Crayon (de bois/gris) ou crayon de/à papier ?

C’est une question qui agite la toile depuis pas mal de temps (v. ce topifight, ce forum ou celui-ci), mais qui n’a toujours pas trouvé de réponse satisfaisante. Et les dictionnaires de référence, de même que les dictionnaires de régionalismes, ne sont toujours pas toujours non plus d’une très grande aide. La page Wikipedia consacrée au « crayon » résume le problème simplement : « il n’existe pas de terminologie officielle et les désignations peuvent varier selon les zones géographiques ou culturelles : on parle de « crayon-mine », de « crayon de mine », de « crayon à papier », de « crayon de papier », de « crayon de bois » ou « crayon gris », « crayon de plomb » ou « crayon à mine » au Québec, « crayon noir », « crayon ordinaire » ou même simplement « crayon » en Belgique » (page consultée le 25.11.2016). Fait rare : même l’Académie signale que toutes ces variantes sont correctes (lien) !

Pour tenter d’y voir plus clair, nous avions demandé aux internautes, dans l’une de nos premières enquêtes sur les mots et les phrases du français de nos régions , comment ils nommaient « le bâtonnet de bois contenant une mine, dont on se sert pour écrire sur du papier, et que l’on peut gommer ». Les répondants devaient choisir dans une liste de 5 réponses la variante qu’ils utiliseraient préférentiellement dans le cadre d’une conversation en famille ou entre amis. La carte ci-dessous (générée à partir des réponses de plus de 12’000 francophones d’Europe) permet de visualiser quels items ont été donnés le plus souvent pour chacun des départements de France, chacune des provinces de Belgique et chacun des cantons de Suisse romande.

crayon_avanzi

Figure 1. Les désignations du « bâtonnet de bois contenant une mine, dont on se sert pour écrire sur du papier, et que l’on peut gommer » dans l’enquête Euro-1, en fonction des pourcentages maximaux obtenus par départements (FR), les provinces (BE) et cantons (CH).

Comme on peut le voir, la variante « crayon » est arrivée largement en tête des sondages en Belgique. En France, la situation est plus contrastée: le territoire se partage entre ceux qui disent « crayon à papier » et ceux qui disent « crayon de papier » (à noter qu’aucune variante n’est « plus correcte » que l’autre, contrairement à ce que nous dit ce site). On remarque toutefois que dans certaines zones périphériques, qui incluent les départements des Alpes du Sud-Est, une bonne partie de la Bretagne et le département de l’Ariège,  c’est la variante « crayon gris » qui a été choisie. Nos amis de l’ancienne région Nord-Pas-de-Calais, de même que les habitants d’une partie des Pays de la Loire ont plébiscité la réponse « crayon de bois ». En Suisse romande enfin, on observe également de la variation d’un canton à l’autre: les Vaudois et les Genevois nomment « crayon gris » ce que les Fribourgeois et les Valaisans nomment « crayon à papier », alors que les Romands de l’Arc Jurassien ont préféré la réponse « crayon de papier », à l’instar de leur voisins de France.

Cette carte ne rend toutefois pas justice à la réalité des données, et les choses ne sont pas tout à fait si tranchées : de nombreuses variantes sont connues en dehors des aires que montre la carte ci-dessus. Sur la carte suivante, on peut voir p. ex. que la variante « crayon à papier » est assez répandue dans l’Europe francophone, mise à part peut-être en Belgique:

crayon_a_papier_euro

Figure 2. Répartition et vitalité de la réponse « crayon à papier » dans l’enquête Euro-1. Chaque point représente le code postal de la localité d’enfance d’un ou de plusieurs participants, plus la couleur est foncée, plus le pourcentage de participants par département (FR), province (BE) ou canton (CH) est élevé.

La carte suivante laisse penser que la variante « crayon de papier » est moins célèbre hors de son aire maximale :

crayon_de_papier_euro

Figure 3. Répartition et vitalité de la réponse « crayon de papier » dans l’enquête Euro-1. Chaque point représente le code postal de la localité d’enfance d’un ou de plusieurs participants, plus la couleur est foncée, plus le pourcentage de participants par département (FR), province (BE) ou canton (CH) est élevé.

La forme « crayon » est quant à elle connue dans les départements de la frange Sud, mais également en Suisse romande et en Alsace:

crayon_euro

Figure 4. Répartition et vitalité de la réponse « crayon » dans l’enquête Euro-1. Chaque point représente le code postal de la localité d’enfance d’un ou de plusieurs participants, plus la couleur est foncée, plus le pourcentage de participants par département (FR), province (BE) ou canton (CH) est élevé.

La réponse « crayon de bois » est cantonnée dans les zones où l’on a observé les pourcentages maximaux sur la Figure 1:

crayon_bois_euro

Figure 5. Répartition et vitalité de la réponse « crayon de bois » dans l’enquête Euro-1. Chaque point représente le code postal de la localité d’enfance d’un ou de plusieurs participants, plus la couleur est foncée, plus le pourcentage de participants par département (FR), province (BE) ou canton (CH) est élevé.

On voit sinon que la réponse « crayon gris » est en fait connue sur une frange sud-est plus large que celle que l’on a vue sur la figure 1, et que la variante est également connue dans les régions situées au nord de la francophonie d’Europe (notez la différence entre les départements du Nord et du Pas-de-Calais) :

crayon_gris_euro

Figure 6. Répartition et vitalité de la réponse « crayon gris » dans l’enquête Euro-1. Chaque point représente le code postal de la localité d’enfance d’un ou de plusieurs participants, plus la couleur est foncée, plus le pourcentage de participants par département (FR), province (BE) ou canton (CH) est élevé.

Enfin, les participants avaient la possibilité d’indiquer d’autres réponses dans une case « autre ». Nous avons recueilli des variantes comme « crayon noir » et « crayon ordinaire » (proposées par quelques locuteurs de Belgique), mais aussi la réponse « crayon (de/à) plomb », en usage au Québec. Sur la carte ci-dessous, nous avons cartographié la vitalité de la réponse « crayon (à/de) mine ». Sans doute l’aire et la vitalité de cette tournure auraient été plus importantes si ce choix avait été proposé aux participants.

crayon_mine_euro

Figure 7. Répartition et vitalité de la réponse « crayon mine » dans l’enquête Euro-1. Chaque point représente le code postal de la localité d’enfance d’un ou de plusieurs participants, plus la couleur est foncée, plus le pourcentage de participants par département (FR), province (BE) ou canton (CH) est élevé.

Comment ça se dit chez vous ?

Êtes-vous d’accord avec ces cartes ? Est-ce que les représentations correspondent à vos usages ? Pour participer aux enquêtes et nous aider à en savoir plus sur la vitalité et l’aire d’extension de certains régionalismes du français, cliquez ici !

A propos Mathieu Avanzi

Mathieu Avanzi est linguiste. Il a défendu une thèse portant sur l'intonation du français en 2011, et effectué plusieurs postdocs en France (Paris), en Suisse (Neuchâtel, Genève et Zurich) et en Angleterre (Cambridge). Il travaille actuellement en tant que chargé de recherche à l'université catholique de Louvain (Belgique). Ses travaux portent sur la géographie linguistique du français.

41 réponses

  1. @chuipasla

    J’ai fait l’essentiel de ma scolarité en Charente Maritime et j’ai toujours entendu « crayon à papier ».
    Curieusement ce n’est qu’en venant vivre en Alsace que j’ai découvert le terme « crayon de bois », et jusqu’à aujourd’hui j’étais persuadé que c’était un particularisme régional, ce que semblent infirmer vos stats…

    J'aime

  2. ML Varoqueaux

    J’ai grandi entre l’Aude et l’Hérault et j’ai effectivement toujours entendu et dit « crayon gris » et « crayon à papier », jusqu’à rencontrer mon Nordiste de mari qui lui dit toujours « crayon de bois ». Je n’aurais vraiment pas pensé qu’il y avait autant de régionalismes pour cet outil du quotidien, c’est encore plus complexe que le guerre chocolatine, pain au chocolat ! ^^

    J'aime

  3. A. L.

    Je suis un peu surpris car depuis que j’ai émigré en Belgique (région de Liège) j’entends souvent la forme « crayon de bois » (qui est me semble-t-il souvent réduite en « crayon bois »).
    Cette carte semble pourtant montrer que ce terme y est inconnu.
    Peut-être est-ce une particularité encore plus locale que la carte ne peut pas mettre en évidence ?

    J'aime

      1. A. L.

        En effet, j’ai redemandé un peu autour de moi et c’est plutôt « crayon » ou « crayon gris ».
        Personnellement j’ai toujours dit « crayon papier », sans le « à » ni le « de ».
        Apparemment maintenant à l’école on apprend « crayon graphite ».
        Tout ça pour un crayon !! 😉

        J'aime

  4. Katoumz

    Dingue !!!!! Je suis de Reims et effectivement j’ai toujours dis « un crayon de mine » !!!!! Et depuis que j’habite dans le Sud-Est je découvre que tout le monde appelle ça un « crayon gris » 😮 😮 😮

    Aimé par 1 personne

  5. Ligavan

    C’est vrai qu’à la pointe de la Bretagne j’ai toujours dit « crayon gris » mais depuis que je suis instit en Ille et Vilaine je m’efforce de dire « crayon à papier » pensant que la formule « crayon gris  » n’était pas correcte.

    Aimé par 1 personne

  6. fe3

    J’ai trouvé votre page grâce à l’article de Slate consacré à cette question. J’ai grandi en Indre-et-Loire mais ma famille est d’origine artésienne : nous disions « crayon de bois » (cohérent avec la carte pour le Pas-de-Calais) alors que tous mes amis d’enfance disaient « crayon de papier ». Je suis donc surpris de voir que d’après le sondage « crayon de bois » est majoritaire dans mon département d’enfance ! L’un des échantillons (celui du sondage ou celui de mes connaissances) serait-il faible et peu représentatif statistiquement ? 😉

    Aimé par 1 personne

    1. Je suis aussi de l’Indre-et-Loire (Tours Nord) et j’ai grandi dans l’expression « crayon de bois ». Il y a peut-être des particularismes plus locaux, ou une évolution dans le temps.
      Les profs nous reprenaient parfois pour nous faire dire « crayon à papier ».

      J'aime

  7. Jacques MIROU

    En région parisienne, dans les années cinquante et soixante, je n’ai entendu parler que de crayons, tout simplement, ou à la rigueur crayons noirs, qui s’opposaient aux stylos, à plume ou à bille.

    J'aime

  8. Sympa cet article, fallait y penser ^.^ Je confirme qu’étant dans le Maine et Loire j’ai TOUJOURS entendu « crayon de bois », alors que mes frères et sœurs ayant grandis au nord ouest de Paris disent bien « crayon à papier », c’est super cohérent 😉

    J'aime

    1. Tout dépend de votre âge. Au nord ouest de Paris, dans les années 50-60, on disait tout simplement crayon ou à la rigueur crayon noir. L’appellation « crayon à papier » a dû être introduite par des enseignants venant de province.

      J'aime

  9. Dans mon enfance et plus tard, à Genève, j’ai toujours appelé ça un crayon noir (et non gris qui me semble est survenu plus tard). J’ai septante ans et je parle maintenant de crayon gris, les enfants avec qui je travaille ne comprenant pas et pensent au crayon noir des crayons de couleurs.

    J'aime

    1. Simon

      J’ai un pe u plus d e 70ans. A l’école, dans le Canton d e Vaud, nous recevions, en 1ère primaire, une ardoise, une touche pou écrire sur l’ardoise, un crayon et une gomme. Plus tard, pour les distinguer du crayon (à mine graphite noire), nous parlions des « crayons de couleur ». Mais à mon avis, on n’a jamais parlé dans notre région de « crayon de papier ». La maîtresse avait, fixé sur son pupitre, un taille-crayon, et pas un taille-crayon-à-papier. Elle nous rappelait au besoin : « Cesse de ronger ton crayon ! ». Et jamais « … ton crayon-de-papier ! ».
      Bernard simon, Bullet

      J'aime

      1. En Touraine, patrie du crayon de bois, comme à Nantes parce que l’expression a suivi la Loire, on a aussi des taille-crayons, et non des taille-crayons-de-bois. Ce qui est logique, car ils servent à tailler également les crayons de couleur !

        J'aime

  10. Somers

    Très surpris de cette variété d’appellation pour un crayon (je suis belge) …
    Mais pour tous ceux qui ajoutent un qualificatif à crayon, que désigne un crayon sans qualificatif ? Nous utilisons « crayon de couleur » pour désigner un crayon autre que gris.

    J'aime

    1. Un crayon sans qualificatif est un objet qui sert à écrire. Dans certains contextes, par exemple si on nous demande de venir avec « un papier et un crayon », on va prendre un bloc et un stylo, et on aura répondu à la consigne. Si on veut que quelqu’un prenne spécifiquement un crayon de bois, il faut le préciser.

      J'aime

      1. J’ai 66 ans, j’ai grandi en région parisienne, et encore maintenant, si on me demande de venir avec un papier et un crayon, je viendrai avec du papier et un crayon noir (ou gris, si vous préférez), mais certainement pas avec un stylo, à bille ou à plume.

        Aimé par 1 personne

    1. Félix Bruno

      pourquoi ? les crayons de couleurs ne seraient-ils pas destinés à être utilisés sur du papier ?
      Dans ma région, Lausanne en Suisse on disait crayon noir et crayon de couleur. Mes filles utilisent maintenant le terme crayon gris. Le résultat sur le papier est cependant noir. Restons logiques ou désignons ce genre de chose de crayon anthracite.

      J'aime

  11. Michèle

    J’ai 60 ans et je suis provençale. Je disais « crayon gris » dans mon enfance que j’avais complètement oublié, car je ne l’ai plus entendu depuis longtemps et que j’ai retrouvé en lisant cette chronique. On est passé à « crayon » je ne sais plus quand. « Crayon à papier » s’entend mais « crayon » reste plus fréquent dans les Bouches-du-Rhône et le Var.

    Aimé par 1 personne

  12. Madeleine

    Je suis de Genève. Dans mon enfance, j’ai 68 ans, j’ai toujours parlé de crayon noir. Lorsque je suis devenue enseignante, la consigne était de parler de crayon gris aux élèves.

    J'aime

  13. Juniper

    A Toulouse, dans les années 60, on disait bien « crayon à papier » à l’école, mais mon papa albigeois disait parfois spontanément « crayon gris ». L’expression a peut être évolué dans le temps?

    J'aime

  14. C’est vraiment fascinant ces cartes ! J’ai grandi dans le Var mais je suis originaire de la Bretagne, je dis tout le temps « crayon gris » et je ne compte plus les gens surpris par cette expression, surtout quand je vivais à Toulouse !

    Une petite question : je suis aussi d’origine pied noir et les gens de ma famille de ce côté-là ont aussi des manières de parler particulières, y’a-t-il un questionnaire ou une étude sur le sujet ?

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s