Variations sur les dénominations de la ‘grand-mère’

à l’occasion de la fête des grands-mères en France ce dimanche 3 mars 2019, nous publions les résultats de questions posées dans différents sondages du projet Français de nos Régions, histoire de faire le point en cartes sur quelques dénominations régionales de la personne qui est la mère de votre père ou de votre mère.

Le saviez-vous? L’origine de la fête des grands-mères est commerciale. C’est à la marque le Café Grand’Mère que l’on doit la création de cet événement, dont la première édition remonte à 1987. Depuis, en France tout du moins, on a pris l’habitude de fêter les grands-mères chaque premier dimanche du mois de mars. L’événement est même mentionné dans certains calendriers français (source). Au Canada, on fête les grands-parents depuis 1995, le premier dimanche de septembre suivant la fête du travail.

Dans la suite de ce billet, nous ferons d’abord le point sur la situation en Europe, avant de donner un aperçu de ce qui se dit dans les provinces francophones du Canada.

Cartographie de la situation en Europe

Dans le cadre de la toute première enquête que nous avions lancée (c’était en mai 2015!), nous posions la question suivante aux internautes: « Comment appelez-vous la mère de votre mère? ». Les participants disposaient alors de 8 possibilités de réponses, classées par ordre alphabétique: grand-maman, grand-mère, mamama, mamée, mamet, mamette, mamie et mémé, plus une option « autre (précisez) ». Au total, nous avons obtenu près de 11.000 réponses à cette question, dont plus de 1.300 réponses « autre ».

Quel français régional parlez-vous? Les cartes de ce billet ont été réalisées à la suite du dépouillement des résultats d’enquêtes lancées sur le web depuis 2015. Vous pouvez participer vous-aussi! il suffit pour cela d’être connecté à Internet, et de disposer d’une dizaine de minutes devant vous. Votre participation est gratuite et anonyme! Cliquez ici pour accéder aux sondages en cours.

Un travail de cartographie préliminaire nous a amené à exclure de ces propositions les nombreuses mentions de dénominations étrangères (it. nonna; esp. abuel(it)a, ang. granny, suisse além. grossmuti, all./néer. oma, etc.), de même que les prénoms, les diminutifs et autres variantes plus ou moins souvent répétées (granma, mamou, bobonne, etc.), mais à conserver les formes mémère (245 mentions), bonne-maman (90 mentions) et amatxi (18 mentions).

>> LIRE AUSSI: Se faire appeler papy ou mamie par ses petits-enfants ? Plutôt mourir

Nous avons également réuni dans une même catégorie les variantes mamée, mamet et mamette; de même que nous avons regroupé les dénominations standards grand-mère, mamie et mémé dans une seule et même catégorie.

Figure 1. Galerie de cartes donnant à voir l’aire d’extension et la vitalité de chacune des 7 grandes catégories de dénominations de la  »grand-mère »
dans la francophonie d’Europe, d’après l’enquête euro-1 (juin-septembre 2015).

Comme on peut le voir sur les cartes de la galerie ci-dessus, les variantes standard (à savoir grand-mère, mamie et mémé) sont connues de partout dans les régions de la francophonie d’Europe, mis à part peut-être en Suisse romande, où la variante grandmaman n’est pas concurrencée par celles du français de référence.

Survivances des parlers dialectaux : Le mot mamama (que l’on trouve aussi orthographié mamema) est empruntée aux dialectes alsaciens; les tours mamé et mamet constituent des emprunts récents à l’occitan mamé, de même que mamette (occ. mameto, mamet). Quant à la forme amatxi, sa graphie comme sa prononciation rappellent… le basque!

Afin de disposer d’une vue d’ensemble de la situation, nous avons fait figurer sur la carte ci-après les zones où les formes standard coexistent avec des variantes locales, à condition que la vitalité de ces variantes dépasse des pourcentages supérieurs à 15% pour chaque point du réseau. Nous avons ensuite obtenu, par interpolation, une surface lisse et continue du territoire.

Figure 2. Carte de synthèse donnant à voir l’aire d’extension de chacune des 7 grandes catégories de dénominations de la  »grand-mère » dans la francophonie d’Europe, d’après l’enquête euro-1 (juin-septembre 2015).

La carte ci-dessus permet ainsi d’avoir une vue globale de la répartition des types, mais ne tient pas compte de leur vitalité ni du fait que les variantes locales coexistent avec les variantes standard.

Pour aller un peu plus loin dans l’interprétation des données, plusieurs modèles de régressions logistiques (un pour chaque lexème cartographié) ont été réalisés. Pour ce faire nous avons, pour chaque modèle, conservé uniquement les réponses des participants établis dans les régions où la variante était utilisée. Faute de données suffisantes, nous n’avons pas pu tenir compte de la variante amatxi. Les résultats peuvent être visualisés sur la figure ci-dessous:

Figure 3. Probabilité (en ordonnées) de l’utilisation de l’une des cinq variantes régionales en fonction de l’âge des participants (en abscisses) pour 5 des variantes désignant la  »grand-mère », d’après l’enquête euro-1 (juin-septembre 2015).

On peut voir que l’usage de la variante mémère est clairement influencée par l’âge des participants, en plus de dépendre de la région: la ligne de régression montre que plus l’âge du participant augmente, plus il y a de chances qu’il utilise la variante mémère. L’analyse de régression ne montre en revanche aucun effet significatif pour les autres variantes, ce qui veut dire qu’en Belgique si bonne-maman est rare, il n’est pas vieillissant.

Cartographie de la situation au Canada

La carte ci-dessous a été réalisée à partir des données disponibles dans l’Atlas Linguistique de l’Est du Canada, publié dans les années 80.

L’Atlas Linguistique de l’Est du Canada (ALEC) – Dans les années 1970, deux chercheurs dirigent une enquête de large envergure, destinée à documenter la variation du français dans les provinces de l’est du Canada. Les résultats de leur récolte seront publiés en 1980 sous la forme d’un ouvrage de 10 volumes, relativement méconnu du grand public, l’Atlas Linguistique de l’Est du Canada (abrégé en ALEC). Les personnes enquêtées étaient relativement âgées (nées en moyenne au début du 20e siècle) et établies pour la plupart dans des localités rurales: les données reflètent donc un état relativement archaïque de la langue que l’on parlait alors.

Elle permet de montrer qu’il y a une cinquantaine d’années, dans la bouche des locuteurs francophones canadiens d’un certain âge, c’est la forme mémère qui dominait largement sur l’ensemble du territoire (156 attestations), loin devant les types grand-maman (28 attestations), mamie, mémé et grandmère (22 attestations pour les trois formes mises ensemble). Rappelons que mémère, en France, est encore attesté en Normandie et dans le grand Est, comme on a pu le voir sur la carte ci-dessus; il s’agit donc probablement du maintien d’un usage autrefois plus largement répandu.

Figure 4. Le concept de  »grand-mère » dans l’ALEC. Les chiffres représentent des localités enquêtées.

Changement total de physionomie quelques décennies plus tard, à la lumière des données récoltées grâce à la première édition de l’enquête Comment ça se dit chez vous ? Le français de nos provinces. Sur les 4.000 réponses que nous avons traitées, il ressort que la forme grand-maman est clairement majoritaire à l’aube des années 2020: elle a été donnée par près de 3000 internautes, loin devant mamie (1241 attestations) et mémère (530 attestations). Les cartes du diaporama ci-après permettent de rendre compte de l’aire d’extension et de la vitalité de chacun de ces trois types:

Figure 4. Galerie de cartes donnant à voir l’aire d’extension et la vitalité de chacune des 3 grandes catégories de dénominations de la  »grand-mère »
au Canada francophone, d’après l’enquête canada-1 (octobre-décembre 2016).

La comparaison des cartes permet de montrer que la forme mémère est aujourd’hui sérieusement concurrencée par la forme grand-maman dans la province de Québec comme dans celle de l’Ontario, alors qu’elle survit assez bien au Nouveau-Brunswick, où grand-maman ne l’a pas supplantée. Quant à la forme mamie, elle ne semble pas être plus en usage dans un endroit qu’ailleurs.

En vue de prendre en compte à présent l’âge des participants sur la distribution des trois variables, nous avons conduit une analyse de régression linéaire multifactorielle (avec l’âge comme variable dépendante, l’interaction entre le type lexical et la région comme prédicteur) et créé le graphe ci-dessous (pour des raisons d’échantillon, les provinces du Manitoba et de la Nouvelle-Écosse ne sont pas représentées sur ce graphe).

Figure 5. Boîte à moustaches donnant à voir la répartition des âges des participants pour chacune des 3 grandes catégories de dénominations de la  »grand-mère » au Canada francophone, en fonction de leur province d’origine, d’après l’enquête canada-1 (octobre-décembre 2016).

Cela nous a permis de conclure que partout la forme mémère est archaïque (on peut voir sur le graphe que les participants qui l’emploient sont tous plus âgés que ceux qui ne l’emploient pas). On peut voir aussi que si mémère a cédé le pas à grandmaman au Québec et en Ontario, la situation semble être à nouveau en train de changer: les jeunes participants de notre enquête semblent avoir fourni plus massivement les formes en circulation en Europe que sont mémé et surtout mamie.

Conclusion

Le français qui est actuellement parlé dans les territoires francophones du Canada présente certaines spécificités qui trouvent leurs origines dans les variétés de français que parlaient les premiers colons qui ont peuplé ces terres (pour la plupart, ils étaient originaires de l’ouest de l’Hexagone, entre autres de Normandie). Loin de la capitale de la France, le français que l’on parle outre-Atlantique a connu un dynamisme et des évolutions qui lui sont propres. D’un point de vue historique, documenter ces spécificités nous permet en retour de disposer d’éléments qui nous permettent de comprendre un peu mieux l’histoire du français tout court.

A propos Mathieu Avanzi

Mathieu Avanzi est linguiste. Il a défendu une thèse portant sur l'intonation du français en 2011, et effectué plusieurs séjours postdoctoraux en Belgique (Louvain-la-Neuve), en France (Paris), au Royaume-Uni (Cambridge) et en Suisse (Berne, Genève, Neuchâtel et Zurich). Il est actuellement maître de conférences à l'université Paris-Sorbonne. Ses travaux portent sur la géographie linguistique du français, sujet auquel il a consacré plusieurs articles, un atlas (Atlas du français de nos régions, Armand Colin, 2017) et un blog (www.francaisdenosregions.com).

6 réponses

  1. Eau qui dort

    Est-ce que la perte de popularité de Mémère peut être attribuée à la connotation péjorative qu’a acquis le mot ? (J’ai la même assiociation pour Mémé, d’ailleurs, est-ce que votre enquête montre un manque ou une chute de popularité de cette variante en Belgique ?)

    C’est en dehors du cadre de l’enquête, mais la graphie ⟨Mamy⟩ me semble largement préférée à ⟨Mamie⟩ en Belgique, reflétant la voyelle courte qu’a le mot ici.

  2. Merci pour cet article comme toujours intéressant.
    Il y a cependant une erreur dans la légende de la figure 3 : les mots « abscisse » et « ordonnée » sont inversés…

  3. HC

    c’est dommage d’avoir confondu « mamie » et « mémé » : pour ma part, « mamie » est plutôt positif, affectueux, alors que « mémé » est clairement ringard, voire dégradant (un peu moins que « mémère », mais du même ordre).

  4. Mes frères et moi appelions (et appellons toujours) « mamie » notre grand-mère et « mémé » notre arrière grand-mère (quand elle était encore en vie), mais j’ai pas l’impression que cette nuance soit courante ou existe même ailleurs…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.