Comment prononcez-vous ‘BMW’?

On sait que le français que l’on parle dans la francophonie d’Europe n’a pas toujours les mêmes sonorités d’une région à l’autre. On l’a montré à diverses reprises sur ce blog, notamment dans des billets consacrés à la prononciation facultative des consonnes finales ou au timbre des voyelles intermédiaires.

Dans ce billet, nous nous intéressons à un phénomène qui n’a guère attiré l’attention des linguistes ou des internautes sur les réseaux sociaux (v. toutefois ce forum ou celui-ci), à savoir la prononciation du nom de marque BMW.

BMW est l’acronyme de Bayerische Motoren-Werke (en fr. « usine bavaroise de moteurs »), nom d’une marque de voitures et de motos allemande. Dans le langage courant des jeunes de l’Hexagone, le mot BMW (prononcé et orthographié également béhème ou BM) désigne un véhicule de cette marque (infos glanées sur le Wiktionnaire).

La 8e édition de notre série de sondages sur les régionalismes du français d’Europe comportait la question suivante: « Comment prononcez-vous le sigle de la marque BMW? ». Cette question était accompagnée de l’image qui illustre l’entête de cet article, et des choix de réponse ci-après: (i) bé-èm-double-vé, (ii) bé-èm-vé, (iii) bé-èm-oué, (iv) bi-èm-doeuboeul-you et (v) je ne comprends pas la question.

Vous pouvez vous aussi nous aider dans notre travail de cartographie des particularités locales du français. Pour cela, c’est très simple. Il suffit de disposer d’une connexion internet, et d’avoir 10 minutes devant vous. Votre participation est gratuite et anonyme! Cliquez sur ce lien, choisissez l’enquête qui correspond à votre région et laissez-vous guider!

Sur les 11.339 personnes à qui la question a été présentée, 6 seulement ont indiqué ne pas avoir compris ce qu’on leur demandait, et 118 ont coché la prononciation anglo-saxonne (bi-èm-doeuboeul-you). Nous avons supprimé des comptages ces internautes. En nous basant sur le code postal de la localité dans laquelle les participants ont indiqué avoir passé la plus grande partie de leur jeunesse, et à l’aide de tables de correspondances, nous avons calculé le nombre de participants pour chaque arrondissement de France et de Belgique ainsi que de chaque district de Suisse. Nous avons ensuite comptabilisé le nombre de fois où chaque choix de réponse avait été sélectionné.

>> LIRE AUSSI: Qui sont ces francophones qui prononcent l’accent circonflexe?

Nous avons pu établir le rapport entre le nombre de participants et le nombre de réponses, et obtenir ainsi des pourcentages montrant la vitalité de chacune des variantes pour chaque point de notre réseau. Les trois cartes de la Figure 1 ci-dessous donnent une idée de l’aire et de la vitalité de chacune des trois prononciations (plus la couleur est sombre, plus le pourcentage est élevé; cliquez sur la carte pour l’afficher en plein écran):

Figure 1. Vitalité de la prononciation BM-double-vé (palette de rouge), de la prononciation BM-oué (palette bleue) et de la prononciation BM-vé (palette verte) dans la francophonie d’Europe, d’après les enquêtes Français de nos Régions (euro-8, 2018/109). Les symboles carrés donnent la position des centres urbains d’arrondissements en France et en Belgique francophone, des districts francophones en Suisse.

À partir de là, nous avons sélectionné la variante de prononciation qui avait obtenu le pourcentage le plus élevé, et reporté sur un fond de carte ces différents points, en prenant soin de faire varier leur couleur en fonction de la réponse (Figure 2 à gauche). Nous avons ensuite attribué à chaque commune du territoire la couleur de l’arrondissement ou du district auquel il appartenait, afin d’avoir un réseau de points le plus dense possible (Figure 2 à droite).

Figure 2. Différentes prononciations du nom de marque BMW dans la francophonie d’Europe, d’après les enquêtes Français de nos Régions (euro-8, 2018/109). À gauche, les symboles carrés donnent la position des centres urbains d’arrondissements en France et en Belgique francophone, de districts francophones en Suisse; à droite, les symboles carrés donnent la position des communes francophones de France, de Belgique et de Suisse.

Enfin, nous avons utilisé une méthode d’interpolation appelée méthode des k plus proches voisins (librairie kknn de R) en vue de remplir l’espace vide entre les points sur la carte.

Si vous voulez en savoir plus, n’hésitez pas à jeter un coup d’œil à ce tutoriel!

Les résultats peuvent être visualisés sur la figure 3, où l’on distingue nettement que la francophonie d’Europe se divise en trois grands ensembles:

Figure 3. Différentes prononciations du nom de marque BMW dans la francophonie d’Europe, d’après les enquêtes Français de nos Régions (euro-8, 2018/109), après interpolation.

Dans la zone verte (qui correspond à la Suisse romande et aux départements de France adjacents à l’Allemagne), les locuteurs prononcent la lettre W à l’allemande, c’est-à-dire avec le son [v].

🔈 Ecoutez sur cette page le nom de marque BMW prononcé par des locuteurs germanophones.

Le reste des Français ont adapté la prononciation de la lettre ‘W’, et la prononcent de la façon dont le préconisent les manuels de prononciation du français de référence, à savoir « doublevé ». Ce qui énerve beaucoup les Allemands, comme nous l’explique avec humour ce youtubeur dans cette vidéo qui joue sur les clichés (il s’exprime en anglais):

Les Belges ont également adapté la prononciation de la lettre ‘W’, qui se prononcent chez eux avec le son [w], comme dans les mots watt ou wallon.

Cette façon de faire n’a rien de fautive ou de bizarre: la prononciation de la lettre W peut changer d’un mot à l’autre en français. Pourquoi prononce-t-on web, weekend ou wasabi avec un [w] et pas un [v]; alors que wagon, wécé et walkyrie s’articulent avec un [v] initial? (voir notre post scriptum 1 ci-dessous). Les flottements de ce genre ne sont pas propres au français contemporain: on les retrouve à différentes époques de l’histoire du français, et c’est leur existence qui parfois explique les différences que l’on observe aujourd’hui. Sur ce point, on ne peut que vous conseiller la lecture de l’une des excellentes chroniques de Michel Francard.

Qui a tort, qui a raison?

À vrai dire, personne… Quand le français emprunte des mots à d’autres langues, il y a deux possibilités. Soit il adapte la prononciation selon les règles de son système (alors le mot est prononcé « à la française »), soit il maintient la prononciation originale de la langue à laquelle il a emprunté le mot (sur ce point, les Suisses et les Canadiens sont souvent plus rigoureux que les Français et les Belges).

>> LIRE AUSSI: Comment prononcez-vous le mot paella?

Le mieux finalement c’est de s’adapter à l’usage local, comme ça on évite de se poser la question de la bonne ou de la mauvaise prononciation!

Post scriptum 1

Sur la prononciation des mots wc et wagon, tous les deux d’origine anglaise, les Belges sont plus cohérents que les autres francophones puisqu’ils prononcent ces mots avec un [w] initial!

Figure 4. Prononciation des mots wagon (à gauche) et wc (à droite) dans la francophonie d’Europe, d’après les enquêtes Français de nos Régions (euro-5, 2017). Les symboles carrés donnent la position des centres urbains d’arrondissements en France et en Belgique, de districts en Suisse (échelle: 0 à 100%).

On peut observer au passage que la prononciation avec [w] initial pour le mot wagon n’est pas inconnue en France: elle est attestée dans l’ex-région Nord-Pas-de-Calais (mais elle y est moins vivace qu’en Wallonie). Le mot WC y est en revanche prononcé de façon uniforme en France, c.-à-d. avec un [v].

Post scriptum 2

L’adaptation de la prononciation d’un mot peut se faire à des époques différentes, et ne pas se faire partout à la même vitesse. Prenons l’exemple du mot klaxon. On peut voir sur la carte ci-dessous que les locuteurs du Sud-Ouest et du Grand-Est de la France, de même que les Wallons et les Romands, font rimer le mot avec « son »: 

Figure 5. Prononciation du mot klaxon dans la francophonie d’Europe, d’après les enquêtes Français de nos Régions (euro-7, 2017/2018). Les symboles carrés donnent la position des centres urbains d’arrondissements en France et en Belgique, de districts en Suisse (échelle: 0 à 100%).

Ailleurs, on le fait plutôt rimer avec le mot « sonne », même si quelques zones de couleur plus neutre laissent penser qu’en zone verte, la prononciation avec « son » n’est pas inconnue. Ces points plus clairs sont le fait de réponses de locuteurs plus âgés. On observe donc en zone verte une influence de l’âge sur la distribution des variantes (plus vous êtes âgés, plus vous avez de chances de faire rimer le mot klaxon avec le mot « son »).

Le Larousse comme le Robert ne proposent qu’une seule prononciation (celle pour laquelle le mot rime avec « sonne »). D’autres sources font état des deux prononciations (v. le TLFi, le Wiktionnaire; mais aussi le Dictionnaire de la prononciation française dans son usage réel d’A. Martinet et H. Walter ou le Dictionnaire de la prononciation française dans sa norme actuelle de L. Warnant). Notons que la très conservatrice Académie Française ne prend pas non plus partie, puisqu’elle référence elle-aussi les deux prononciations!

Cette situation permet de faire l’hypothèse que lorsque le mot a été emprunté au terme anglo-américain klaxon (qui est à l’origine le nom commercial sous lequel un fabricant distribua naguère cet instrument), il a été prononcé « à la française », c.-à-d. qu’il rimait avec le mot « son » (début du XXe s.). La prononciation « klaxonne », sous l’influence de l’anglais, a petit à petit gagné du terrain à partir de l’Île-de-France, et elle s’est répandue sur l’ensemble des terres les plus sensibles à cette innovation linguistique.

Pour preuve: pour les francophones du Canada, qui ont longtemps pris pour modèle la prononciation du français de référence en Europe, le mot klaxon rime avec « son », comme en Suisse et en Belgique.

On termine en musique avec Nino Ferrer et son tube: Gaston y a l’téléphon qui son.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !

Si les régionalismes vous plaisent autant qu’à nous, n’hésitez pas à participer à l’une de nos enquêtes, ça nous aidera à confectionner les prochaines cartes, et mieux comprendre ce qui différencie et/ou rapproche, sur le plan linguistique, les différentes régions qui composent la francophonie d’Europe. Pour être tenu au courant de nos prochaines publications, vous pouvez aussi vous abonner à notre page Facebook ou nous suivre sur Twitter! Retrouvez également nos cartes sur notre compte Instagram.

A propos Mathieu Avanzi

Mathieu Avanzi est linguiste. Il a défendu une thèse portant sur l'intonation du français en 2011, et effectué plusieurs séjours postdoctoraux en Belgique (Louvain-la-Neuve), en France (Paris), au Royaume-Uni (Cambridge) et en Suisse (Berne, Genève, Neuchâtel et Zurich). Il est actuellement maître de conférences à l'université Paris-Sorbonne. Ses travaux portent sur la géographie linguistique du français, sujet auquel il a consacré plusieurs articles, un atlas (Atlas du français de nos régions, Armand Colin, 2017) et un blog (www.francaisdenosregions.com).

1 réponse

  1. christophe weibel

    En Suisse, j’ai souvent entendu la marque VW (Volkswagen) être prononcée vé-vé. La première lettre à la française, la deuxième à l’allemande…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.