Survivances des parlers francoprovençaux en français, épisode 2: le canton du Valais (CH)

Dans ce deuxième épisode de notre série consacrée aux rapports entre les dialectes galloromans et le français que l’on parle de part et d’autre des Alpes franco-suisses (le premier était dédié aux dénominations des animaux), nous présentons les résultats d’une enquête conduite entre 2017 et 2018 visant à documenter les particularités du français des districts de l’ouest du canton du Valais, en Suisse romande.

Figure 1. A gauche, le Valais romand à l’échelle de la francophonie d’Europe. A droite, zoom sur le Valais romand, où les frontières en grisé délimitent des districts francophone du Valais, celles en traits noirs pleins et fins les frontières entre les cantons de Romandie et celles en traits pointillés les frontières entre la Suisse, la France et l’Italie. La zone en grisé plus clair sur le bord droit de la carte correspond à la partie germanophone du Valais.

Ce billet est le fruit d’une collaboration avec Nancy Vouillamoz, valaisanne et auteure d’un mémoire sur le français d’Isérables (rédigé en vue de l’obtention d’un Master en linguistique française à l’université de Fribourg). Il présente sous une forme légèrement remaniée certains des résultats du premier volet d’une recherche dédiée aux emprunts du français aux parlers valaisans, publié dans le n°170 de L’Ami du patois (septembre 2018, pp. 24-29) édité par la Fondation Bretz-Héritier, puis présenté sous la forme d’une communication orale à la XXIXe édition du Congrès International de Linguistique et de Philologie Romane à Copenhague du 1er au 6 juillet 2019. Les résultats du second volet de ce projet seront exposés à l’occasion du colloque Dialectologie francoprovençale, 50 ans après, qui se tiendra du 6 au 8 novembre 2019 à l’université de Neuchâtel. Si vous êtes valaisan, vous pouvez nous aider en participant au second volet de notre enquête.

Comme le montre la carte ci-dessous, le Valais est l’un des cantons les plus isolés de la Suisse romande sur le plan géographique. Traversé par le Rhône, il est bordé de part et d’autre de hautes montagnes, que l’on ne peut franchir que par des tunnels ou par des cols. La seule route de plaine qui permet d’accéder à la vallée se situe au nord-ouest du canton, à frontière avec le canton de Vaud.

Figure 2. Représentation en dégradé de couleurs permettant de situer les zones les plus élevées (en rouge vif), et les zones les plus basses (en vert foncé). Les frontières internes au Valais délimitent les districts. Les données pour les valeurs des reliefs ont été téléchargées sur SRMT data.

À l’intérieur du canton, certains villages de montagne sont demeurés longtemps isolés des localités de la plaine. Par exemple, le village d’Isérables n’a été relié aux localités bordant le Rhône par un téléphérique qu’en 1942. Il fallut attendre 1966 pour qu’une route soit construite (avant cela, il n’existait que des chemins muletiers).

source: Wikipédia.

Sur le plan linguistique, le Valais romand constitue l’une des régions des Alpes où les parlers francoprovençaux se sont le mieux maintenus. Le relatif isolement du canton et la géographie particulière de ses villages peut expliquer cette situation singulière, mais ce n’est pas là la seule raison. Le fait que le canton n’ait pas été converti lors de la Réforme protestante a entraîné une pénétration plus tardive du français à l’intérieur de ces terres (pour lire la Bible, il fallait comprendre le français). Dans les cantons de Genève, de Vaud et de Neuchâtel, de confession protestante, l’usage des patois a commencé à décliner bien plus tôt.

Nous ne disposons pas de sources fiables sur la pratique du patois à la maison à l’heure actuelle. On sait toutefois que les personnes nées au début du siècle ont acquis le patois avant d’apprendre le français, et que celles qui sont nées avant 1950 – notamment celles qui sont originaires des villages de montagne – parlent encore le patois couramment. Depuis quelques années, la politique linguistique du canton favorise l’apprentissage des parlers locaux et leur mise en valeur (vous trouverez plus d’infos sur le site de la fondation du patois). À part dans certains villages comme Évolène, le patois n’est presque plus parlé par les jeunes Valaisans (Kantutita du blog yapaslefeuaulac a consacré un podcast à ce parler).

La cohabitation prolongée des deux systèmes – patois et français – a donné naissance à de nombreux phénomènes d’interférence, dans un sens comme dans l’autre. Les traces que les patois ont laissé dans le français demeurent relativement mal connues.

La première cacologie (recueil recensant les « fautes » ou les « écarts » de la langue locale par rapport à la norme française de référence) dédiée à une variété de français en Suisse romande remonte à 1691. Elle visait à répertorier les particularités du français que l’on parlait alors à Genève (vous pouvez y accéder ici). Des ouvrages de la même trempe seront publiés par la suite (pour en savoir plus, lisez cet article), les uns seront consacrés au français du canton de Vaud (Develey 1808), de Genève (Gaudy 1827), de Fribourg (Grangier 1864) et de Neuchâtel (Bonhôte 1867). Il n’existe aucun ouvrage de ce genre pour le français valaisan.

Dans nos recherches, nous cherchons à combler ce déficit.

Méthode

Pour documenter les traces qu’ont laissées les patois dans le français du Valais, nous avons lancé une enquête en ligne entre octobre 2017 et mai 2018.

Les enquêtes se poursuivent! Cette première enquête valaisanne a permis de mettre le doigt sur des phénomènes intéressants, et dont l’existence n’avait jamais ou guère été documentée dans la communauté des chercheurs travaillant sur le français de Suisse romande. Vous pouvez nous aider à continuer cette recherche en répondant à quelques nouvelles questions. Il suffit pour cela de disposer de 5 minutes devant vous, et d’une connexion internet (votre participation est anonyme). Cliquez sur ce lien pour accéder au questionnaire!

Dans un premier temps, les internautes qui ont pris part à notre enquête devaient fournir quelques informations nous permettant de contextualiser les résultats (année de naissance, sexe, localité dans laquelle ils ont passé la plus grande partie de leur jeunesse, pratique du patois, etc.). Ils étaient ensuite invités à répondre à quelques questions portant sur le vocabulaire (comment appelez-vous tel ou tel objet?), l’ordre et le choix des mots dans la phrase (quelle expression utilisez-vous pour décrire tel ou tel état ou telle ou telle action?) et enfin la prononciation (comment prononcez-vous ce mot-ci ou ce mot-là?). Pour faciliter le traitement des données, les participants devaient cocher dans une liste de réponses possibles la ou les réponses correspondant le mieux à leur usage.

Les données ont été stockées dans un tableur, et géocodées semi-automatiquement à l’aide de l’outil ezGeocode. Au total, nous avons travaillé à partir des réponses de près de 1.270 Valaisans, qui se répartissent de la façon suivante (cliquez sur la carte pour l’agrandir):

Figure 3. A gauche, nombre des participants en fonction des districts où ils ont déclaré avoir passé la plus grande partie de leur jeunesse. A droite, nombre de participants en fonction de la localité (déterminée sur la base du code postal) où les participants ont déclaré avoir passé la plus grande partie de leur jeunesse .

Sur la carte ci-dessus, on peut voir que notre enquête a permis de couvrir le territoire de façon relativement uniforme, même si les districts de l’ouest du canton (Conthey et Saint-Maurice, avec 30 et 27 participants, respectivement) sont moins bien représentés que les autres (avec un minimum de 60 internautes pour Hérémence et un maximum de 590 internautes dans le district de Martigny). Soulignons qu’avec 252 participants, le village d’Isérables est extrêmement bien représenté (le village totalisait en effet 883 habitants en 2008).

Note sur la confection des cartes: Les cartes ont été réalisées dans le logiciel R, à l’aide des librairies raster, ggplot2 et ggsn. Si vous voulez en savoir plus, n’hésitez pas à contacter l’auteur!

De cette façon, nous avons pu calculer, pour chacune des réponses aux questions de notre enquête, le pourcentage d’usage de telle ou telle réponse par commune. Nous avons alors reporté les résultats sur un fond de carte vierge, en faisant varier les teintes des points en fonction des pourcentages. Ainsi, plus la couleur d’un point est claire, plus le pourcentage d’utilisation de la forme est élevé, et inversement. Enfin, pour éviter les effets de distorsion dues au trop faibles effectifs, nous avons exclu les localités pour lesquelles nous avons comptabilisé moins de cinq observateurs.

Quelques mots de patois passés en français

L’enquête s’ouvrait par des questions portant sur le vocabulaire de la vie de tous les jours.

Ronquer

La première question avait pour but d’obtenir des informations sur l’usage du verbe ronquer. Elle était formulée de la question suivante : « Dans votre usage, ronquer son jardin signifie… » et assortie des choix de réponse: (i) arroser son jardin, (ii) tourner son jardin, (iii) semer son jardin et (iv) je n’emploie pas ce verbe. Les participants ont en majorité répondu « tourner son jardin » (qui était la « bonne » réponse, les autres sens n’existant pas) ou « je n’emploie pas ce verbe »:

Figure 4. Vitalité et aire d’extension du verbe ronquer, au sens de « tourner (son jardin) ».

Les résultats montrent que le mot est connu un peu partout, avec des pourcentages qui dépassent rarement les 20%, mis à part dans les communes d’Isérables (60%) et d’Orsières (52%).

Il cramotze

La seconde question visait à documenter la vitalité de la tournure impersonnelle il cramotze (ou ça cramotze), qui permet de rendre compte de la chute d’une neige faible et humide. La question était posée de la façon suivante: « Dehors une neige faible et humide commence à tomber, vous dites qu’il… ». Elle était suivie des réponses: (i) neigeotte, (ii) neige, (iii) mélange, (iv) cramotze, (v) autre (précisez).

Figure 5. Vitalité et aire d’extension du tour il cramotze, au sens de « il tombe une neige faible et humide ».

Les résultats indiquent que le tour il cramotze est essentiellement connu dans le français des communes voisines d’Isérables (46%), à savoir: Nendaz (37%), Riddes (30%) et Veysonnaz (22%).

Métère

La troisième question portait sur l’utilisation du substantif métère, au sens de « pomme de terre ». Comme on peut le voir sur la carte ci-dessous, l’aire d’extension de ce mot est relativement réduite à l’échelle du Valais romand: elle ne semble employée que dans le français que l’on parle à Isérables (52%) et Riddes (40%), alors que Veysonnaz atteint 12%:

Figure 6. Vitalité et aire d’extension du substantif métères, comme synonyme de « pomme-de-terre, patate ».

Pour essayer de comprendre l’origine de cette forme, nous avons pensé qu’il était utile de jeter un œil aux données de l’Atlas Linguistique de la France (ALF), mis au point par le linguiste suisse Jules Gilliéron avec la collaboration d’Edmond Edmont.

L’Atlas Linguistique de la France est un ouvrage unique et précurseur dans le domaine de la dialectologie. Publié entre 1902 et 1910, d’abord sous forme de fascicules, puis sous la forme de volumes (13 au total), il comprend plus de 2000 cartes, générées à la suite du dépouillement d’autant de questions. Ces données ont été récoltées par E. Edmont, à la suite d’interviews qu’il a réalisées avec des témoins rencontrés au fil de son périple aux quatre coins de la France et de ses « satellites linguistiques » (Wallonie, Suisse romande, îles Anglo-Normandes et vallées transalpines), périple qui a duré quatre ans (entre 1897 et 1901). L’ensemble des cartes numérisées peut être consulté sur ce site.

La carte ci-dessous montre qu’au début du siècle précédent, en Valais, il existait deux grands types de formes pour désigner ce tubercule. En bleu, les représentants du type « pomme de terre » (qui se présentent sous des formes différentes en raison des aléas de l’évolution phonétique). À gauche, comme dans une large partie du domaine galloroman méridional (v. carte ALF 1057), les formes se rattachent toutes à un étymon germanique kartoffel (tartouffe, truffe, triffle, v. FEW t. 13, 2, p. 385b, mot sur lequel on s’est appuyé pour dénommer le désormais célèbre plat savoyard tartiflette).

Figure 6bis. Les dénominations de la « pomme de terre » dans les dialectes galloromans du Valais et alentours au début du 20e s., d’après l’Atlas Linguistique de la France. Chaque point représente une localité enquêtée.

A la lumière de cette carte, on peut faire l’hypothèse que métère est la forme correspondant à « pomme de terre » dans le patois parlé à Isérables et aux alentours, la première syllabe du composé ayant sauté, comme c’est le cas de la forme relevée au point 978 qui correspond à Nendaz (forme tèré sur la carte), et que cette forme s’est maintenue dans le français local. L’enquête n’a pas permis de vérifier systématiquement si les autres types (pommettes, truffe, etc.) étaient encore en usage, mais certains internautes nous les ont signalées.

Bertz

Enfin, la quatrième question de la première partie de l’enquête concernait l’adjectif bertz, qui signifie « tordu ». Comme on peut le voir, bertz jouit d’une vitalité également assez forte à Isérables (43%; ailleurs, les pourcentages ne dépassent jamais 20%):

Figure 7. Vitalité et aire d’extension de l’adjectif bertz, comme synonyme de « tordu ».

Sur le plan étymologique, bertz vient du patois bèrtso, un mot relativement polysémique, et naguère connu dans l’ensemble des patois de Suisse romande, pour qualifier une personne dont les dents sont tordues ou manquantes.

L’adjectif berche, de même origine, est mentionné par William Pierrehumbert dans son Dictionnaire historique du parler neuchâtelois et suisse romand comme un régionalisme de Suisse romande connu également en Pays de Savoie. Comme en patois, l’adjectif berche s’applique à des personnes qui présentent différentes sortes de problèmes au niveau de leur mâchoire, ou des outils qui sont mal en point.

Par analogie, l’adjectif s’applique également à des outils dont il manque des dents, ou qui sont ébréchés. En Valais plus spécifiquement, bèrtso permet de qualifier quelque chose qui présente un aspect défectueux, anormal (pour en savoir plus, n’hésitez pas à lire cet article du GPSR).

Quoi t’as dit?

Jusqu’à présent, on a parlé de mots de patois passés en français, sous des formes plus moins modifiées. Il existe d’autres phénomènes d’interférence, moins transparents, et que les linguistes appellent des « calques ». Ces calques concernent surtout la construction des phrases.

>> LIRE AUSSI: le « y » savoyard, laissez-moi vous y expliquer

De nombreux locuteurs, particulièrement ceux établis dans le centre du Valais romand, à Isérables et Riddes (ailleurs les pourcentages ne sont toutefois pas nuls), ont avoué utiliser la tournure interrogative « Quoi t’as dit? » pour demander à quelqu’un de répéter ce qu’il vient de dire:

Figure 8. Vitalité et aire d’extension du tour Quoi t’as dit? au sens de « Qu’est-ce que tu as dit? ».

Pour comprendre l’origine de cette formule, il faut savoir que dans les patois valaisans, le mot interrogatif que et le mot interrogatif quoi ont la même forme. Ainsi, dans les patois du Valais, le même mot est utilisé à la fois comme équivalent des mots que et quoi en français. On peut se reporter aux données de la carte 7130 de l’Atlas linguistique audiovisuel du francoprovençal valaisan (ALAVAL), dont nous reproduisons une copie ci-dessous:

Figure 9. Carte 7130 d’ALAVAL: « la question partielle ‘que’: forme et ordre des mots ». Cliquez ici pour accéder à la carte, aux données et aux commentaires.

Quand les patoisants se sont mis à parler français, ils ont sélectionné la forme quoi et l’ont utilisée en lieu et place de que. Ceci explique pourquoi il est encore aujourd’hui possible d’entendre dans le français local des formes comme quoi t’as dit, quoi t’as mangé, quoi t’as acheté, etc., même dans la bouche de ceux qui ne parlent pas le patois.

L’expression d’un déplacement ou d’une direction

Sur le plan géographique, le canton du Valais, comme les régions environnantes de Suisse, de France et d’Italie, est composé de vallées sur les bords desquelles s’alignent des villages souvent établis sur des terrains en pente. Le caractère dénivelé de ces localités est à l’origine de l’existence d’expressions déictiques qui sont propres aux parlers alpins.

Le point le plus bas du village d’Isérables se situe à 426 mètres au-dessus de la mer, et le point le plus haut culmine à 1100 mètres d’altitude. Cette situation géographique particulière est à l’origine de nombreux stéréotypes sur la commune (on dit par exemple que le village est si pentu qu’il faut y ferrer les poules).

Ainsi, dans les patois francoprovençaux, il n’est pas rare de trouver des formations adverbiales qui permettent de référer à la verticalité d’un lieu ou d’un déplacement.

Dans les patois de la région de Lyon, Mgr Gardette signalait que dans beaucoup de localités existent des formes spéciales pour ici et pour lorsque ces adverbes désignent un lieu élevé, et une forme différente lorsqu’ils désignent des lieux bas (ALLy 1307). On retrouve ce genre de précision dans les parlers occitans cisalpins (Pons 2019, in Revue de Linguistique Romane), mais aussi de la vallées d’Aoste (Diémoz 2013), de la Savoie (ALJA 1673) et du Valais (ALAVAL 71230). Ces formes sont à l’origine des tours en apparence pléonastiques du type en bas d’en bas ou oxymoriques en haut d’en bas en français valaisan.

Corollairement, il existe aussi des locutions permettant de faire état d’un déplacement sur le plan horizontal, sans changement d’altitude, notamment à l’aide des correspondants patois de la préposition outre (« au-delà, plus loin, à la même altitude que celui qui parle »), employée sans régime (tire-toi outre!) ou avant un complément de lieu (je vais outre à la piscine), ou en combinaison avec d’autres formes, à l’instar de en-là (« là-bas, plus loin par rapport à la personne qui parle ») ou de en-çà (« du côté, dans la direction de la personne qui parle »), qui permettent de préciser l’éloignement ou le rapprochement par rapport à celui ou celle qui parle.

outré, adv. Là-bas. Mot très fréquent et qui n’a pas son équivalent en français. Adv. de lieu. Le paysan distingue entre aa ba, descendre d’un lieu plus élevé, aa ina, monter et aa outré, aller à sa gauche ou à sa droite. Ainsi de St-Germain on dit: va ba a Chyoun, ina a dzöo, il descend à Sion, il monte à la forêt, et outr’a Droun.na, outr’a Tsandoouën, outr’a Granoué, à Drône, à Chandolin, à Granois, parce que ces localités sont situées sur un même plan, à sa gauche et à sa droite; outré-ouéi, là-outre; outr’ou moouën, [outre] au moulin; outré déouéi ó Roun.nó, de l’autre côté du Rhône, par rapport à Savièse; outré déouéi, les alpages de l’autre côté des alpes bernoises; outr’ënséi, de long en large. ⁄⁄ Adv. de temps. outré pé ó tsatin, pendant l’été; outré päa næ, pendant la nuit; vëndré outré pé a fën dé outon, il viendra vers la fin de l’automne. ⁄⁄ Loc. étre outr’ënséi, être en bon terme [avec qqn].

Article outré extrait du Lexique du Parler de Savièse.

L’utilisation de outre et ses combinaisons pour désigner des relations spatiales en français a à peine été documentée (William Pierrehumbert en fait rapidement état dans son Dictionnaire historique du parler neuchâtelois et suisse romand, et on ne trouve autrement que quelques lignes dans les glossaires et dictionnaires de patois francoprovençaux du Valais). Nos enquêtes ont permis, pour la première fois dans l’histoire de la géographie linguistique, de tracer les frontières de l’aire d’emploi de ces formes en français.

Aller outre à la piscine, tire-toi outre

Notre première carte a été générée à partir de l’enquête valaisanne, à laquelle on a ajouté les réponses de plusieurs milliers de Romands et de Savoyards, réponses récoltées dans le cadre d’enquêtes plus larges destinées à cartographier la variation du français régional dans la francophonie d’Europe.

La carte ci-dessous permet de montrer que l’utilisation de la préposition outre, dans des phrases comme tire-toi outre, ou aller outre à la piscine, est une particularité du français que l’on parle dans le canton du Valais, et plus spécifiquement dans les districts de l’ouest de ce canton:

Figure 10. Vitalité et aire d’extension de l’adverbe/préposition outre, dans le tour aller outre, au sens de « aller plus loin sans changement de plan d’altitude » à l’échelle du domaine francoprovençal.

La carte de détail ci-dessous permet de disposer des pourcentages plus précis pour chacune des localités.

Figure 10bis. Vitalité et aire d’extension de l’adverbe/préposition outre, dans le tour aller outre, au sens de « aller plus loin sans changement de plan d’altitude » à l’échelle du Valais romand.

Outre-là-outre, outre-et-en-çà

On l’a dit plus haut: dans les patois du Valais comme en français, outre se combine avec des adverbes pour exprimer des relations spatiales plus complexes.

Dans notre enquête, nous avons testé la vitalité du tour outre-là-outre, qui signifie « plus loin que outre »:

Figure 11. Vitalité et aire d’extension de la locution outre-là-outre, au sens de « plus loin que outre ».

Nous avons également pu cartographier l’aire d’extension de outre-et-en-çà, qui implique une idée de retour:

Figure 12. Vitalité et aire d’extension de la locution outre-et-en-çà, au sens de « aller outre avec idée de retour ».

La comparaison de ces deux dernières cartes fait ressortir des différences intéressantes entre les deux locutions. Il ressort que outre-là-outre est employé avec une vitalité moins importante que outre-et-en-ça, à part à Isérables!

Nous avons besoin de votre aide !

Grâce au millier de répondants qui ont pris part à notre première enquête, nous avons pu mettre au point quelques cartes permettant d’illustrer la richesse du français que l’on parle en Valais, et de mettre en avant la façon dont survivent les patois dans cette région de la Romandie. Il reste encore beaucoup à faire pour aboutir à la création d’un atlas linguistique du français que l’on parle dans cette région, et ainsi mieux documenter un patrimoine linguistique qui change avec une rapidité vertigineuse.

Nancy Vouillamoz et son grand-papa à Isérables lors d’un reportage pour Couleurs locales (cliquez ici pour accéder à la vidéo)

Notre nouvelle enquête en cours a pour but de préciser la géographie et la vitalité des autres formes comprenant outre, à savoir les combinaisons avec en-çà et en-là, mais aussi avec en-bas et en haut. Si vous êtes valaisans, n’hésitez pas à nous aider dans notre travail en répondant à quelques questions sur votre usage de ces tours!

Ad memoriam

Nous dédions cette publication à la mémoire de notre collègue Federica Diémoz, professeure ordinaire de dialectologie galloromane et sociolinguistique à la Faculté des lettres et sciences humaines, directrice du Centre de dialectologie et d’étude du français régional à l’université de Neuchâtel. Federica Diémoz a consacré sa thèse de doctorat et de nombreux articles au francoprovençal (dont elle était locutrice native). Elle a notamment participé à l’Atlas linguistique audiovisuel du francoprovençal valaisan ALAVAL, ainsi qu’à de nombreux autres projets destinés à documenter et la valoriser la variation linguistique des parlers alpins.

A propos Mathieu Avanzi

Mathieu Avanzi est linguiste. Il a défendu une thèse portant sur l'intonation du français en 2011, et effectué plusieurs séjours postdoctoraux en Belgique (Louvain-la-Neuve), en France (Paris), au Royaume-Uni (Cambridge) et en Suisse (Berne, Genève, Neuchâtel et Zurich). Il est actuellement maître de conférences à l'université Paris-Sorbonne. Ses travaux portent sur la géographie linguistique du français, sujet auquel il a consacré plusieurs articles, un atlas (Atlas du français de nos régions, Armand Colin, 2017) et un blog (www.francaisdenosregions.com).

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.