Ces mots qui ont plusieurs prononciations

En français, beaucoup de mots peuvent être prononcés d’au moins deux façons distinctes : on l’a vu dans l’un de nos derniers articles, qui traitait des consonnes finales (moins, encens, vingt) et du timbre des voyelles de certaines paires de mots (piquet~piqué, sotte~saute, brin~brun, etc.).

rose.png

Figure 1. Prononciation du mot rose, avec une voyelle plutôt ouverte en vert, avec une voyelle plutôt fermée en orangé. Les traits fins délimitent les frontières de départements en France, de provinces en Belgique et de cantons en Suisse romande.

Dans ce billet, nous vous proposons une nouvelle série de cartes destinées à rendre compte de l’aire d’extension de prononciations relativement « exotiques » pour le jeune Parisien qui n’est jamais sorti de sa capitale.

Les trois premières cartes de ce billet ont été générées à partir des résultats de notre dernière enquête, qui a reçu pour le moment près de 6.000 réponses. L’enquête est encore en cours, n’hésitez donc pas à faire entendre votre voix en cliquant ici (c’est anonyme, gratuit et ça devrait vous prendre moins de 10 minutes). Les autres cartes ont été réalisées à la suite d’enquêtes (désormais fermées) auxquelles près de 8.000 internautes ont pris part. Chaque carte a été réalisée dans le logiciel R. On a dans un premier temps comptabilisé les réponses obtenues pour chaque arrondissement de France, de Belgique et chaque district de Suisse romande. Différents modèles statistiques ont ensuite permis d’extrapoler les zones sans données, et d’obtenir une représentation « lissée ». Pour plus d’information, n’hésitez pas à nous poser une question en commentaire de ce billet, ou nous envoyer un courriel. Vous pouvez aussi nous retrouver sur Facebook !

Tous à poêle !

Le mot poêle peut désigner aussi bien un appareil de chauffage d’appoint (on parle de « poêle à bois, à charbon, à gaz », voire plus récemment, de « poêle à pellets » ou de « poêle à granules ») qu’un ustensile de cuisine, que l’on utilise généralement pour faire cuire différents aliments.

À noter qu’à l’oral comme à l’écrit, l’homonymie du mot poêle est levée grâce au genre du substantif : un poêle, ça chauffe, alors qu’une poêle, ça sert à cuire !

Pour beaucoup de francophones, la prononciation du mot poêle pose problème (si vous ne me croyez pas, lisez ces échanges ou encore ceux-ci). Faut-il prononcer pwal, comme le préconisent la plupart des dictionnaires de grande consultation (le Petit Robert, le Petit Larousse), ou pwèl, et coller ainsi davantage à la graphie du mot ?

pwèl_label.png

Figure 2. Prononciation du mot poêle (n.f.), avec en turquoise les régions où la variante pwèl domine ; en marron les régions où c’est la variante pwal qui arrive en tête. Les traits fins délimitent les frontières de départements en France, de provinces en Belgique et de cantons en Suisse romande.

Concrètement, comme on peut le voir ci-dessus, la façon dont on prononce le mot poêle varie selon la région dans laquelle on se situe. En Bretagne comme dans l’ex-région Nord-Pas-de-Calais ou sur la frange orientale de la Suisse romande, c’est la variante pwèl qui arrive en tête. Ailleurs, il ressort que cette variante de prononciation, si elle n’est pas inconnue, demeure clairement minoritaire par rapport à la prononciation pwal, que préconisent les dictionnaires.

Le Wiktionnaire (consulté le 30.08.2017) signale la variante pwèl comme propre au français parlé en Bretagne (mais seulement quand le mot désigne un ustensile de cuisine). Cette variante a également été relevée par A. Martinet & H. Walter dans leur Dictionnaire de la prononciation française dans son usage réel. Le TLFi n’enregistre que la variante pwal.

Selon toute vraisemblance, tout porte à croire que la variation est encore plus grande pour les formes dérivées (poêlée, poêlon, poêler). Dites-nous en commentaires si vous êtes d’accord avec ça. On testera ce problème dans une prochaine enquête 🤓.

yaour(t) ou yogourt ?

Le second mot de ce billet qui pose problème à de nombreux francophones désigne une préparation à base de lait caillé par l’action de ferments lactiques, que l’on écrit yaourt ou yog(h)ourt.

Le saviez-vous ? Étymologiquement, les formes yaourt et yog(h)ourt résultent de l’adaptation du mot turc yoğurt. Dans de nombreuses langues (comme en anglais, en allemand, en italien, etc.), le graphème ‘ğ’ a été transcrit ‘g’ ou ‘gh’. En français (mais aussi en grec, notamment), cette lettre n’a pas été conservée dans la graphie (probablement parce qu’en turc, ‘ğ’ ne se prononce pas quand il est suivi d’une voyelle). De nos jours, les trois variantes graphiques sont acceptées par les dictionnaires (v. Le Petit Robert et le Petit Larousse), mais il en existe d’autres (v. l’article du TLFi).

A l’oral, les choses se compliquent un peu, puisqu’à l’alternance « ya-/yog(h)- » s’ajoute la possibilité de faire entendre ou non le -t final. D’après le Dictionnaire suisse romand, ce que confirme également le Dictionnaire des belgicismes, la forme commençant par yog- serait plus fréquente en Suisse et en Belgique qu’en France. Un état de fait que confirme la carte réalisée à partir des premiers résultats de notre dernière enquête :

yaourt_label.png

Figure 2. Les dénominations de la « préparation à base de lait caillé… » que l’on prononce yaourT dans la majorité des départements de l’Hexagone, yogourT en Belgique, en Suisse et en France dite « voisine » et yaour dans le Finistère. Les traits fins délimitent les frontières de départements en France, de provinces en Belgique et de cantons en Suisse romande.

L’enquête révèle par ailleurs qu’en France, où la forme yahourt domine, le -t ne se fait pas entendre partout, notamment dans la pointe de la Bretagne. Il semblerait que la prononciation sans -t du mot yaourt était plus répandue il y a quelques années qu’elle ne l’est à l’heure actuelle. Pour preuve, comme nous le signale notre collègue Camille Martinez, le Petit Robert a consigné la variante yaour (en face de la variante yaourT et des variantes yogour et yogourT) jusqu’en 1993 (année de la seconde refonte de ce dictionnaire – la première édition datant de 1967, la première refonte de 1977).

Illustrations : à droite, un pack de yaourts de la marque Delhaize 🇧🇪 (avec affichage trilingue, allemand, français et néerlandais) ; à gauche un yoghurt de la marque Migros 🇨🇭 (avec affichage trilingue, allemand, français et italien).

En Suisse, il est clair que le maintien de la forme yog(h)ourt est grandement facilité par l’affichage multilingue sur les produits de supermarché (v. all. Joghurt et it. jogurt). En Belgique, le mot survit dans la bouche des francophones malgré la mention, sur les produits de supermarché, de la forme yaourt (v. all. Joghurt et néerl. yoghurt).

yoplait-lait-entier-coupon

Quant à la variante de prononciation yogour, elle ne semble pas connue en Europe. C’est pourtant celle qui domine outre-atlantique chez nos cousins canadiens (source: Grand Dictionnaire Terminologique) ! Ci-dessus, yogourts canadiens d’une grande marque française.

anana(S) 🍍

Réclamée à corps et à cris par les internautes, voici enfin la carte présentant les aires des locuteurs qui font sonner la consonne finale du mot ananas, et ceux qui ne prononcent pas cette consonne :

ananas_label.png

Figure 3. Carte de la prononciation du mot ananas. Les zones en mauve indiquent une prononciation avec consonne finale audible (ananaS), les zones en marron une prononciation sans consonne finale audible (anana). Les traits fins délimitent les frontières de départements en France, de provinces en Belgique et de cantons en Suisse romande.

Sur le plan historique, le TLFi nous apprend qu’au XIXe siècle, la prononciation anana était la seule qui avait le droit de cité dans les dictionnaires. La carte ci-dessus nous montre qu’en deux siècles, les choses ont bien évolué.

De façon étonnante, les dictionnaires et les autres ouvrages de référence consacrés à la prononciation du français tolèrent assez bien cette variation (v. l’article du TLFi, rubrique « prononc. » pour un aperçu).

Aujourd’hui, la prononciation sans consonne finale audible est clairement minoritaire. Elle peut s’entendre surtout en Wallonie, dans certaines localités du Nord-Pas-de-Calais et dans quelques départements de la grande partie méridionale de la France. Ce genre de répartition laisse penser qu’autrefois, la prononciation anana devait jouir d’une vitalité plus élevée en France. Pour le tester, nous avons conduit une analyse statistique visant à tester l’effet de l’âge sur la prononciation de la consonne finale du mot ananas en fonction du pays d’origine des participants.

prediction_ananaS_europe.png

Figure 4. Probabilité (en ordonnée, de 0 = jamais, à 1 = toujours) d’obtenir la prononciation ananaS en fonction de l’âge (en abscisse, en années) et du pays (Belgique en jaune, France en bleu, Suisse en rouge) des participants. Les rubans en teinte claire accompagnant les droites de régression indiquent l’écart standard de la moyenne.

Le graphe ci-dessus, généré à partir des résultats de cette analyse, montre qu’en Belgique, la probabilité d’avoir la prononciation ananaS reste très faible, et ce peu importe l’âge des participants. En Suisse, la probabilité d’avoir la prononciation ananaS ne varie pas selon l’âge des participants : qu’ils aient 20, 40 ou 60 ans, c’est cette prononciation que les participants ont sélectionnée. En France en revanche, on observe une chute progressive de la probabilité d’avoir la prononciation ananaS en fonction de l’âge. On voit en effet que plus les participants sont âgés, moins il y a de chances qu’ils prononcent ananaS.

Annie et les 🍭 à l’ani(S)

Comme de nombreux autres mots se terminant par un -s (moins, encens, tandis [que], etc.) ou un -l  (persil, sourcil, chenil, etc.), le mot anis peut être prononcé de deux façons, aniS ou ani.

37566166-star-anis-in-indian-kitchen-written-star-anis

D’après le TLFi, l’ensemble des dictionnaires du XIXe siècle transcrivaient la forme sans -s, alors qu’au début du XXe siècle déjà, certains remarqueurs donnaient la prononciation ani comme vieillie.

Aujourd’hui, les deux prononciations continuent d’être répertoriées dans de nombreux dictionnaires (v. Le Petit Robert, le Larousse, le Wiktionnaire, entre autres).

La carte ci-dessous montre qu’en ce début du XXIe siècle, la prononciation aniS est de loin la plus répandue. La variante sans -s ne survit plus qu’en Belgique et dans le français que l’on parle en Bourgogne :

anis_label.png

Figure 5. Carte de la prononciation du mot anis. Les zones en bleu indiquent une prononciation avec consonne finale audible (aniS), les zones en rouge une prononciation sans consonne finale audible (ani). Les traits fins délimitent les frontières de départements en France, de provinces en Belgique et de cantons en Suisse romande.

Quel est le rôle de l’âge sur le maintien de cette prononciation ? Pour répondre à cette question, nous avons procédé un peu différemment que pour le mot ananas (voir figures 3 et 4 supra), en générant cette fois-ci deux cartes différentes : l’une sur la base des réponses données par les informateurs âgés de plus de 55 ans, l’autre sur la base des réponses données par les informateurs âgés de moins de 35 ans. NB : ces limites d’âge ont été choisies arbitrairement.

Figure 6. Cartes de la prononciation du mot anis, générée en fonction des réponses des participants ayant 55 ans ou plus (à gauche) et des réponses des participants ayant 35 ans ou moins (à droite). Les zones en bleu indiquent une prononciation avec consonne finale audible (aniS), les zones en rouge une prononciation sans consonne finale audible (ani). Les traits fins délimitent les frontières de départements en France, de provinces en Belgique et de cantons en Suisse romande.

La comparaison des deux cartes (cliquez dessus pour les agrandir) révèle que l’âge ne semble avoir aucun effet sur le maintien ou non du -s, que ce soit en Belgique (le mot y est toujours prononcé ani) ou en Suisse (le mot y est toujours prononcé aniS). En France en revanche, la variante ani est largement plus répandue dans la bouche des locuteurs nés avant les années 1960 que dans la bouche ceux nés après 1980 !

La chanson Les sucettes, à laquelle fait écho le titre de cette section, a été écrite et composée par Serge Gainsbourg. Elle a été interprétée pour la première fois par France Gall en 1965. Dans la vidéo ci-dessus, les deux artistes la chantent en duo.

aoû(t), stan(d), exa(ct), distri(ct), etc.

Les particularités locales du français que l’on parle dans nos régions vous intéressent ?

couverture

Retrouvez plus d’une centaine de cartes inédites dans l’Atlas du français de nos régions, à paraître chez Armand Colin à la fin du mois d’octobre (sinon il est déjà en pré-commande sur Amazon).

Quel français régional parlez-vous? 🇫🇷 🇧🇪 🇨🇭 🇨🇦

Si ce billet vous a plu, n’hésitez pas à nous le dire en commentaire ou sur Facebook ! Retrouvez-moi également sur Twitter. N’hésitez pas non plus à participer à notre dernière enquête (cliquez ici si vous avez grandi en Europe ; ici si vous avez grandi en Amérique du Nord). Plus nous aurons de participants, plus nos résultats seront fiables (c’est gratuit, anonyme et ça ne devrait pas vous prendre plus de 10 minutes). N’oubliez pas de faire passer le message autour de vous !

A propos Mathieu Avanzi

Mathieu Avanzi est linguiste. Il a défendu une thèse portant sur l'intonation du français en 2011, et effectué plusieurs postdocs en France (Paris), en Suisse (Neuchâtel, Genève et Zurich) et en Angleterre (Cambridge). Il travaille actuellement en tant que chargé de recherche à l'université catholique de Louvain (Belgique). Ses travaux portent sur la géographie linguistique du français.

8 réponses

  1. Elsa

    Je ne sais pas si je suis un cas isolé mais je dis une pwal et un pwel. Je ne sais pas d’où ça vient (région parisienne, famille Lorraine), peut-être pour différencier un poil d’un poêle.

    Aimé par 1 personne

    1. HC

      alors moi c’est le contraire : je dis « un pwal », mais une « pwel » (sûrement sous l’influence de ma belle-famille, parce que je me rappelle dire « une pwal » étant plus jeune). Je suis originaire du nord de l’Aisne.

      Aimé par 1 personne

  2. Françoise Nore

    J’ai remarqué que le son :/wa/, dans certains mots, tend à disparaître au profit de /wè/, notamment dans les spots publicitaires, et encore plus dans les spots qui passent à la radio. Ainsi, j’ai souvent entendu « couenne » prononcé /kwèn/ et non /kwan/, laquelle me semble être, sauf erreur de ma part, la prononciation correcte. Sinon, bravo, Mathieu et toute ton équipe !

    Aimé par 1 personne

      1. igp

        J’approuve pour l’influence de l’écrit, mais il ne pourrait pas y avoir une influence de « découenné » (prononcé découénné) aussi?

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s