Canneberges ou cranberries?

S’il y a une chose qui énerve les Québécois en matière de vocabulaire, c’est bien de constater que les Français ne connaissent pas le mot canneberges et n’utilisent que son correspondant anglais, cranberries. Et encore: pour être complet, il faudrait dire que le français du Canada connaît bien d’autres équivalents, comme atocas / atacas ou pommes de pré. Cela est normal, dans la mesure où c’est un petit fruit très répandu en Amérique du Nord et qui s’y consomme depuis des siècles alors que sa commercialisation et sa diffusion en France sont très récentes.

video_cranberry_sauce

Autrefois essentiellement consommées en confiture ou en gelée, comme accompagnement de la dinde, ces baies sont désormais apprêtées de bien des façons: on en fait un jus très riche en vitamines et autres éléments nutritifs, mais on peut aussi les intégrer à des muffins ou à des biscuits, ou alors en faire des smoothies.

bio-vit-am-pur-jus-de-cranberry-canneberge-bio-1lbiscuits-canneberges-600x400-315x250

Mais revenons à des considérations plus linguistiques: d’où viennent ces différentes dénominations, et comment se distribuent-elles dans le temps et dans l’espace?

PS: les cartes présentées dans ce billet reposent sur des enquêtes en ligne; il est essentiel pour nous que vous participiez en grand nombre pour que nos résultats soient valables! si vous êtes francophone nord-américain, cliquez ici; si vous êtes francophone d’Europe, cliquez là! Un grand grand grand merci pour votre participation!

Atocas / atacas

Il s’agit sans nul doute de l’appellation la plus ancienne car nous l’avons héritée des Premières Nations, comme nous l’apprend ce passage du Dictionnaire Historique du Français Québécois, p. 89 (aussi consultable en ligne): «D’origine iroquoienne; relevé dans la langue huronne sous les formes atoxa et toxa « petit fruit rouge » (où x rend une prononciation [kh]».

muffin aux atocas

C’est dans les Relations des Jésuites que l’on trouve la première attestation de ce mot en français, dans un passage qui fait bien ressortir les caractéristiques du fruit:

Dieu nous do[n]na un petit fruict sauvage qu’on nomme icy Atoka; La jeunesse en alloit ramasser dans les prairies voisines, & quoy qu’il n’eust presque ny goust ny substance, la faim nous le faisoit trouver excellent: il est presque de la couleur & de la grosseur d’une petite cerise. (1656, Relations des Jésuites 43, p. 146 – v. DHFQ > BDLP-Québec)

C’est ce terme qui était encore naguère le plus répandu au Canada francophone pour désigner ce fruit, comme nous le montre cette carte tirée de l’Atlas linguistique de l’Est du Canada, publié en 1980 sur la base d’enquêtes menées dans les années 1970 auprès de témoins nés au début du XXe siècle:

atocas_point_ALEC

Figure 1. Carte élaborée à partir des questions 1655 et 1656 de l’ALEC.

Comme on peut le constater, atocas (petits carrés rouges) dominait alors partout sauf dans les provinces maritimes (où l’on disait et où l’on dit encore pommes de pré, petits carrés bleus sur la carte; nous y reviendrons ci-dessous). Quant à canneberge, aujourd’hui si dominant chez les francophones canadiens, il était à toutes fins pratiques inconnu. Mais d’où vient donc ce canneberge, et comment est-il devenu la norme au Canada en quelques décennies?

Canneberges

En fait, on a raison de s’étonner sur les rives du Saint-Laurent de la méconnaissance de ce terme dans l’Hexagone, car il figure en bonne place dans tous les dictionnaires français: même le Dictionnaire de l’Académie l’a inclus à sa nomenclature, et ce depuis 1762! Cela dit, il s’agit d’un terme technique de botanistes, totalement inconnu du grand public. Cela devait également être le cas autrefois au Canada, car le DHFQ pouvait encore écrire en 1998: «Se rencontre surtout dans la langue savante ou soignée (par ex. en botanique, dans la publicité).» Or de nos jours, vingt ans plus tard, le mot canneberge a remporté la partie: comme le montre la carte ci-dessous (Fig. 2), il domine sur presque tout le territoire, ayant relégué son vieux rival atoca (Fig. 3) au rayon des vieilleries:

canneberges_raster_canada

Figure 2. Pourcentage d’usage déclaré du type canneberges dans l’est du Canada d’après les enquêtes Français de nos régions (2017-2018).

atocas_raster_fitted

Figure 3. Pourcentage d’usage déclaré du type atocas dans l’est du Canada d’après les enquêtes Français de nos régions (2017-2018).

Que s’est-il donc passé pour qu’un pareil revirement de situation ait pu avoir lieu en l’espace d’une ou deux générations? Il semble bien que c’est l’aménagement linguistique qui soit en cause. Nous avons vu il y a quelques mois que le mot espadrille s’est largement diffusé au Canada francophone comme désignation des chaussures de sport au détriment de plusieurs équivalents – souvent des mots d’origine anglaise – et ce, grâce à l’interventionnisme des organismes de terminologie, comme l’Office Québécois de la Langue française (OQLF).

Or, le Grand Dictionnaire Terminologique (GDT) de l’OQLF préconise justement l’emploi de canneberge, qu’il présente comme «terme privilégié», reléguant atocas au statut de terme «utilisé dans certains contextes», mais sans préciser lesquels. Comme la langue de l’affichage commercial suit assez fidèlement les recommandations de l’OQLF, on ne s’étonnera pas de constater que canneberges est devenu l’appellation dominante dans les supermarchés, à partir d’où elle se sera répandue dans toute la population.

Mais pourquoi l’OQLF a-t-il préféré canneberges à atocas, d’emploi jadis si étendu? Probablement en raison de sa présence plus ancienne et plus fréquente dans les dictionnaires français. Cela dit, atocas figure également à la nomenclature de quelques dicos, et ce depuis 1823 (voir TLFi).

Aujourd’hui, atocas survit mieux dans des composés, comme gelée d’atocas ou dinde aux atocas. En revanche, lorsqu’il s’agit de produits plutôt récents, c’est naturellement canneberge qui s’impose, comme dans jus de canneberge – une boisson qui n’existait pas autrefois, mais qui est aujourd’hui produite (et appréciée!) pour ses vertus anti-oxydantes.

Maintenant, vous allez peut-être vous demander, en lecteurs curieux que vous êtes, d’où peut bien venir ce mot de canneberge? D’après le plus grand dictionnaire étymologique du français, le Französisches Etymologisches Wörterbuch en 25 volumes, il semble bien s’agir d’une francisation déjà relativement ancienne (1665!) du mot anglais cranberry, désignant le même petit fruit.

Cranberries

Comme le petit fruit en question était autrefois totalement inconnu du grand public en France, lorsque les grandes surfaces ont commencé à le commercialiser, on n’a rien trouvé de mieux à faire que de reprendre le mot anglais – sans se soucier de chercher le mot français correspondant, pourtant présent dans les dictionnaires depuis quelques siècles déjà. C’est ainsi que la francophonie se retrouve encore une fois coupée en deux, avec des Canadiens qui utilisent le mot français, et des Français qui utilisent le mot anglais… mais d’ailleurs, quelle est l’origine de ce mot anglais?

D’implantation relativement tardive dans cette langue, il semble bien s’agir, selon l’Oxford English Dictionary (OED), d’une adaptation d’un type lexical présent dans différentes variétés d’allemand et de néerlandais s’étant exportées en Amérique du Nord à l’époque coloniale, et dont le sens était celui de « baie des grues » (littéralement, crane berry). Voici d’ailleurs ce que l’OED nous apprend sur l’histoire de ce mot en anglais:

Etymology: A name of comparatively recent appearance in English; entirely unknown to the herbalists of 16–17th cent., who knew the plant and fruit as marsh-whorts, fen-whorts, fen-berries, marsh-berries, moss-berries. Several varieties of the name occur in continental languages, as German kranichbeere, kranbeere, Low German krônbere, krones- or kronsbere, krônsbär, kranebere (all meaning crane-berry); […]. The name appears to have been adopted by the North American colonists from some Low German source […]. (OED, on-line edition). 

Il n’est pas entièrement impossible de rencontrer le mot dans l’usage des francophones canadiens, mais selon nos enquêtes il n’est répandu que dans des régions où le français, en situation minoritaire, est plus fortement influencé par l’anglais (comme les provinces maritimes ou l’Ontario) – et ce, de toute façon, avec des pourcentages ne dépassant jamais les 30%:

cranberries_raster_fitted

Figure 4. Pourcentage d’usage déclaré du type cranberries dans l’est du Canada d’après les enquêtes Français de nos régions (2017-2018).

Pommes de pré

Les Acadiens du Canada connaissent toutefois une autre appellation, de facture tout à fait française cette fois-ci: il s’agit de pommes de pré. Les témoins de l’Atlas linguistique de l’Est du Canada (nés au début du XXe siècle) connaissaient bien cette dénomination, comme on peut le voir sur la carte ci-dessous, où la variante pommes de pré apparaît en rouge:

pommes-de-pré_point_ALEC

Figure 5. Carte élaborée à partir des réponses aux questions 1655 et 1656 de l’ALEC.

Il est toutefois réjouissant de constater que ce terme est encore connu dans les provinces maritimes, comme le révèle la carte ci-dessous, basée sur des enquêtes récentes. Les pourcentages d’usage déclaré peuvent monter jusqu’à 60%.

pommes_de_pré_raster_fitted

Figure 6. Pourcentage d’usage déclaré du type pommes de pré dans l’est du Canada d’après les enquêtes Français de nos régions (2017-2018).

L’influence de l’OQLF en dehors des frontières du Québec

En théorie, l’OQLF ne «règne» que sur le français du Québec, mais force est de constater que canneberges s’est diffusé également en dehors des frontières de la Belle Province: comme le montre la figure 2, les provinces maritimes et l’Ontario l’ont aussi adopté, avec des pourcentages à peine moins élevés. Le Manitoba, province des prairies, ne figure pas sur la carte (il est trop à l’ouest!), mais selon les réponses des nombreux internautes franco-manitobains qui ont participé à nos enquêtes, canneberges y est également très bien implanté de nos jours (voir figure 7 ci-dessous).

Manitoba_cranberry

Figure 7. Pourcentages d’emploi déclaré de quatre variantes chez nos répondants franco-manitobains.

La variante atocas est presque désuète, ayant cédé la place à canneberges chez env. trois quarts des répondants. Le mot anglais cranberries a été donné par env. 20% des témoins, ce qui rappelle un peu la situation au Nouveau-Brunswick. Enfin, certains témoins ont donné comme réponse pembinas, mot d’origine amérindienne qui désigne en théorie un autre petit fruit rouge comestible, celui de la viorne. Cette confusion a peut-être été favorisée par le fait que ce fruit est appelé, en anglais canadien, lowbush cranberry (v. GDT).

Bref…

Nous avons donc eu à la base un mot dialectal allemand ou néerlandais signifiant « baie des grues » (quelque chose comme kranbeere) qui a d’abord fait l’objet d’une adaptation en anglais, devenant cranberry, mot à partir duquel le français a créé anciennement une forme fortement francisée, canneberge, et beaucoup plus récemment une forme sans adaptation (à tout le moins graphique), cranberry. À tout cela s’ajoute un mot plus ancien, atoca, d’origine amérindienne, qui n’a pas eu les faveurs de l’OQLF – ce qui l’a condamné à s’incliner devant canneberge, plus courant dans la lexicographie française bien que totalement inconnu du grand public en France.

Cela dit, peu importe comment vous les appelez, ces petites baies sont très bonnes pour votre santé – alors n’hésitez pas à vous en gaver!

Pour en savoir davantage sur la culture et la récolte de ce fruit, vous pouvez consulter cette page de l’Association des producteurs de canneberges du Québec.

carrés aux canneberges

Ce billet vous a plu?

En attendant le prochain billet, vous pouvez nous retrouver sur Facebook ou Twitter (on a aussi un compte Instagram). Si ce n’est pas déjà fait et si vous avez 10 minutes devant vous, n’hésitez pas à participer à notre dernière enquête (vous êtes originaire d’Europe, cliquez ici; vous venez d’Amérique du Nord? cliquez ). Vous pouvez aussi faire suivre ce lien autour de vous: c’est gratuit, anonyme, ça se fait depuis son ordinateur, son téléphone ou sa tablette, et ça nous aide énormément!

A propos andrethibault3

André Thibault est professeur de linguistique française à l'Université de Paris-Sorbonne.

12 réponses

    1. Faublas

      Plus précisément, il s’agit de deux différentes sous-espèce du genre « Airelle » (Vaccinium) :
      – L’airelle rouge européenne (ou simplement « airelle ») (Vaccinium vitis-idaea)
      – L’airelle américaine ou canneberge (Vaccinium oxycoccos).

  1. J. J.

    A propos des canneberges
    Match francophone, anglophone : 1 partout
    cran berry : baie des grues, qui a donné canneberge en français.
    MAIS, dans un autre domaine : pied de grue, a donné pedigree en anglais !

    Le mot canneberge est tellement joli qu’il serait dommage d’en employer un autre !

  2. JR

    Si je me souviens bien de ma petite recherche d’il y a 1 un et demi, les pimbinas (avec deux i) correspondent aux HIGHbush (non pas low) cranberries de l’anglais.

      1. JR

        Ah! Vous avez tout à fait raison! J’avais simplement fait une recherche vite en ligne l’autre année. Je n’aurais jamais pensé qu’on les aurait appelé lowbush étant donné qu’ils sont bien plus haut de terre que les canneberges/cranberries/poummes de prée. La logique, ce serait de les appeler des highbush cranberries. Il faudra que je passe dans les écoles anglaises pour leur enseigner comment bien parler… ou leur donner des lunettes 😉

  3. En Franche-Comté, on trouve des « raisins d’eau » dans les tourbières, comme à Frasne. Ces baies rouges ressemblent aux cranberries américaines. vues sur des publicités. A vérifier…
    Quant aux airelles, ce sont en effet des baies variées servies en confiture avec le gibier.

  4. Claude Fortin

    Vous avez écrit
    « Que s’est-il donc passé pour qu’un pareil revirement de situation ait pu avoir lieu en l’espace d’une ou deux générations? Il semble bien que c’est l’aménagement linguistique qui soit en cause. »
    Je crois qu’il y a une autre raison qui a eu plus d’influence sur ce point. J’habite dans la région du centre du Québec… depuis quelques décennies il y a eu une explosion dans la culture des canneberges. De nombreux produits se sont retrouvés dans les épiceries et les supermarchés avec l’appellation « canneberges » sur l’étiquette. Aussi, l’industrie connexe a créé de très nombreux emplois, toujours en utilisant le mot « canneberges pour désigner le fruit en question. Rapidement, la plupart des gens du coin ont délaissé « atocas » au profit de « canneberges »… le mot s’est ainsi répandu partout au Québec.
    Ce n’est qu’une hypothèse… elle tient assez bien la route!

    Bravo pour votre travail… j’adore vos sondages et leurs résultats!

      1. Claude Fortin

        Merci pour ces précisions! Je n’avais pas compris complètement vos conclusions.
        En effet, c’est un beau vieux mot!
        Par contre, les atocas étaient peu populaires dans ma famille… j’ai appris le terme assez tardivement. Les canneberges commençaient déjà à s’installer juste derrière chez nous… ainsi, dans mon cas, les canneberges pouvaient aussi s’appeler des atocas!
        Il se pourrait que cette situation dérive du fait que je suis issu d’une famille relativement pauvre… les atocas auraient été un mets plutôt luxueux! Peut-être que j’erre complètement à ce sujet. Ça pourrait simplement découler du fait que ma mère était une piètre cuisinière (j’aimerais que vous ne lui en parliez pas!).

Laisser un commentaire