbe je mangerais (conditionnel) en français d’Europe d’après les enquêtes Français de nos régions. Les traits fins délimitent les frontières de départements en France, de provinces en Belgique et de cantons en Suisse romande.

Sans surprise, l’opposition n’est pas connue dans le sud de la France (où l’on ne connait pas le phonème /ɛ/, des mots comme piquet ou piquait ne se distinguant pas, à l’oral, du mot piqué (v. mosaïque 1 en haut de cette page). Dans le reste de la francophonie d’Europe, on peut voir que c’est surtout en Belgique, dans les départements de l’arc jurassien de la Suisse romande ainsi qu’en Franche-Comté que survit l’opposition. Ailleurs, elle n’existe plus (et cela peu importe l’âge des participants, différentes méthodes statistiques n’ayant pas permis de faire ressortir un effet significatif de l’âge sur la distribution de cette variable).

Le saviez-vous?
Au Canada 🇨🇦, autre région de la francophonie avec la Suisse 🇨🇭 et la Belgique 🇧🇪 où le français a pu se développer en partie à l’abri des influences du français de Paris 🗼, il est d’usage d’opposer je mangerai à je mangerais quand on s’exprime à l’oral.

Conclusion

Les enquêtes «Français de nos régions» nous ont encore une fois permis de porter un regard nouveau sur la vitalité et l’aire d’extension de certaines prononciations du français. La question du e muet est souvent invoquée comme un marqueur de l’identité régionale d’un francophone. Pour la première fois, des cartes indiquant les aires où cette voyelle se prononce et où elle peut ne pas se prononcer ont été réalisées.

Quel français régional parlez-vous?
Il nous reste encore pas mal de travail à réaliser en vue d’aboutir à une meilleure connaissance de la géographie des prononciations du français de nos régions. N’hésitez donc pas à participer à l’un de nos derniers sondages sur les régionalismes du français de France 🇫🇷, de Belgique 🇧🇪 et de Suisse 🇨🇭 en répondant à quelques questions – cliquez 👉 ici 👈 pour accéder aux questions. Si vous êtes originaires du Québec 🍁 ou des provinces de l’est du Canada 🇨🇦, c’est par 👉 👈). Votre participation est gratuite et anonyme. Il vous suffit de disposer d’une connexion internet 💻📱 et d’une dizaine de minutes ⏰ tout au plus.

Grâce aux données récoltées, on est désormais en mesure de faire des hypothèses plus solides quant à la géographie de certains faits (l’aire de la prononciation [pwèl] recoupe celle de [mwèl]; c’est dans les régions les plus conservatrices de la francophonie d’Europe que l’on maintient l’opposition, à l’oral, entre les éléments de la paire je mangerai et je mangerais), ainsi que de leur avenir.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux!
Dans un prochain billet, on traitera de la façon dont certaines prononciations ont évolué au cours du siècle dernier, en comparant nos cartes avec celles de l’Atlas Linguistique de la France. Sinon, pour être tenu.e.s au courant de nos publications et de nos actualités, abonnez-vous à notre page Facebook! Vous pouvez aussi nous suivre sur Twitter ou sur Instagram!

On a notamment pu voir que les prononciations minoritaires des mots cassis, détritus ou almanach sont régionales mais aussi vieillissantes, et qu’elles tendent à disparaître au profit de l’usage dominant.

Le français de nos régions vous intéresse?

Retrouvez dans toutes les bonnes librairies (sinon il est aussi à la Fnac ou sur Amazon) l’Atlas du Français de nos Régions aux éditions Armand Colin! Plus de 120 cartes illustrées et en couleur pour voyager à travers les régionalismes du français!

couverture

Crédits

Les cartes ont été réalisées à partir de diverses enquêtes conduites depuis 2015 et dirigées par Mathieu Avanzi (centre de recherche VALIBEL, université catholique de Louvain) pour l’Europe, André Thibault (université Paris-Sorbonne et membre du projet Le français à la mesure d’un continent) pour le Canada. Les cartes ont toutes été réalisées dans le logiciel R (à l’aide des bibliothèques ggplot2, raster, Cairo, plyr et dplyr, entre autres). Le fond de carte a été généré à partir des données fournies sur le site GADM. Les juxtapositions de cartes ont été réalisées sur la plateforme JuxtaposeJS. Si vous avez des questions concernant les cartes, que vous souhaitez les utiliser ou les reproduire, n’hésitez pas à nous contacter!

La « chasse aux belgicismes » cartographiée

Il y a quelques mois, j’ai eu l’occasion de trouver chez un bouquiniste à Bruxelles un ouvrage fort célèbre dans l’histoire des français régionaux. Ecrit par Joseph Hanse, Albert Doppagne et Hélène Bourgeois-Gielen et publié pour la première fois en 1971, il s’intitule: Chasse aux belgicismes. Comme son titre le laisse penser, ce recueil vise à répertorier des faits linguistiques (101 au total) qui sont considérés comme des belgicismes (« le belgicisme est une particularité du parler français de Belgique et qui le différencie du français de France », p. 31) et d’en faire la chasse (en proposant des équivalents en français « universel, celui de toute la francophonie », quatrième de couverture).

img_2809.jpg

Edité par « l’Office du bon langage de la Fondation Charles Plisnier » (office fondé « pour s’attaquer à un […] mal qui compromettait […] le rayonnement des régions françaises de Belgique: la médiocrité du langage écrit et parlé », p. 7), l’ouvrage connaîtra un succès fou. Il sera même couronné par l’Académie française, et suivi quelques années plus tard (en 1974) d’un second tome, intitulé Nouvelle chasse aux belgicismes (avec cette fois-ci une couverture orange, v. illustration ci-dessus).

Si l’idée de « faire la chasse » aux belgicismes peut paraître aujourd’hui complètement saugrenue, elle ne l’était pas dans les années 70, période à laquelle les régionalismes et autres particularismes locaux étaient encore considérés comme des écarts de langage à bannir à tout prix de la bouche des francophones. En Belgique, des linguistes comme Michel Francard (du centre de recherche VALIBEL de l’Université catholique de Louvain) ont œuvré à déconstruire l’idée que le français régional, c’est du mauvais français. La mise au point du Dictionnaire des belgicismes (publié pour la première fois en 2010, revu et augmenté en 2015), qui répertorie et définit, sans aucun jugement de valeur ni prétention normative ou corrective, les mots du français de Belgique souvent oubliés des dictionnaires du français de France, a permis de sensibiliser un peu plus le grand public à ce problème.

Je me souviens m’être dit, en le lisant, que certaines des entrées qu’il contenait mériteraient un jour d’être cartographiées, l’idée étant de vérifier l’aire d’extension et la vitalité des expressions que les auteurs ont taxées de « belgicismes ». J’ai finalement sélectionné quelques mots que j’avais eu l’occasion de tester dans mes enquêtes.

Les cartes de ce billet ont été générées avec le logiciel R, à l’aide (entre autres) des packages ggplot2raster et kknn. Vous pouvez également nous aider en répondant à quelques questions quant à vos usages des régionalismes! Il suffit simplement de cliquer 👉 ici 👈, et de se laisser guider. Les enquêtes peuvent être réalisées de façon anonyme depuis son ordinateur 💻, smartphone ou tablette 📱. Il vous faudra compter 15 minutes ⏰ environ pour en venir à bout.

Je reprends les titres des entrées telles qu’ils figurent dans le petit livre jaune.

La clenche? non, la poignée!

À la page 77 (prononcez septante-sept), Hanse et ses collègues s’attaquent à « trois problèmes importants » qui « sont à résoudre à propos du mot clenche« . Le premier concerne l’orthographe: faut-il écrire clanche ou clenche? Le second concerne la prononciation du mot: faut-il dire clenchecliche ou encore clinche? Sous prétexte qu’à l’époque, le Robert ne mentionne que l’orthographe clenche (le Grand Larousse encyclopédique donne pourtant les variantes clenche, clinche et clanche), et que cliche est dialectal (en picard, on dit cliche), les auteurs choisissent de se fixer sur la variante clenche.

Pour notre part, nous avons maintenu la graphie clenche parce que le mot appartient à la même famille que déclencher et enclencher (v. l’article du TLFi).

Troisième problème: reste à savoir ce que ce mot signifie. Puisqu’il n’y a, aux yeux des auteurs, que le français « universel » (comprendre le français des dictionnaires parisiens) qui fait foi, une clenche, « ce n’est pas, comme le pensent beaucoup de Belges, la poignée que nous actionnons pour ouvrir ou fermer une porte […] c’est tout autre chose. C’est une pièce horizontale oscillant autour de l’axe d’un loquet placé sur l’ouvrant d’une porte et qui vient s’engager dans un mentonnet fixé sur le dormant ».

f5f71667d17ed3189c1498bcfb8b1730.jpg

Figure 1. Clenche de porte en fer forgé à la main [source]

A la suite de l’une de nos enquêtes, à laquelle plus de 8.000 francophones originaires de Belgique, de France ou de Suisse ont participé, il est ressorti que près de 25% des francophones de notre échantillon utilisent le mot clenche (ou l’une de ses variantes) pour désigner une poignée.

D’après le Dictionnaire des régionalismes de France, le type lexical clenche est apparu pour la première fois sous la plume d’auteurs originaires du nord de la France au 12e siècle. Le mot désignait originellement le petit bras de levier du loquet d’une porte, et c’est par métonymie qu’il s’est mis à désigner le loquet lui-même, puis la poignée.

La carte ci-dessous permet de voir que ces locuteurs ont passé la plus grande partie de leur jeunesse dans une zone qui s’étend de la Normandie à la Lorraine, et qui englobe la Picardie et la Belgique:

clenche_with_label_all.png

Figure 2. Pourcentage d’usage déclaré pour le mot clenche au sens de « poignée » en français d’Europe d’après les enquêtes Français de nos régions. Les traits fins délimitent les frontières de départements en France, de provinces en Belgique et de cantons en Suisse romande.

Il est intéressant de constater que l’aire géographique du substantif clenche, au sens de « poignée », est beaucoup plus grande que celle du verbe clencher (au sens de « verrouiller une porte »):

fermer_all_label.png

Figure 3. Les dénominations du concept « fermer la porte/verrouiller » en français d’Europe d’après les enquêtes Français de nos régions. Les traits fins délimitent les frontières de départements en France, de provinces en Belgique et de cantons en Suisse romande.

Le saviez-vous? Le verbe clencher est en circulation au Québec 🏴󠁣󠁡󠁱󠁣󠁿 et dans les autres provinces de l’est du Canada 🇨🇦, avec le sens de « bien fermer » (pas forcément à clef, v. ce site pour un aperçu des autres sens que peut avoir ce verbe outre-Atlantique). Nos enquêtes sont en cours pour cette partie de la francophonie; si vous y avez passé la plus grande partie de votre jeunesse, cliquez 👉 ici 👈 pour y prendre part!

Coussin ou oreiller?

La seconde entrée qui a retenu mon attention concerne le couple coussin/oreiller. Je ne suis pas sûr, comme l’écrivent Hanse et collègues, que si un Belge demande un coussin dans un hôtel en France, il se fera d’office apporter « un coussin d’étoffe de décoration plus ou moins grossière et peut-être plus ou moins défraîchi » (p. 84). En tout cas la probabilité est plus faible s’il se rend dans l’une des zones vertes désignées sur la carte ci-dessous:

coussins_with_label_all

Figure 3. Pourcentage d’usage déclaré pour le mot coussin au sens d' »oreiller » en français d’Europe d’après les enquêtes Français de nos régions. Les traits fins délimitent les frontières de départements en France, de provinces en Belgique et de cantons en Suisse romande.

La carte a été établie à partir de la réponse à la question: « Dans votre lit, vous posez la tête sur… (i) un oreiller; (ii) un coussin, (iii) les deux sont possibles ». Le tout était accompagné de l’image ci-dessous:

dessus-de-lit-avec-2-taies-d-oreiller-coloris-blan

Notre enquête permet de rendre compte que dans de nombreuses régions de France et de Suisse romande, comme en Wallonie, coussin est parfaitement synonyme d’oreiller! En linguistique, on dirait qu’il s’agit d’un régionalisme de grande extension.

La drache nationale

À la page 91, les auteurs s’intéressent à l’un des particularismes locaux les plus emblématiques de la Wallonie et de l’ex-région Pas-de-Calais. Le mot drache (à rapprocher du flamand draschen), qui désigne une pluie soudaine et abondante.

Le saviez-vous? D’après le Wiktionnaire, le mot drache désigne aussi une tournée générale en Belgique.

Pourquoi taxer la drache de « nationale »? Parce que le 21 juillet en Belgique, jour de la fête nationale, « tout le monde craint la drache nationale ».

Capture.PNG

À la fin de leur article, Hanse et ses collègues concluent: « notre drache nationale, ne l’exportons pas! ». Un demi-siècle plus tard, il semblerait que leur message n’ait pas été entendu des Français, puisque le mot drache tend aujourd’hui à être utilisé bien au-delà de son aire d’origine, comme le montrent les petites taches vertes qui parsèment l’Hexagone sur la carte ci-dessous:

drache_with_label_all.png

Figure 5. Pourcentage d’usage déclaré pour le mot drache au sens de « pluie forte et abondante » en français d’Europe d’après les enquêtes Français de nos régions. Les traits fins délimitent les frontières de départements en France, de provinces en Belgique et de cantons en Suisse romand.

Pour preuve, sur les réseaux sociaux, on le trouve employé dans des tweets d’internautes qui ne sont pas originaires du nord (au grand dam des natifs de cette région):

Capture

Cette « dé-régionalisation » s’explique sans doute par le fait que le français « universel » comme les auteurs de la Chasse aux belgicismes se plaisent à le nommer, ne permet pas d’exprimer de façon simple et brève (en un seul mot) ce phénomène atmosphérique si emblématique du nord de la francophonie d’Europe.

🌧️🌧️🌧️ Souvenez-vous, dans le film Bienvenue chez les Ch’tis, quand Philippe Abrams (joué par Kad Merad) dépasse le panneau « Bienvenue dans le Nord-Pas-de-Calais » et qu’une énorme drache s’abat sur sa voiture!

bienvenue-chez-les-ch-tis-o.gif

Il est moins quart!

Quelques pages plus tard (p. 123), c’est au tour de l’expression il est moins quart de faire l’objet d’une stigmatisation (entre autres « exemples entendus ici et là concernant le quart d’heure »: il est midi quart, il est quart passé, il est le quart de huit, il est quart avant, etc. – « toutes ces formules, sans exception, sont fautives », p. 124). Originaire de Savoie, j’ai pour ma part alterné, depuis que je sais lire l’heure, entre les tours « moins quart » et « moins le quart ». Et personne ne m’a jamais dit que la première version était fautive…

midi_moins_quart_with_label_all.png

Figure 6. Pourcentage d’usage déclaré pour l’expression il est moins quart au sens de « il est moins le quart » en français d’Europe d’après les enquêtes Français de nos régions. Les traits fins délimitent les frontières de départements en France, de provinces en Belgique et de cantons en Suisse romand.

Les résultats des enquêtes montrent d’ailleurs que c’est une façon de faire relativement répandue dans la francophonie d’Europe. Outre la Belgique, on peut voir que le régionalisme est connu en Suisse romande et dans d’autres départements de l’ancienne région Rhône-Alpes, ainsi qu’en Corse. En fait, c’est également ce que l’on dit au Canada!

Connaissez-vous la ramassette?

Cinquième et dernier régionalisme de ce billet: les dénominations de la petite pelle que l’on utilise pour récupérer « poussières, cendres de cigarette tombées par hasard [entre autres] déchets [jonchant] le parquet » (p. 125). Selon les auteurs de la Chasse aux belgicismes, les Wallons ne connaîtraient que le mot ramassette, mais ils feraient mieux d’utiliser la forme pelle-à-poussière. Notre enquête montre que le terme ramassette est effectivement utilisé en Belgique:

ramassette_with_label_all.png

Figure 7. Pourcentage d’usage déclaré pour le mot ramassette au sens de « objet servant à ramasser les détritus et qui s’utilise généralement avec une balayette ou un balai » en français d’Europe d’après les enquêtes Français de nos régions. Les traits fins délimitent les frontières de départements en France, de provinces en Belgique et de cantons en Suisse romand.

Mais elle a aussi révélé que dans le reste de la francophonie d’Europe, les choses sont loin d’être aussi homogènes que ce que l’on croit. Il apparaît en effet qu’en France, des variantes tout aussi « locales » sont en circulation (v. l’expression ramasse-bourrier dans l’ouest, pelle-à-cheni en Franche-Comté, ordurière dans le Jura et ramassoire en Suisse romande) – et que les Français utilisent, quant à eux, diverses expressions impliquant le mot pelle (pelle-à-balai, pelle-à-balayures, pelle-à-ordure, pelle-à-poussière, pelle-à-ramasser, etc.), sans qu’aucune ne soit plus utilisée plus fréquemment que l’autre. C’est ce dont nous avons essayé de rendre compte sur la carte ci-dessous:

pelle_raster_all_illus.png

Figure 8. Les dénominations de « l’objet servant à ramasser les détritus et qui s’utilise généralement avec une balayette ou un balai » en français d’Europe d’après les enquêtes Français de nos régions. Les traits fins délimitent les frontières de départements en France, de provinces en Belgique et de cantons en Suisse romande.

Ce billet vous a plu?

Alors n’oubliez pas de nous suivre sur FacebookTwitter et Instagram! N’oubliez pas non plus de participer à notre dernier sondage! Cliquez ici si vous êtes originaire d’Europe 🇫🇷 🇧🇪 🇨🇭; cliquez  si vous venez d’Amérique du Nord 🇨🇦🏴󠁣󠁡󠁱󠁣! C’est gratuit, anonyme, ça se fait depuis son ordinateur 💻, smartphone ou tablette 📱, et ça nous aide énormément!

C’est bientôt Noël 🎅🎄🎁!

Le français de vos régions vous intrigue, vous titille, vous passionne? Vous avez souvent avec vos collègues ou vos proches des débats passionnés sur la façon dont il faut dénommer tel ou tel objet de la vie quotidienne? On a réuni, illustré et commenté plus de 120 cartes dans l’Atlas du français de nos régions, à retrouver dans toutes les bonnes librairies (mais aussi sur Amazon ou sur le site de la Fnac).

 

couverture

 

 

Le mois d’août, ou… comment diable est-ce que ça se prononce?

98f4e4ae

Il y a grosso modo deux grandes tendances dans l’histoire de notre mot qu’il convient de distinguer et de commenter: d’une part, on en a longtemps prononcé le a- initial, mais sans pour autant faire entendre le -t final (donc, «a-ou»); d’autre part, on a restitué à une époque beaucoup plus récente le -t final mais sans garder le a- (donc, «ouT»); entre les deux se trouve la variante la plus minimaliste, «ou».

Ces différents mouvements n’ont pas eu lieu en même temps dans les différentes aires francophones, raison pour laquelle nous allons nous pencher ci-dessous sur quelques cartes et graphes. La situation d’ensemble se résume toutefois très facilement: c’est de loin la variante «ouT» qui domine aujourd’hui en Europe, alors qu’au Canada on préfère «ou». Pourtant, cela n’a pas toujours été le cas…

Le mois d’aaaaaoût…

La stratégie d’étoffement consistant à prononcer le a- graphique à l’initiale du mot a longtemps eu cours dans l’histoire de la langue française. Les différents grammairiens qui en ont parlé au cours des siècles la présentent tantôt de façon neutre, tantôt comme propre au «peuple de Paris» ainsi qu’à la plupart des provinces de France («Beaucoup de gens à Paris, et presque tous les provinciaux prononcent a-oût-» Bescherelle 1845 cité dans TLFi s.v. août); d’autres affirment qu’elle était fréquente dans la prononciation des procureurs, des orateurs et autres savants, comme une sorte d’hypercorrection caractérisant la diction des personnages régulièrement appelés à s’exprimer en public. À l’issue d’une longue liste de commentaires recueillis chez de nombreux grammairiens, voici comment un grand spécialiste de phonétique historique du français résume la situation en 1881:

L’usage semble partagé entre oût et a-oût; il incline plutôt du côté d’oût. (Charles Thurot, De la prononciation française depuis le commencement du XVIe siècle d’après les témoignages des grammairiens, Paris, 1881, vol. 1, p. 506.)

Vous pouvez cliquer ici pour écouter une chanson du chanteur français Ray Ventura (1908-1979) intitulée « À la mi-août » qui exploite la prononciation a-oût pour en tirer un jeu de mots avec le miaulement du chat.

BL-GI-0253

S’il est bien vrai que a-oût semble avoir perdu la guerre, il a toutefois longtemps régné en maître sur d’immenses territoires, en Europe tout comme au Canada. La carte ci-dessous illustre la situation dans les anciens patois galloromans de France, de Belgique et de Suisse.

ALF_août.png

Figure 1. Carte établie à partir des données de la carte 47 de l’Atlas Linguistique de la France consacrée au nom du huitième mois de l’année.

Comme on peut facilement le constater, le type qui dominait largement dans les patois galloromans au début du 20e siècle est bien a-ou, représenté sur cette carte par des cercles oranges. La variante ou est bien présente elle aussi (triangles oranges), en particulier dans le centre-est (elle domine totalement en Suisse romande, en Savoie, et jusqu’à Lyon et Saint-Étienne) mais apparaît également dans les extrémités orientales et occidentales du domaine. La prononciation la mieux représentée aujourd’hui en français d’Europe, ouT (triangles mauves), était totalement marginale dans les patois de l’époque. Quant à a-ouT (cercles mauves), le hasard des évolutions phonétiques locales l’a fait apparaître à l’extrémité nord-est du domaine ainsi que sur un large ruban occidental allant de la Bretagne romane au gascon. (PS: les points sans symboles correspondent à d’autres prononciations patoises possibles, mais non représentées en français.)

Au Canada, la prononciation a-ou était jadis dominante au sein de la population rurale, comme le montre ci-dessous une carte de l’ALEC (Atlas Linguistique de l’Est du Canada), ouvrage publié en 1980 à partir d’enquêtes effectuées auprès de locuteurs âgés.

août_ALEC.png

Figure 2. Carte élaborée à partir des réponses à la question 1697 (le nom des mois de l’année) de l’ALEC.

Les cercles oranges (a-ou) dominent sur tout le territoire. Ils sont toutefois déjà fortement concurrencés par les triangles oranges (ou), en particulier dans la vallée du Saint-Laurent et au Saguenay. La variante ou-t (triangles mauves) s’avère, quant à elle, très minoritaire, tout comme a-ou-t (cercles mauves)

Des enquêtes plus récentes (2016-2017) nous ont permis de cartographier la situation actuelle au Canada:

a_ou_raster.png

Figure 3. Concurrence entre a-ou (en orangé) et ou (en mauve) dans l’est du Canada.

On constate que de nos jours, au Canada, la prononciation a-ou ne survit bien que dans quelques zones éloignées, en dehors des grands centres (on pense en particulier à l’Abitibi, à l’Estrie et au Bas-du-Fleuve); le reste du territoire opte massivement pour la prononciation ou. Le Manitoba (province de l’ouest canadien) n’apparaît pas sur la carte, mais c’est également la variante ou qui y domine largement. La variante a-ou est donc en net recul (par rapport aux données de l’ALEC, v. fig. 2) et risque de disparaître bientôt. Dans la mesure où elle est stigmatisée par l’école et les organismes normatifs canadiens, cela n’est guère surprenant.

moisdaout

La valse des phonèmes adventices: a-ou > ou > ou-t!

Alors que la pression normative semble avoir réussi à rejeter la variante a-ou dans l’enfer des prononciations vieillies, un nouveau phénomène caractérise l’évolution de notre mot: dans la francophonie d’Europe, la prononciation avec -t final l’a emporté. Le graphe suivant offre une présentation comparative des quatre pays de la francophonie du nord:

pourcent_variante

Figure 4. Proportions respectives des variantes ou (en jaune clair), ouT (en mauve clair), a-ouT (en violet) et a-ou (en orangé) en Belgique, en France, en Suisse et au Canada.

En Europe, c’est en Suisse que le phénomène du remplacement de ou par ouT est le plus avancé, un peu devant la France; la Belgique ferme la marche avec un pourcentage de ouT qui, bien qu’inférieur à celui de ses voisins, reste tout de même largement majoritaire. Quant au Canada, la variante ouT y est à toutes fins pratiques inusitée, et c’est ou qui domine très largement dans l’usage – mais avec encore un bon 25% de a-ou, en particulier dans les régions éloignées des grands centres (comme on l’a vu sur la fig. 3 ci-dessus). Quant à a-ouT, c’est la variante la plus rare, tous pays confondus.

Nos enquêtes permettent de visualiser la répartition des variantes européennes:

ou

Figure 5. Pourcentage de répondants ayant affirmé prononcer ou (en orangé) dans la francophonie d’Europe.

On voit que seule la Belgique fait encore de la résistance, avec des pourcentages de maintien de la variante ou pouvant grimper jusqu’à 35% (ce qui n’est d’ailleurs pas très élevé), ainsi que deux petites régions en France (dans l’Indre-et-Loire et l’Aube).

Il faut ajouter à cette carte celle qui représente les régions tout aussi minoritaires où l’on a relevé la prononciation a-ouT, voir ci-dessous:

a_ou_T

Figure 6. Pourcentage de répondants ayant affirmé prononcer a-ouT (en orangé) dans la francophonie d’Europe.

On relève trois petites aires (centrées sur l’Orne, la Somme et la Marne) où la variante a-ouT atteint des pourcentages ne dépassant jamais les 25%. En somme, c’est la variante ouT qui domine largement dans tout le territoire, même en Belgique.

Cela dit, il importe de préciser que l’âge des répondants joue un grand rôle dans leur usage, comme le montre la figure ci-dessous:

prediction_ou_europe

Figure 7. Probabilité de prononciation de la variante ou en fonction de l’âge des répondants en Belgique et en France.

En France, la probabilité d’apparition de la variante ou est de toute façon très basse, mais s’élève légèrement avec l’âge. En Belgique, toutefois, l’effet générationnel est beaucoup plus spectaculaire: les jeunes dans la vingtaine sont relativement peu susceptibles d’utiliser la variante archaïsante ou, alors que les gens âgés l’utilisent encore massivement.

Qu’en disent les dictionnaires?

La prononciation de la consonne finale du mot août semble donc promise à un brillant avenir, mais les ouvrages de référence ont été lents à la reconnaître et ce n’est que peu à peu qu’ils lui concèdent un statut normatif équivalent à celui de la prononciation concurrente sans -t final. On peut lire dans une notule du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel quelques citations tirées de différents ouvrages normatifs qui illustrent cette valse-hésitation; on pourrait en multiplier le nombre par dix. Elles ont en commun d’être toujours un peu en retard sur l’usage et de ne jamais justifier par des arguments empiriques leurs jugements normatifs.

Pour ceux qui aimeraient entendre les formes orales dont nous avons parlé dans ce billet, l’hésitation entre les deux prononciations est illustrée sur ce site qui propose des enregistrements authentiques de locuteurs francophones.

Quoi qu’il en soit, l’histoire de la prononciation de ce mot peut être résumée comme suit: la concurrence entre a-ou et ou s’est soldée par la victoire de la seconde variante, laquelle n’a guère eu le temps de s’en réjouir car elle est déjà en train d’être délogée par ouT! Ainsi va la vie…

divers-dictons-mois-aout-L-dsxNty

Et les dérivés dans tout ça?

Les ouvrages de référence ont beau se livrer à mille et une condamnations contre la prononciation archaïque a-ou, qui ne trouve pas grâce à leurs yeux, ils sont tous bien obligés d’admettre que certains dérivés du mot août (aoûtat « larve d’un acarien provoquant des lésions très prurigineuses à la fin de l’été » et surtout aoûtien « personne qui prend ses vacances au mois d’août ») se prononcent toujours avec leur a- initial.

Pour d’autres dérivés, on relève une grande tolérance envers les deux prononciations dans les dictionnaires qui les relèvent (aoûter « parvenir à maturation », aoûté « parvenu à maturation », aoûtement « lignification des jeunes rameaux vers la fin de l’été », aoûteron « ouvrier agricole engagé, au mois d’août, pour les travaux des champs », v. TLFi). Puisse cette tolérance s’étendre aussi à toutes les prononciations du mot août que nous avons présentées dans ce billet !

media

Un peu d’histoire

Le nom du huitième mois de l’année en français présente deux caractéristiques très intéressantes: d’une part, il illustre de façon spectaculaire le phénomène de l’érosion phonétique; d’autre part, il montre l’influence que la graphie peut exercer sur la prononciation.

280px-Augustus_Bevilacqua_Glyptothek_Munich_317

Figure 8. Buste de l’empereur Auguste.

L’érosion phonétique

Phénomène général dans l’évolution des langues, l’érosion phonétique consiste en une usure du corps phonique des mots qui, d’un siècle à l’autre, en viennent à voir leur substance se réduire peu à peu, les phonèmes tombant l’un après l’autre. Plus un mot est fréquent dans l’usage, plus il est susceptible d’être touché. Le cas du mot août se prête particulièrement bien à l’illustration du concept. En latin, pour honorer l’empereur Auguste, on donna son nom au mois en question (qui s’appelait auparavant SEXTILIS): MENSIS (‘mois’) AUGUSTUS, simplifié par la suite en AUGUSTUS. Nous avions donc au départ pas moins de huit phonèmes en latin. Les plus anciennes attestations en ancien français se présentent sous les formes aust, aost et aoust (voir FEW 25, 910). À cette époque, la graphie était plus proche de l’oral et l’on devait prononcer quelque chose comme a-ou-s-t, c’est-à-dire que les huit phonèmes du latin s’étaient déjà réduits à quatre. Mais l’érosion ne s’est pas arrêtée en si bon chemin: l’aboutissement final de l’évolution phonétique de ce mot ne nous laisse plus qu’un seul phonème, celui qui s’écrit <ou> en français. Huit phonèmes en latin, quatre en ancien français, un seul en français moderne… bientôt il ne restera plus rien de ce mot! Mais c’est sans compter avec les stratégies d’étoffement de la langue, toujours prête à s’auto-réguler, comme on va le voir au paragraphe suivant.

augustus &gt; aoust &gt; ou

Stratégies d’étoffement

Les locuteurs ont deux possibilités à leur disposition pour contrebalancer cette usure phonétique. D’une part, on peut choisir de dire systématiquement le mois d’août plutôt que simplement août (par ex., «je prends mes vacances au mois d’août» plutôt que «en août»). Cela permet déjà de donner un peu plus de substance à l’expression.

Il existe toutefois une autre stratégie, qui consiste à restituer à l’oral les lettres qui ne se prononcent plus depuis des siècles.

Les linguistes appellent «effet Buben» ce phénomène fréquent, du nom du linguiste tchèque Vladimir Buben qui y consacra un livre entier intitulé Influence de l’orthographe sur la prononciation du français moderne (1935).

Dans le cas de notre mot, il y a grosso modo deux grandes tendances que nous venons d’observer: d’une part, on a longtemps prononcé le a- initial du mot, mais sans pour autant faire entendre le -t final (donc, «a-ou»); d’autre part, on a restitué à une époque plus récente le -t final mais sans garder le a- (donc, «outte»).

Ce billet vous a plu?

En attendant le prochain billet, vous pouvez nous retrouver sur Facebook ou Twitter (on a aussi un compte Instagram). Si ce n’est pas déjà fait et si vous avez 10 minutes devant vous, n’hésitez pas à participer à notre dernière enquête (vous êtes originaire d’Europe, cliquez ici; vous venez d’Amérique du Nord? cliquez ). Vous pouvez aussi faire suivre ce lien autour de vous: c’est gratuit, anonyme, ça se fait depuis son ordinateur, son téléphone ou sa tablette, et ça nous aide énormément!

Blanc(o) ou Tipp-Ex ?

Les enquêtes Français de nos régions ont pour but de cartographier la variation du français que l’on parle en Europe, dans les Antilles et en Amérique du Nord. Depuis leur lancement il y a deux ans et demi, ces enquêtes nous ont permis de mettre le doigt sur des phénomènes que personne n’avait cartographiés jusqu’alors, et qui font souvent l’objet de « guerres » sur les réseaux sociaux (pour les dénominations du « crayon à papier », vous pouvez (re)lire notre billet ici ; sur les variantes de prononciation, c’est par ).

 

Dans ce billet, on vous présente l’une des dernières surprises de nos questionnaires : la cartographie des dénominations du produit liquide opaque et blanc, dont on se sert pour corriger ses erreurs sur des documents écrits au stylo sur du papier, et que l’on appelle en français blanc correcteur, correcteurblanco, Tipp-Ex ou tout simplement blanc.

Les cartes de ce billet ont été générées avec le logiciel R, à l’aide (entre autres) des packages ggplot2raster et kknn. La question des dénominations du blanc correcteur a été posée dans notre cinquième enquête, à laquelle près de 8.500 francophones originaires de France, de Belgique et de Suisse ont pris part. Vous pouvez également nous aider en répondant à quelques questions quant à vos usages des régionalismes! Il suffit simplement de cliquer ici, et de se laisser guider. Les enquêtes peuvent être réalisées de façon anonyme depuis son smartphone, son ordinateur ou sa tablette. Il vous faudra compter 15 minutes environ pour en venir à bout.

Sur Twitter, la question de savoir laquelle de ces trois variantes est la « bonne » fait l’objet de sondages ponctuels :

Capture

Ailleurs sur le web, on en parle sur ce forum ou ici. D’après nos recherches, cette page de la désencyclopédie est la seule à faire l’hypothèse que la distribution des variantes blanco, Typp-Ex et blanc puisse être régionale. 

La carte ci-dessous donne du crédit à cette hypothèse, puisque d’après nos enquêtes, il apparaît que le territoire est divisé en trois groupes bien distincts :

tipp-ex_label.png

Figure 1. Les dénominations du « liquide correcteur » en français d’Europe d’après les enquêtes Français de nos régions. Les traits fins délimitent les frontières de départements en France, de provinces en Belgique et de cantons en Suisse romande.

Dans un premier groupe, on trouve les participants qui utilisent la variante blanco. Ils sont localisés dans les arrondissements coloriés en mauve. Sur les terres situées aux périphéries nord et est de la francophonie d’Europe (c.-à-d. en Belgique, en Lorraine, en Alsace et en Suisse romande), de même qu’à Paris et en Île-de-France (v. les zones en vert), c’est la variante Tipp-Ex qui est arrivée en tête des sondages.

Le saviez-vous ? Le « blanc correcteur » a été créé aux États-Unis en 1956 dans la cuisine d’une ménagère [source] ! Il sera rapidement commercialisé sous le nom Liquid Paper® (c’est d’ailleurs sous cette appellation que l’objet est connu en anglais nord-américain, de même qu’en français canadien [source]). En Europe, c’est une usine allemande qui commercialise pour la première fois la chose en 1965, sous son propre nom : Tipp-Ex®, mot-valise formé à partir de l’allemand tippen (« taper ») et de la particule latine ex (qui signifie « dehors » ou « sorti »). [source]

Entre la zone en violet et la zone en vert, notamment dans certains départements du nord de l’ancienne région Rhône-Alpes et l’ancienne Bourgogne, les locuteurs désignent le correcteur liquide du nom de sa couleur : blanc.

Qu’en disent les dictionnaires ? De façon surprenante, les dictionnaires de grande consultation comme le Larousse, le Petit Robert ou le Trésor de la Langue Française informatisé ne signalent aucune de ces trois variantes dans leur page (seul le Petit Robert en parle dans son article « correcteur », merci à notre ami et spécialiste Dr_Dico pour ces infos). En fait, seul le Wiktionnaire (consulté le 10/10/17) donne les trois variantes, blanc, blanco et Tipp-Ex (orthographié tipex).

Bien entendu, chacune de ces variantes est connue hors de la région où elle est signalée sur la carte 1. Si vous demandez du Tipp-Ex dans le sud de la France ou du blanco en Suisse romande, on vous comprendra sans doute. Les cartes ci-dessous montrent toutefois que la probabilité que vous entendiez ces variantes ailleurs que dans les régions où elles sont communément employées est assez faible :

Figure 2. Pourcentage d’usage déclaré pour les types blanco (à gauche), blanc (en haut à droite) et Tipp-Ex (en bas à droite) en français d’Europe d’après les enquêtes Français de nos régions. Les traits fins délimitent les frontières de départements en France, de provinces en Belgique et de cantons en Suisse romande.

Si ce billet vous a plus, vous aimerez sans doute également l’Atlas du français de nos régions, à paraître le 18 octobre 2017 chez Armand Colin (déjà en pré-commande ici ou ).

couverture

Sinon vous pouvez aussi nous suivre sur FacebookTwitter et Instagram. Enfin, si vous avez 15 minutes devant vous, n’hésitez pas à participer à notre dernier sondage ! Cliquez ici si vous êtes originaire d’Europe ; cliquez  si vous venez d’Amérique du Nord ? C’est gratuit, anonyme, ça se fait depuis son ordinateur, smartphone ou tablette, et ça nous aide énormément !

L’évolution des dénominations de la ‘fête de village’ (1906-2016)

Dans nos précédents billets, on vous parlait des différences de prononciation qu’il existe d’une région à l’autre de la francophonie d’Europe (ces mots qui ne se prononcent pas de la même façon d’un bout à l’autre de la France, ‘pneu’ ou ‘peneu’ ?, ces mots qui ont plusieurs prononciations). Avec ce nouvel article, on quitte le domaine de la phonétique pour retrouver celui du vocabulaire, et des rapports entre dialectes galloromans et français régionaux.

201509021376-full

On traitera d’un cas classique en dialectologie française : les dénominations de la fête au village.

En France, en Belgique et en Suisse comme dans de nombreux autres pays de l’ancien Empire romain, la période estivale est ponctuée de « fêtes de village », à l’occasion desquelles on célébrait originellement le saint patron de la localité, et par là-même le début, une trêve ou la fin des gros travaux agricoles. Aujourd’hui, les origines religieuses et liées au rythme de la vie rurale de ces fêtes ont tendance à être oubliées. Mais le contenu en reste grosso modo le même qu’il y a un siècle : les réjouissances s’étalent sur un ou plusieurs jours, s’accompagnent d’un grand repas pris en commun, d’un bal et de diverses autres attractions pour les petits et les grands (tombola, concours de pétanque, manèges ou carrousels, vente de produits locaux, etc.).

Les enquêtes “Français de nos régions”

Depuis près de deux ans, nous cherchons à cartographier l’aire d’extension de certains régionalismes du français, c’est-à-dire de faits linguistiques qui ne sont employés ou connus que sur une certaine partie du territoire. Pour ce faire, nous avons mis en place des sondages comprenant une trentaine de questions, sondages dans lesquels nous demandons à des internautes de cocher dans une liste le/les mots qui s’applique(nt) le mieux dans leur usage pour dénommer un certain objet ou une certaine action.

Vous pouvez vous aussi participer à nos enquêtes! Pour cela, il vous suffit de cliquer sur ce lien si vous avez grandi en Europe (🇫🇷🇨🇭🇧🇪🇱🇺), sur ce lien si vous avez grandi en Amérique du Nord (🇨🇦🇺🇸🇭🇹🇫🇷), et de vous laisser guider ! Plus le nombre de participants aux enquêtes est élevé, plus les résultats de nos cartes seront fiables. Les enquêtes sont anonymes et gratuites. Y participer ne devrait pas vous prendre plus de 10 minutes (on peut y prendre part depuis son ordinateur, sa tablette ou son téléphone, il suffit juste d’avoir une connexion internet).

Dans l’une de nos précédentes enquêtes, nous posions la question suivante : “Comment appelez-vous la fête de votre village ou de votre quartier, qui a lieu en général une fois par an ?”. La question était suivie d’une quinzaine de propositions, extraites pour la plupart du Dictionnaire des régionalismes de France (DRF), édité par P. Rézeau en 2001.

Les réponses possibles, classées par ordre alphabétique, étaient: abbaye, apport, assemblée, ballade, bote, didace, ducasse, festin, fête votive, frairie, kilbe, messti, préveil, reinage, romérage, Saint-Martin, vogue, vote, autre (précisez).

Au total, nous avons analysé les réponses de plus de 7.800 personnes (6.300 ayant passé la plus grande partie de leur jeunesse en France, 1.200 en Suisse et 300 en Belgique). Nous avons comptabilisé le nombre de participants pour chaque arrondissement de France et de Belgique, ainsi que pour chaque district de Suisse romande, puis établi le pourcentage de chacune des réponses. Nous avons alors conservé pour chaque point du réseau la réponse qui avait obtenu le pourcentage le plus élevé. Nous avons ensuite utilisé des techniques de classification automatique en vue d’interpoler les données entre les points, de sorte que l’on obtienne une représentation graphique « lissée » et continue.

La carte ci-dessous a été générée avec le logiciel R, à l’aide (entre autres) des packages ggplot2, raster et kknn. J’en profite pour remercier Timo Grossenbacher qui a bien voulu me donner un coup de main pour la mise au point de mon script !

Les dénominations de la fête au village en 2016

Les résultats nous ont permis d’élaborer la carte ci-dessous, où l’on peut voir que de nombreux francophones, en Europe, n’ont pas de mots spécifiques pour désigner l’événement annuel organisé en hommage au saint patron de la localité où ils ont passé leur enfance. Ce sont les zones en grisé clair, où la réponse donnée la plus fréquemment est fête (au village). Ailleurs, nous avons pu délimiter avec précision l’aire de plus d’une douzaine de variantes.

fc3aate_village_label.png

Figure 1. Les dénominations de la fête de village d’après les enquêtes Français de nos régions (2016/2017).

Dans le nord du domaine, on trouve les aires de ducasse et de kermesse. La variante ducasse (on vous en parlait ici, v. également l’article du TLFi), à rapprocher du mot dédidace (« commémoration annuelle de la consécration de l’église », d’après le Dictionnaire des belgicismes de M. Francard et collègues), est surtout employée sur les terres où l’on parlait historiquement des dialectes picards. Le mot kermesse (connu dans la partie dialectale non-picarde en Belgique) est d’origine flamande, et dénomme dans cette langue aussi bien une fête patronale qu’un événement festif, quel qu’il soit (v. TLFi).

Illustration: à gauche, affiche de la ducasse de Mons (capitale de la province du Hainaut en Belgique, source); à droite, affiche de la kermesse de Bruxelles (affichage bilingue, source).

Sur la frange orientale du territoire, se distribuent de façon complémentaire les variantes kirb (en Moselle), kilbe (dans le sud de l’Alsace) et messti (dans le nord de l’Alsace). Ces trois expressions sont passées en français par l’intermédiaire des dialectes germaniques locaux, où ils ont le même sens (v.  le Dictionnaire des régionalismes du français en Alsace de P. Rézeau).

Illustration: à gauche, affiche de la kirb de la Ville-Neuve à Sarre-Union (en Moselle, source); à droite, affiche du messti de Holtzheim (en Alsace, source).

En Suisse romande, on a relevé la variante bénichon (une forme à mettre en rapport avec le mot bénédiction) dans le canton de Fribourg, la variante abbaye (qui désigne une société de tireurs, dont le concours de tir donne lieu à une fête de village) dans le canton de Vaud, et la forme vogue dans le canton de Genève. Pour en savoir davantage sur ces trois mots, v. le Dictionnaire suisse romand d’A. Thibault; vous pouvez aussi les chercher dans la Banque de données lexicographiques panfrancophone, volet Suisse romande. Sur le reste du territoire où, en France, l’on parlait naguère des dialectes francoprovençaux, on retrouve également la forme vogue (tout comme à Genève), emblématique, d’après les dictionnaires de grande consultation, de la région de Lyon d’où il est originaire (il y est attesté dès 1640, avec le sens de « fête patronale »).

Illustration: à gauche, affiche de la bénichon de la ville de Fribourg (en Suisse, source); à droite, affiche de Guignol à la vogue des Marrons (célèbre événement annuel du quartier de la Croix-Rousse à Lyon).

Une bonne partie du Midi de la France (Provence et Languedoc) ne connaît pour sa part que la lexie fête votive, formée à partir de l’occitan vota (qui signifie « fête patronale »). Quant aux internautes du Pays basque et des Pyrénées orientales, ils ont proposé la forme feria (équivalent du mot « fête » en espagnol et en catalan).

Illustration: à gauche, affiche des fêtes votives de La Ciotat (source); à droite, affiche de la feria de Dax (source).

A l’Ouest, ce sont les mots frairie (attesté depuis le XVe siècle) et assemblée (attesté également depuis le XVe siècle) que l’on retrouve. Enfin, dans la Bretagne non-romane, les suggestions des internautes nous ont permis de circonscrire l’aire de fest-noz, qui signifie en breton « fête de nuit », par opposition au fest-deiz qui veut dire « fête de jour »).

Illustration: à gauche, affiche de la frairie des Massotes (source); à droite, affiche de la fest-noz du Pays de Redon (source).

Les dénominations de la fête de village il y a un siècle…

Qu’en était-il dans les parlers de nos ancêtres ? Les sources dont on dispose, sur le plan historique, sont très nombreuses mais renvoient à différentes époques et sont parfois difficiles à localiser, ce qui fait qu’elles ne permettraient pas de tracer avec précision, pour une époque donnée, l’aire de chacun des types que nous avons retenus dans notre enquête. En revanche, les données récoltées par E. Edmont, en vue de la confection de l’Atlas Linguistique de la France sous la direction du linguiste suisse J. Gilliéron, nous ont permis de réaliser la carte ci-dessous :

 

fête_ALF.png

Figure 2. Les dénominations de la fête de village d’après l’Atlas Linguistique de la France (carte n° 556, v. l’originale ici).

Tout d’abord, on peut voir qu’à la fin du XIXe s., il existait davantage de mots pour désigner la fête de village dans les dialectes qu’au XXIe siècle en français. D’après notre enquête, les variantes préveil, ballade, apport, reinage et roumérage, ne sont en effet plus utilisées (ces variantes figuraient pourtant dans le questionnaire).

Le saviez-vous ? L‘Atlas Linguistique de la France a été mis en chantier en 1896. Il est le résultat d’un projet initié par J. Gilliéron, qui souhaitait documenter géographiquement la variation des patois que l’on parlait alors dans les zones galloromanes de France, de Suisse et de Belgique (c’est pour cela que l’Alsace, la Bretagne celtique et la Corse ne sont pas représentées sur la carte ci-dessus). Il a envoyé sur le terrain un enquêteur français, E. Edmont, un épicier retraité du Pas-de-Calais, passionné d’histoire locale, en vue de récolter les traductions d’un questionnaire comportant plus de 1400 entrées, soumis à plus de 730 témoins répartis dans 639 localités (la carte ci-dessus donne une idée de la distribution de ces points dans l’espace). L’enquête a duré près de quatre ans, période pendant laquelle E. Edmont a sillonné la France avec ses propres moyens (à bicyclette, en train, à pied et en voiture). L’atlas, qui comporte près de 2000 cartes (!), sera publié entre 1902 et 1910. Les cartes ont récemment été numérisées. On peut les consulter ici.

Une seconde remarque concerne l’apparition de mots nouveaux en français régional : abbaye, en usage dans le canton de Vaud, n’était pas utilisé par les patoisants de la fin du XIXe siècle. Dans le Midi de la France, le mot occitan était vota, et pas le dérivé complexe (savant) fête votive. Quant à feria, aucun témoin de E. Edmont n’avait pensé à le donner, ce qui laisse croire qu’il n’était pas en usage alors.

Enfin, l’aire d’extension des variantes en présence doit être commentée. En Belgique, la forme ducasse a perdu énormément de terrain à l’ouest, où elle a été remplacée par la variante kermesse ; elle a en revanche été adoptée par davantage de personnes dans la partie méridionale de l’aire picarde. Dans le sud, fête votive a agi tel un rouleau compresseur, en se substituant aux variantes plus minoritaires en patois. Dans l’ouest, on voit que si l’aire de frairie est restée stable, celle d’assemblée s’est considérablement réduite.

Au total, ces faits nous permettent de confirmer l’idée selon laquelle le français régional, ce n’est pas ce qui reste du patois quand il est disparu, contrairement à une opinion largement répandue (y compris dans la communauté des linguistes). Bien que les deux systèmes soient étroitement connectés, ils jouissent chacun de leur dynamique propre, et l’on aurait tort de croire que l’un constitue les reliquats de l’autre. On a toutefois envie de se réjouir : on parle souvent de l’uniformisation du français, et l’on déplore la disparition des mots de nos régions. On peut voir que dans le domaine des fêtes locales, tous ces régionalismes ont encore de beaux jours devant eux, malgré l’urbanisation croissante !

Ce billet vous a plu ?

En attendant le prochain billet, vous pouvez nous retrouver sur Facebook ou Twitter (on a aussi un compte Instagram). Si ce n’est pas déjà fait et si vous avez 10 minutes devant vous, n’hésitez pas à participer à notre dernière enquête (vous êtes originaire d’Europe, cliquez ici ; vous venez d’Amérique du Nord ? Cliquez ). Vous pouvez aussi faire suivre ce lien autour de vous : c’est gratuit, anonyme, ça se fait depuis son ordinateur, smartphone ou tablette, et ça nous aide énormément ! Enfin, n’hésitez pas à nous dire quelle(s) variante(s) vous utilisez vous-mêmes pour désigner la « fête de village », en commentaires ou sur les réseaux sociaux !

 

Quelques beaux vieux mots du français au Canada

Après vous avoir présenté les dénominations contemporaines des chaussures de sport et des petits pains au chocolat au Canada, nous allons nous pencher dans le présent billet sur des mots plus anciens, qui caractérisent le français tel qu’il est pratiqué en Amérique du Nord depuis l’époque coloniale.

Les cartes de ce billet ont été réalisées avec le logiciel R, à partir des résultats d’enquêtes conduites sur le web, auxquelles plus de 4000 francophones nord-américains ont pris part. Vous pouvez vous aussi contribuer aux enquêtes (c’est anonyme, gratuit et ça prend moins de 15 minutes – faites entendre votre voix, car plus les participants sont nombreux et dispersés sur le territoire, plus nos cartes seront fiables) en répondant à quelques questions. Pour cela, cliquez 👉 ici. Merci!

Mouffette… 

moufettesalut

…ou bête puante?

Moufette

Ce petit mammifère nord-américain omnivore, à la fourrure noire rayée de blanc, qui se défend en projetant un liquide très malodorant sécrété par ses glandes anales, est appelé mouffette dans le français des dictionnaires. Le Trésor de la langue française nous apprend que ce mot est attesté depuis 1765 et qu’il s’agit d’une adaptation de mofette, un emprunt ancien à l’italien qui désignait une «exhalaison dangereuse ou irrespirable». Le Grand Dictionnaire Terminologique du gouvernement québécois recense également mouffette, tout en précisant qu’il connaît un équivalent plus familier: bête puante. Mais quelle est l’origine et l’ancienneté de cette appellation, et peut-on évaluer et cartographier la vitalité de son usage aujourd’hui?

En fait, il n’est pas surprenant que les Canadiens francophones disent bête puante, car cette appellation est plus ancienne que mouffette: on trouve déjà le pluriel collectif bêtes puantes dans le Dictionnaire françois-latin de Jaques du Puys, daté de 1573, mais avec un sens plus large, celui de “ensemble des animaux de chasse qui puent (putois, blaireau, renard, etc.)” (réf.: FEW 9, 624b). Il y a donc eu restriction sémantique: lorsque les Français sont arrivés en Amérique du Nord, ils ont réservé ce mot à la désignation de cette espèce inconnue en Europe, à une époque où le mot mouffette n’était même pas encore entré dans la langue française. Le fichier lexical en ligne du Trésor de la langue française au Québec nous fournit d’ailleurs de très anciennes attestations de ce mot composé, que nous reproduisons ci-dessous en respectant évidemment la graphie d’origine:

Il y a d’autres animaux que l’on appelle Beste puante. Cét animal ne court pas viste: quand il se void poursuivy, il urine: mais cette urine est si puante, qu’elle infecte tout le voisinage, & plus de quinze jours ou trois semaines apres, on sent encor l’odeur approchant du lieu. Cét animal étrangle les poules quand il les peut atraper. (1664, Pierre Boucher, Histoire veritable et naturelle des moeurs & productions du pays de la Nouvelle France, vulgairement dite le Canada)

Il se trouve aussy dans ces bois [du Canada] d’autres animaux dont les peaux n’ont aucun debit; parmy eux est le porc-epy, la beste puante, l’écureuil et la belette blanche […]. La seconde est de la grosseur d’un chat et a le poil noir et blanc; elle se deffend du chasseur et de ses chiens par son urine qu’elle tache de leur jetter dans les yeux, laquelle est d’une si grande puanteur qu’on la sent à un quart de lieue, et que les endroits dans lesquels elle est tombée n’en perdent l’odeur que trois semaines ou un mois après, telle pluye qu’il fasse. (env. 1721, Antoine-Denis Raudot, Relation par lettres de l’Amérique septentrionalle)

Les enquêtes ayant servi à la confection de l’Atlas linguistique de l’Est du Canada (ALEC), menées auprès de témoins nés grosso modo au début du 20e siècle, révèlent que cette dénomination traditionnelle était encore très largement répandue sur tout le territoire dans les années 1970:

alec_bc3aate_puante.png

Figure 1. Répartition des types « bête puante » (en rose) et « mouffette » (en vert) d’après la question 1587 de l’ALEC (1980).

Mais qu’en est-il aujourd’hui? Des enquêtes en ligne menées en 2016-2017, auxquelles ont participé plus de 4000 internautes canadiens francophones, montrent que le type archaïque bête puante a reculé dans les grands centres (au profit de mouffette, mot diffusé par les dictionnaires et la norme) mais qu’il se maintient encore fort bien dans les régions:

bête_puante

Figure 2. Pourcentage d’usage déclaré du type bête puante selon les résultats de l’enquête nord-américaine (2016-2017). Plus la couleur tire sur le rose, plus le pourcentage est élevé.

On constate que les grandes régions urbaines qui gravitent autour de Montréal, d’Ottawa-Gatineau, de Québec ou de Saguenay présentent des taux d’usage déclaré extrêmement bas. En revanche, lorsqu’on s’éloigne de la vallée du Saint-Laurent pour s’approcher de la frontière américaine, comme en Estrie, dans la Beauce, au Madawaska et en Gaspésie, ou alors en Mauricie ou dans certains châteaux-forts de la francophonie ontarienne, bête puante a encore de beaux restes! Quant au sud-est du Nouveau-Brunswick et à la Nouvelle-Écosse, c’est en fait le type skunk, mot d’origine anglaise, qui y domine. La donnée la plus importante qui ressort de la comparaison de ces deux cartes est que le mot des dictionnaires, mouffette, s’est largement imposé depuis une cinquantaine d’années au détriment de bête puante, aujourd’hui relégué à un statut archaïsant et rural et dont le pourcentage d’usage déclaré ne dépasse jamais les 40%.

Le pain est-il moisi ou… cani?

toast_moisi_klausner

Aux côtés du mot du français général, moisi, le français au Canada connaît également un synonyme vieilli et rural: il s’agit de cani, participe passé du verbe canir. Ces deux formes représentent un héritage normand, car on les trouve dans de nombreuses sources consacrées aux parlers de Normandie (v. FEW 2, 238a). Le verbe canir, aussi attesté autrefois en France sous la forme chanir (voir TLF), remonte à un verbe latin qui voulait dire “devenir grisâtre, blanchir”. Comme c’est souvent le cas des héritages normands, ce mot est mieux attesté au Québec qu’en Acadie, et plus précisément dans l’est du Québec, qui dépend historiquement de la diffusion du français de la Vieille Capitale, où les colons d’origine normande étaient particulièrement bien représentés; toutefois, il n’était pas impossible de le retrouver autrefois dans d’autres aires, de façon sporadique. La carte suivante représente l’aire d’extension de cani (en rose) vers 1970 selon les enquêtes de l’Atlas linguistique de l’Est du Canada (ALEC):

ALEC_cani

Figure 3. Répartition des types moisi (en vert) et cani (en rose) d’après la question 187 de l’ALEC (1980).

Que reste-t-il de ce bel archaïsme du français de nos aïeux? Si le mot est en sérieux recul d’après nos enquêtes récentes (2016-2017), il semble être encore en usage dans certaines régions:

cani.png

Figure 4. Pourcentage d’usage déclaré de cani selon les résultats de l’enquête nord-américaine (2016-2017). Plus la couleur tire sur le rose, plus le pourcentage est élevé.

On voit que le mot survit surtout loin des grands centres, comme dans Charlevoix, la Côte-Nord, le Bas-du-Fleuve, en Gaspésie et dans une partie du Nouveau-Brunswick.

Il entre d’ailleurs dans la formation de nombreuses locutions verbales, dont la plus connue est sentir le cani, c’est-à-dire “exhaler une mauvaise odeur, une odeur de renfermé”. En voici un exemple tiré de la littérature québécoise contemporaine:

Le Roi de l’habit, c’est comme ça que ça s’appelle, je n’y peux rien si c’est une binerie qui sent le moisi, le cani, le sur et le moins sûr […]. (1973, Victor-Lévy Beaulieu, Oh Miami Miami Miami, p. 9 [attestation tirée du Volume de présentation du Dictionnaire du français québécois, PUL, 1985, p. 44])

Il est fascinant de constater que ce mot de lointaine origine normande s’est également diffusé dans les Antilles françaises à l’époque coloniale. En voici une attestation relevée dans un célèbre ouvrage consacré au français d’Haïti:

Canir, v. intr. Pourrir en exhalant une odeur spéciale. Fig.: Pourrir en prison. […] Et n’eût été l’intervention du commissaire, le pauvre serait encore à canir au cachot pour une faute de diction […]. (1961, Pradel Pompilus, La langue française en Haïti, Paris, p. 182)

On terminera en signalant l’ancien dérivé canissure (vraisemblablement formé par analogie sur moisissure), lui aussi hérité des parlers de Normandie.

Tombé du ciel comme des mannes

un-nuage-d-ephemeres-sur-une-station-service-de-la-crosse_66588_w460

Les «éphémères», ces petits insectes qui s’abattent parfois en immenses nuées et qu’on voit s’agglomérer autour des sources de lumière nocturne, comme les lampadaires, sont appelés traditionnellement mannes dans l’Ouest du Québec. Il s’agit d’une spécialisation sémantique à partir d’un emploi plus général du français des dictionnaires, manne des poissons, qui désigne des «papillons dont les poissons sont très friands et qui sert à faire des appâts (terme de pêche)» (v. FEW et TLF s.v. manne 1, comm. étymol. et hist.). À la base de cet emploi se trouve une allusion métaphorique à la nourriture providentielle que Dieu envoya aux Hébreux pendant la traversée du désert, ces insectes étant une proie facile pour les poissons. Voici un tableau de Nicolas Poussin illustrant cette scène biblique; on peut y voir Moïse annonçant l’arrivée de la manne céleste à son peuple affamé:

Poussin,_Nicolas_-_The_Jews_Gathering_the_Manna_in_the_Desert_-1637_-_1639

Comme l’écrivait déjà le lexicographe Oscar Dunn dans son Glossaire franco-canadien de 1880, la manne est une «sorte de grosse mouche qui se répand sur nos fleuves et qui est vraiment la manne des poissons, de l’anguille et de l’alose, en particulier».

Contrairement à cani et à bête puante, il semble que mannes résiste mieux dans l’usage contemporain. Voici d’abord la carte représentant l’aire d’extension de mannes (en rose) vers 1970 selon les enquêtes de l’Atlas linguistique de l’Est du Canada (ALEC):

ALEC_mannes

Figure 5. Répartition du type mannes (en rose) d’après la question 1563 (« papillons de nuit ») de l’ALEC (1980). Les points verts correspondent à d’autres réponses, le plus souvent papillon (de nuit).

On constate qu’il s’agit très clairement d’un type occidental, extrêmement bien représenté dans l’ouest de la province, mais qui ne s’aventure guère au-delà de Trois-Rivières; l’Estrie et la Beauce ne le connaissent pas tellement non plus. Or, qu’en est-il de la situation actuelle, d’après nos enquêtes récentes (2016-2017)?

mannes.png

Figure 6. Pourcentage d’usage déclaré de mannes selon les résultats de l’enquête nord-américaine (2016-2017). Plus la couleur tire sur le rose, plus le pourcentage est élevé.

On peut voir que le mot a bien résisté. La sphère d’influence de Montréal est clairement la zone où il survit encore le mieux, avec des extensions jusqu’aux frontières américaines vers le sud, et jusqu’aux Pays d’en Haut et l’Abitibi vers le nord. En revanche, la région de Québec, Charlevoix, le Saguenay–Lac-Saint-Jean, tout comme l’Ontario et les Maritimes, ne sont guère représentatifs de cet usage. Un indice de sa vitalité se trouve dans son emploi sporadique dans la presse; en voici un exemple:

Et à propos d’éphémères, il y en avait des millions autour du stade hier soir. Vous savez, ces nuages de petites bibittes volantes du printemps, que certains appellent des «mannes» et qui ne vivent que quelques heures… (1990, La Presse, 25 mai, p. 6 [exemple tiré du fichier lexical du TLFQ])

Cette citation fait bien ressortir plusieurs caractéristiques prototypiques que l’on prête à cette catégorie d’insectes: ils arrivent au printemps, en très grand nombre, et ne vivent pas longtemps (d’où leur nom d’éphémères dans le français des dictionnaires).

Des marionnettes dans le ciel

1-aurore-boreale

Les aurores boréales, ce magnifique spectacle nocturne visible dans les régions septentrionales, naissent de la projection d’électrons d’origine solaire captés par le pôle nord magnétique. Ce dernier ne coïncide pas avec le pôle nord géographique; il est en fait situé dans le nord du Canada, ce qui fait que les aurores boréales y sont plus faciles à admirer.

1462

Le terme d’aurore boréale est toutefois une dénomination savante. Nos ancêtres connaissaient une appellation beaucoup plus poétique, évoquant le caractère remuant de ce phénomène: ils les appellaient des marionnettes. Voici la carte représentant l’aire d’extension de marionnettes (en rose) vers 1970 selon les enquêtes de l’Atlas linguistique de l’Est du Canada (ALEC):

alec_marionnettes.png

Figure 7. Répartition du type marionnettes (en rose) d’après la question 1161 (« aurore boréale ») de l’ALEC (1980). Les points verts correspondent à d’autres réponses.

On voit que le mot domine très largement dans la plus grande partie du territoire, à l’exception de l’ouest du Québec, du Saguenay–Lac-Saint-Jean et de l’Abitibi. Dans ces régions, il connaît plusieurs concurrents: le terme du français des dictionnaires, aurore boréale, mais aussi les types clairons, signaux et tirants.

Près d’un demi-siècle plus tard, que reste-t-il de cette appellation figurée? La carte ci-dessous en présente un aperçu:

marionnettes.png

Figure 8. Pourcentage d’usage déclaré de marionnettes selon les résultats de l’enquête nord-américaine (2016-2017). Plus la couleur tire sur le rose, plus le pourcentage est élevé.

Les pourcentages de reconnaissance sont, dans l’ensemble, très bas. Les gens des villes, de nos jours, n’ont guère la chance d’admirer les aurores boréales, aveuglés qu’ils sont par la pollution visuelle engendrée par les nombreuses sources de lumière artificielle. Peu familiers avec le référent, ils ne connaissent plus que l’appellation transmise par l’école et les médias (ou éventuellement son équivalent anglais northern lights, dans les régions où le français est en contact étroit avec l’anglais). On note toutefois que certaines régions font de la résistance, comme le Bas-du-Fleuve, le Madawaska et le reste du Nouveau-Brunswick, relativement protégés de l’influence des grands centres urbains. Il faut ajouter que l’absence du type marionnettes dans le parler populaire et traditionnel de la grande région montréalaise (voir Figure 7 ci-dessus) n’a certainement pas aidé à son maintien (contrairement à ce qui est arrivé dans le cas de mannes, que nous avons vu ci-dessus).

Les aurores boréales occupaient une place de choix dans l’imaginaire populaire traditionnel, aux côtés des farfadets et autres créatures perçues comme surnaturelles; voici un magnifique passage d’un roman de l’écrivain Louis Fréchette qui les met en vedette:

Vous savez p’tête pas c’que c’est que les marionnettes, les enfants; eh ben, c’est des espèces de lumières malfaisantes qui se montrent dans le Nord, quand on est pour avair du frette [= quand on est sur le point d’avoir du froid]. Ça pétille, sus vot’ respèque, comme quand on passe la main, le soir, sus le dos d’un chat. Ça s’élonge, ça se racotille, ça s’étire et ça se beurraille dans le ciel, sans comparaison comme si le diable brassait les étoiles en guise d’oeufs pour se faire une omelette. (1911, Louis Fréchette, «Les marionnettes», dans L’Almanach du peuple de la Librairie Beauchemin 1912, 43e année, Montréal, p. 270 [exemple tiré du fichier lexical du TLFQ])

Des documents ethnographiques attestent aussi de l’importance du phénomène dans la mentalité populaire:

C’était immanquable. Quand on voyait des marionnettes, on se mettait dehors puis, là, on chantait des chansons et on frappait du pied. Ça se mettait à valser sur nos airs ces lueurs-là, une vraie beauté! Il y en a qui disaient que c’était les âmes du purgatoire qui venaient réclamer des prières. Moi, je dis que c’était pas ça pas en toute! (1981, Hélène Gauthier-Chassé, À diable-vent: légendaire du Bas-Saint-Laurent et de la Vallée de la Matapédia, Montréal, Les Quinze, p. 81 [exemple tiré du fichier lexical du TLFQ])

Un tout petit commentaire, en terminant, sur l’étymologie du mot: avant de devenir marionnettes, le mot s’est en fait d’abord présenté, en France, sous la forme mariennette (dér. de l’ancien français mérienne “heure de midi; heure de la sieste”, du latin mĕrĭdianus, v. FEW 6, II, 31b; cf. fr. mod. méridienne dans TLF) et désignait alors les “vibrations de l’air échauffé pendant les grandes chaleurs”. Donnons la parole à une grande spécialiste de l’histoire des français de l’Ouest de la France et du Canada:

Les expressions angevine, bretonne et charentaise remontaient vraisemblablement à l’afr. meriene, -enne, -aine, -ane s.f. «heure de midi» (God.): cette heure, où le soleil est le plus haut, serait caractérisée (en période de grande chaleur) par des vibrations lumineuses. La même métaphore aurait été appliquée par les Français d’Amérique (dont beaucoup sont originaires de l’Ouest de la France) aux vibrations lumineuses de l’aurore boréale. (Geneviève Massignon, Les parlers français d’Acadie: enquête linguistique, Paris, Klincksieck, 1960, p. 135)

Et qu’en est-il de l’influence de l’âge sur la vitalité?

Une analyse des réponses de nos internautes en fonction de leur âge montre de façon assez spectaculaire l’effet générationnel sur l’usage déclaré, avec toutefois de bonnes différences d’un mot à l’autre:

graphe_âge_regression

Figure 9. Probabilité (en pourcentage) de réponse positive en fonction de l’âge des répondants pour les quatre lexies considérées.

On observe d’abord une tendance générale, pour les quatre lexies, à être plus utilisées par les gens âgés. Cela dit, il y a une différence majeure entre bête puante et mannes d’une part, et cani et marionnettes d’autre part. Ces deux derniers sont de toute façon beaucoup moins usités, peu importe l’âge des répondants, alors que les deux premiers affichent un effet d’âge vertigineux: près des trois quarts des gens les plus âgés disent les utiliser, alors que chez les jeunes de 20 ans la proportion tombe à env. 10% pour bête puante et un peu plus de 25% pour mannes (qui est donc encore celui qui résiste le mieux). Il faut donc considérer autant l’âge que la région pour bien circonscrire les conditions d’usage de nos mots.

Et pendant ce temps, au Manitoba…

Le Manitoba est difficile à représenter sur la carte, mais nous tenons à rendre compte des réponses de notre centaine de répondants franco-manitobains, que nous remercions pour leur participation à nos enquêtes. Des quatre lexies étudiées, il n’y a que bête puante qui s’en tire relativement bien, avec près de 30% d’usage déclaré. Les trois autres mots, autant ceux de l’est (cani et marionnettes) que celui de la grande région montréalaise (mannes), y sont pratiquement inusités. Il faut rappeler que bête puante affichait la vitalité la plus étendue dans l’est du Canada à l’époque des enquêtes de l’ALEC: des quatre vocables à l’étude, c’est le seul qui couvrait tout le domaine sans partage. Cela suggère que ce sont les mots les moins régionaux dans l’Est qui se sont le mieux maintenus et enracinés dans l’Ouest, hypothèse raisonnable mais qu’il faudrait pouvoir tester sur un plus grand nombre d’unités lexicales.

Manitoba_archaïsmes

Figure 10. Pourcentage de réponses positives, au Manitoba, pour les quatre lexies considérées.

Bilan

Nous venons de passer en revue quatre expressions du français traditionnel parlé au Canada depuis l’époque coloniale. La première, bête puante, résulte d’une spécialisation sémantique à partir du sens, plus large, que cette lexie avait en France, à une époque où le mot mouffette n’était pas encore né. La deuxième, cani, est la survivance d’un usage typiquement normand. La troisième, mannes, provient d’une métaphore reposant sur une scène bien connue de l’Ancien Testament. Enfin, la dernière serait aussi d’origine française mais serait passée, dans l’usage canadien, de la désignation d’un phénomène atmosphérique (vibrations lumineuses en cas de grande chaleur) à celle d’un phénomène électromagnétique en très haute altitude (les aurores boréales).

En ce qui concerne leurs aires d’extension et leur vitalité, il n’y a que mannes qui semble s’être bien maintenu, peut-être en raison du poids de l’agglomération montréalaise (son noyau initial) au sein de la francophonie canadienne. La lexie bête puante, jadis connue à la grandeur du territoire, a été rejetée dans les marges, alors que cani et marionnettes ne survivent que dans les zones les plus orientales. Alors qu’éphémères est resté un terme plutôt savant, mouffette, moisi et aurore boréale sont courants. Ce sont des exemples d’alignement sur la norme du français des dictionnaires, qui ne représentent pas nécessairement une vague de fond (ce ne sont que quelques mots sur les milliers d’unités lexicales que comporte une langue) mais qui illustrent une orientation possible de l’évolution du lexique français au Canada.

Le français de nos provinces 🇨🇦

Suite au succès de notre première enquête, nous avons lancé une nouvelle enquête, dont le but est (entre autres) de tester la prononciation de nombreux « shibboleths » : saumon, clôture, nage, lacets, crabe, bibliothèque, photo, haleine, aveugle… Nous vous invitons à y participer en grand nombre ! N’oubliez pas que votre aide est essentielle pour nous permettre de cartographier avec la plus grande précision la répartition régionale de ces indices géo-linguistiques, révélateurs de nos origines. Cliquez sur 👉 ce lien 👈, laissez vous guider et partagez autour de vous ! Toute participation est anonyme et gratuite.

Pour être tenu au courant de nos publications, n’hésitez pas à vous abonner à notre page Facebook ! Des questions, des remarques ? N’hésitez pas à laisser un commentaire ou nous envoyer un courriel !