Les hommes, les femmes, et la bière

D’après les dictionnaires régionaux, 50 cl de bière, ça se dit différemment selon les régions. Mais en regardant nos premiers résultats à l’enquête Le français de nos régions – francophonie, ça n’est pas si clair que ça. Bon, alors, y a ceux qui disent tout, comme ça, au moins, ils sont sûrs de se faire comprendre où qu’ils soient : « S’il vous plaît, un demi ou une chope ou une pinte ou une grande bière, enfin 50cl quoi, et que ça saute ! ». Ils ont raison d’ailleurs, c’est faire preuve d’une grande faculté d’adaptation. Bon, c’est sûr, ceux qui disent seulement « une grande bière » ou « une chope » sont plutôt originaires de Belgique et de Suisse, surtout de Suisse en fait.

biere_pays

Moi aussi, à force de déménager, de voyager en Belgique, en Suisse, je ne sais plus toujours quoi dire… quand j’ai un doute, je finis par demander un verre de vin, ça a le mérite d’être clair.

Par contre, on dirait bien que les femmes, en tout cas en France, disent proportionnellement beaucoup plus « demi » que « pinte ».

biere_sexe

Est-ce que c’est vraiment une variation sur la façon de nommer ces fameux 50 cl, ou est-ce que les femmes qui ont répondu « demi » ne prennent en fait que des « petites » bières ? Enfin, je ne veux pas dire par là que les femmes boivent moins que les hommes… Comme me disait une amie, qui m’a avoué avoir répondu « demi » parce qu’elle ne savait pas quoi mettre, « De toute façon, dans le sud, on boit du pastis ». C’est vrai, ça, qui aurait l’idée de prendre une « grande » bière alors qu’il fait chaud, et que même en buvant vite, elle aura quand même le temps de réchauffer ? Moi, qui ne supporte pas le pastis au passage, je prends d’ailleurs de préférence une « petite » bière, parce que le temps que je la boive, déjà… j’aime autant avoir mon autre bière fraiche ! Faudrait que je demande à mon ami de Marseille ce qu’il en pense, lui, en plus, il boit plus vite que moi.

Une autre amie me disait d’ailleurs qu’en fait, les « grandes » bières, à Paris, c’est venu avec la mode de l’happy hour, au bistro de ses parents, y avait même pas de chope. Et justement, quand on regarde un peu la répartition selon l’âge, ça apparait clairement que, en France en tout cas, les moins de 40 ans disent plutôt « pinte », alors que les plus de 40 ans disent plutôt « demi », finalement, pas si étonnant que ça que les habitudes linguistiques collent aux habitudes de consommation.

biere_age

Cela dit, maintenant, au final, on se fait avoir, la « grande » bière est souvent au prix de deux « petites ». Et en parlant de « chope », qui viendrait de l’alsacien Schoppe « grand verre à bière » au passage (dictionnaire de l’académie & TLFi), il parait aussi que les gens pouvaient se faire influencer par l’image, comme quoi, sur l’image, on voit une « chope » avant tout, pas une « grande » bière. Est-ce que les gens qui ont répondu « chope » se sont fait influencer par l’image ? En même temps, ce ne serait pas le premier cas de contenu qui prend le nom du contenant, après tout, quand on boirait bien un verre de vin, c’est le vin qu’on espère boire, rarement le verre… sans parler de l’expression fameuse « je prendrais juste un doigt ». Bon, en parlant de ça, j’en prendrais bien une, moi, de bière !

A propos julieglikman

Julie Glikman est Maître de Conférence à l'Université de Strasbourg en linguistique diachronique. Ses thèmes de recherche sont la diachronie du français, l'étude de la variation, l'oralité en français médiéval, l'évolution des structures syntaxiques du français, et l'étude du changement linguistique.