La « bus » ou le « bosse » ? Une autre rivalité Québec-Montréal…

Lorsqu’on déménage de Québec à Montréal ou de Montréal à Québec, on ne peut s’empêcher de remarquer l’existence d’un certain nombre de particularités qui distinguent le français parlé dans ces deux villes.

Lire aussi >> Cartographier la rivalité linguistique entre Québec et Montréal

Les habitants respectifs de la « Métropole » (Montréal) et de la « Vieille Capitale » (Québec) ne manquent d’ailleurs pas de se taquiner les uns les autres sur ces usages qui les caractérisent.

Les cartes de ce billet ont été réalisées à partir d’enquêtes auxquelles près de 4.000 francophones originaires des provinces de l’est du Canada ont pris part. Pour en savoir plus sur la méthode de recueil, les participants et les techniques de cartographie, vous pouvez lire cet article. Pour participer à l’édition de notre 4e sondage, cliquez ici.

L’un des plus saillants de ces traits est constitué par le genre et la prononciation du petit mot utilisé dans la langue courante pour désigner le moyen de transport en commun urbain appelé autobus dans sa version longue, mais réduit au monosyllabe bus dans l’usage familier. En effet, dans l’ensemble des communautés francophones de l’est du Canada, on trouve autant le masculin que le féminin – donc, « le » ou « la » bus; mais en outre, certains prononceront bus à la française, et d’autres bosse, adaptation québécoise de la prononciation anglaise du mot (de même que fun est prononcé fonne, et fuckphoque!). Si l’on croise ces deux alternances, on obtient quatre formes possibles, que nous allons commenter ci-dessous: 1) la bus; 2) le bosse; 3) le bus; 4) la bosse.

autobus-hybride-rtc-2907833

1. « La bus »

Dans cette première forme, la prononciation française est bien préservée, mais le genre du mot s’éloigne de la norme du français écrit: en effet, plutôt que d’être au masculin, il se retrouve au féminin. Cela s’explique par le fait que la forme complète du mot, autobus, commence par une voyelle; or, en français québécois, plusieurs mots à initiale vocalique ont une très forte tendance à être traités comme étant de genre féminin, indépendamment de ce qu’en disent les dictionnaires (on entendra donc une grosse avion, une tite érable, on a eu une belle été, etc.). Cette situation est favorisée par le fait que l’élision de l’article (le et la devenant tous les deux l’) ne permet plus de savoir quel est le genre originel du mot. Une fois réduite à bus, la forme garde son article féminin même devant le monosyllabe à initiale consonantique qu’elle est devenue.

On peut voir sur la carte ci-dessous que cet emploi est typique de l’est du Québec. Il est surtout attesté à Québec même et dans toutes ses zones d’influence: la Beauce, une partie des Cantons de l’Est, la Côte-du-Sud et le Bas-du-Fleuve, le Saguenay et la Côte-Nord. En revanche, il est totalement absent de la zone d’influence de Montréal, de l’Abitibi, de l’Ontario, de la plus grande partie de la Gaspésie ainsi que du Nouveau-Brunswick.

la_bus_raster

Figure 1. Pourcentage de répondants à l’enquête ayant indiqué dire « la bus ».

2. « Le bosse »

Il existe un autre emploi qui concurrence très fortement celui que nous venons de voir: il s’agit de « le bosse », qui d’une part est de genre masculin et d’autre part affiche une voyelle différente. Il s’agit dans ce cas-ci d’une influence de l’anglais. En effet, la prononciation de la voyelle du mot anglais bus est rendue en français québécois par un [ò] ouvert (alors qu’en France les mots anglais comportant cette voyelle sont adaptés en [œ], comme dans fun prononcé feune). Quant au genre, on sait que les mots anglais ne connaissent pas d’alternance masculin-féminin; toutefois, on observe que la majorité d’entre eux deviennent masculins en français. Ce n’est donc pas surprenant de retrouver cette situation ici.

En opposition frontale à Québec et à ses zones d’influence, « le bosse » est répandu, comme on peut le voir sur la carte ci-dessous, dans la grande région montréalaise, une partie de l’Abitibi, le nord ontarien et le nord du Nouveau-Brunswick. Il est totalement inusité dans la zone où l’on dit « la bus ».

le_bosse_raster

Figure 2. Pourcentage de répondants à l’enquête ayant indiqué dire « le bosse ».

3. « Le bus »

« Le bus », forme standard diffusée par l’école, les ouvrages de référence et les offices gouvernementaux d’aménagement linguistique, connaît en fait l’extension géographique la plus large, même si son pourcentage de pénétration n’atteint presque nulle part les 100%. Comme les participants pouvaient cocher plusieurs réponses, il est fort possible que les locuteurs ayant donné « la bus » ou « le bosse » comme première réponse aient aussi coché « le bus », car il est normal de moduler son usage selon les circonstances et d’opter pour la variante standard dans les contextes d’emploi qui l’exigent.

le_bus_raster

Figure 3. Pourcentage de répondants à l’enquête ayant indiqué dire « le bus ».

4. « La bosse »

Il s’agit de la zone la plus minoritaire, mais elle est très compacte: dans le sud-est du Nouveau-Brunswick (autour de Moncton) ainsi que dans la région de la Baie-Sainte-Marie (en Nouvelle-Écosse), on a d’une part la prononciation adaptée de l’anglais et d’autre part le genre féminin.

la_bosse_raster

Figure 4. Pourcentage de répondants à l’enquête ayant indiqué dire « la bosse ».

Ce n’est pas le seul mot qui soit dans cette situation: on a aussi relevé le type « la fonne » (pour ce qui serait au Québec « le fonne ») chez certains écrivains acadiens :

— Ça c’est une idée ! Ça serait d’la fun une petite soirée de Deux-Cents [nom d’un jeu de cartes]. (France Daigle, Petites difficultés d’existence, Boréal, 2002, p. 25)

5. Et le Manitoba dans tout cela ?

Il n’est malheureusement pas possible d’inclure le Manitoba sur les cartes, centrées sur l’est du Canada, mais nous tenons à rendre hommage aux nombreux internautes franco-manitobains qui participent à nos enquêtes. On peut voir ci-dessous un graphique représentant les pourcentages respectifs d’emploi des différentes variantes dans cette province :

Manitoba_bus_ - copie

Figure 5. Pourcentages d’usage des quatre variantes chez les répondants franco-manitobains.

On constate que la variante standard, « le bus », est la plus fréquente, atteignant environ 60% de répondants. Cette dernière est donc non seulement la plus répandue (géographiquement) dans l’Est, mais aussi au Manitoba. Parmi les variantes non-standard, c’est toutefois clairement le type « le bosse » qui domine, ayant été retenu par environ un tiers des répondants. Le Manitoba, de ce point de vue, participe à la même aire que l’ouest québécois et l’Ontario. Les deux autres variantes y sont presque inconnues : l’influence de Québec n’a pas réussi à conquérir l’Ouest !

6. « L’autobus »

Pour terminer, il importe quand même de rappeler que la forme pleine, autobus, jouit d’une fréquence elle aussi très élevée au Québec, beaucoup plus qu’en Europe (c’est du moins ce que l’on peut lire sur la question dans le Grand Dictionnaire Terminologique du gouvernement québécois). C’est donc celle pour laquelle il faut opter si l’on veut éviter de révéler son origine géographique, à tout le moins au Canada !

Le français de nos provinces 🇨🇦

Suite au succès de notre première enquête, nous avons lancé une nouvelle enquête. Nous vous invitons à y participer en grand nombre ! N’oubliez pas que votre aide est essentielle pour nous permettre de cartographier avec la plus grande précision la répartition régionale de ces indices géo-linguistiques, révélateurs de nos origines. Cliquez sur 👉 ce lien 👈, laissez-vous guider et partagez autour de vous ! Toute participation est anonyme et gratuite.

Pour être tenu au courant de nos publications, n’hésitez pas à vous abonner à notre page Facebook ! Des questions, des remarques ? N’hésitez pas à laisser un commentaire ou nous envoyer un courriel !

A propos andrethibault3

André Thibault est professeur de linguistique française à l'Université de Paris-Sorbonne.

1 réponse

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.