Les régionalismes du Nord-Pas-de-Calais et de Wallonie

Nos précédents billets ont traité des régionalismes de l’Ouest, du Sud, du Centre-Est ou de l’Est de la francophonie d’Europe, mais pas encore des régionalismes du Nord. Nous nous devions de publier quelques cartes donnant à voir l’aire d’extension et la vitalité des particularités linguistiques du français que l’on parle dans cette région. Nous en avons sélectionné cinq.

Contribuez vous aussi à nos recherches!
Vous pouvez contribuer vous aussi à notre recherche en répondant à nos derniers sondages sur les régionalismes du français en cliquant 👉 ici 👈 et en vous laissant guider selon que vous êtes originaires de France métropolitaine 🇫🇷, de Belgique 🇧🇪, de Suisse 🇨🇭, du Québec ou des autres provinces francophones du Canada 🇨🇦. Votre participation est gratuite et anonyme. Il vous suffit de disposer d’une connexion internet 💻📱 et d’une dizaine de minutes ⏰ tout au plus.

Ne pas savoir

Le francophone lambda qui n’a jamais mis les pieds dans le Nord-Pas-de-Calais ou en Belgique sera frappé, lorsqu’il s’y rendra, de l’usage que font les locuteurs du français de ces régions du verbe savoir, notamment dans les contextes négatifs. Si un Belge vous dit que « son chat ne sait pas courir, avec sa patte blessée » ou qu’il « ne sait plus lire sans ses lunettes » (exemples tirés du Dictionnaire des belgicismes), il veut bien sûr dire que « son chat ne peut plus marcher, avec sa patte blessée » ou qu’il « ne peut pas lire sans ses lunettes ».

savoir

Dans Astérix chez les Belges, le verbe pouvoir est systématiquement remplacé par le verbe savoir.

Si cet emploi du verbe savoir est aujourd’hui bizarre pour celui qui ne le connait pas, il n’en a pas toujours été ainsi (v. notre précédent billet pour plus de détail).

L’influence du néerlandais ?

De nombreux grammairiens ont invoqué l’influence du néerlandais kunnen pour expliquer cet usage du verbe savoir en français. En néerlandais, le verbe kunnen permet d’exprimer à la fois la capacité physique et morale et la connaissance.

Les données de l’une de nos premières enquêtes, où on demandait aux internautes d’évaluer, sur une échelle de 0 (=jamais) à 10 (=souvent) à quelle fréquence ils emploieraient une phrase comme « J’ai tellement mal au dos que je ne sais même plus dormir » si leur mal de dos les empêchait de dormir, nous ont permis de préciser l’aérologie de ce régionalisme :

savoir.png

Figure 1. Fréquence d’emploi du verbe ne pas savoir (au sens de « ne pas pouvoir ») dans l’enquête Euro-1. Plus la couleur est sombre, plus la fréquence estimée par les participants par département (FR), province (BE) ou canton (CH) est élevée.

On peut voir que le tour ne pas savoir (au sens de « ne pas pouvoir ») a une fréquence variable en Belgique, et que de l’autre côté de la frontière, il est moins connu dans le département du Pas-de-Calais que dans le Nord.

Ducasse

Le mot ducasse (variante populaire ancienne du mot dédicace) désignait originellement une fête religieuse. Le mot est ancien (les premières attestations remontent au début du Moyen-Âge, d’après l’article du TLFi). Aujourd’hui, il désigne une fête de village quelconque, qui a lieu une ou deux fois par an (la Ducasse de Mons et la Ducasse d’Ath, deux localités situées dans le Hainault belge, sont les ducasses les plus fameuses, v. illustration ci-dessous). Ces fêtes sont notamment rythmées par des défilés de « géants » (un mot régional qui désigne « un personnage de grande dimension […] porté par les participants de certains carnavals et cortèges folkloriques dont ils constituent une attraction originale » d’après le Dictionnaire des belgicismes).

gouyasse-facebook-sante

Source de l’illustration : Sacré Piet !

Le mot ducasse est surtout employé dans les départements du Nord et du Pas-de-Calais (82% des suffrages) et dans la province du Hainault (80% des suffrages) ; alentour, il jouit d’une vitalité significativement moins élevée (les pourcentages ne dépassent pas les 30% dans l’Aisne et dans la Somme ; les 10% dans les provinces du Brabant wallon et de Namur).

ducasse.png

Figure 2. Répartition et vitalité du mot ducasse (au sens de « fête de village ») dans l’enquête Euro-3. Plus la couleur est sombre, plus le pourcentage de participants par département (FR), province (BE) ou canton (CH) est élevé.

Drisse

Il existe des dizaines de mots pour désigner le produit de l’évacuation de selles fortement liquides. Le mot drisse est l’un d’eux (étymologiquement, il faut mettre le mot drisse en rapport avec le moyen néerlandais drits « excréments » – notons qu’on retrouve aussi dans le français régional de la Lorraine, du Doubs et du Jura le paronyme trisse qui signifie « diarrhée », et des verbes comme estricler, estricher, trisser, etc. qui signifient « éclabousser », lesquels se rattachent tous à un autre étymon, l’allemand spritzen qui signifie « gicler/éclabousser »).

Il y a drisse et drisse !

Le mot de français régional drisse (au sens de « diarrhée ») ne doit pas être confondu avec le mot drisse du français commun, qui désigne un « cordage ou palan qui sert à hisser une voile, un pavillon, un signal flottant » (TLFi).

En français régional, le mot drisse (« diarrhée ») jouit d’une vitalité moyenne: c’est dans le département du Pas-de-Calais que le pourcentage d’utilisation du mot est le plus élevé (42%), suivi de la Somme (40%) et du Nord (32.5%).

drisse.png

Figure 3. Répartition et vitalité du mot drisse (au sens de « forte diarrhée ») dans l’enquête Euro-2. Plus la couleur est sombre, plus le pourcentage de participants par département (FR), province (BE) ou canton (CH) est élevé.

En Belgique, le mot n’est pas connu en français. Il était pourtant utilisé par les informateurs picards ayant participé aux enquêtes pour l’Atlas Linguistique de Wallonie au début du siècle dernier, comme le montre la carte ci-dessous, générée à partir des données de l’Atlas Linguistique de Wallonie et de l’Atlas Linguistique de France :

drisse_alfr

Figure 4. Répartition et vitalité du type lexical « drisse » d’après l’ALF (carte 588, la question n’a pas été posée dans les départements autour du département Pas-de-Calais) et l’ALW (vol. 15, carte 76). Chaque point représente la réponse d’un témoin.

Une collègue linguiste originaire du Pas-de-Calais me signale que dans sa famille, le mot drisse désignait spécifiquement « la diarrhée du chat ». Personnellement, ma mère l’utilise tout le temps (elle n’a jamais vécu dans le Nord, mais sa mère – ma grand-mère donc – y a passé la plus grande partie de sa jeunesse !). N’hésitez pas à nous dire en commentaire ce qu’il en est dans votre usage !

Chicon

Si vous allez faire votre marché dans le Nord-Pas-de-Calais ou en Belgique et que vous cherchez des endives, il y a de fortes chances que l’on vous présente une salade verte et frisée (et qui s’apparente à ce que l’on appelle en français commun une scarole, si ça ne vous dit rien, jetez un œil à cette page). Pour obtenir ce que vous voulez, il vous faudra plutôt demander des chicons ! Le mot chicon désigne en Belgique et dans le nord de la France ce que l’on appelle dans le reste de la francophonie d’Europe une endive, comme on peut le voir sur la carte ci-dessous :

chicon.png

Figure 5. Répartition et vitalité du mot chicon (au sens de « endive ») dans l’enquête Euro-3. Plus la couleur est sombre, plus le pourcentage de participants par département (FR), province (BE) ou canton (CH) est élevé.

Sur le plan géolinguistique, la carte ci-dessus, générée à partir des réponses de 8.000 participants francophones à l’une de nos dernières enquêtes, indique que la vitalité d’emploi du mot chicon pour désigner ce qu’on appelle en français commun une endive est assez élevée : en moyenne, 90% des répondants originaires de Belgique ont déclaré employer ce terme, contre 75% des répondants originaires des départements du Nord et du Pas-de-Calais et 37% des répondants originaires de la Somme, de l’Aisne, des Ardennes et de l’Oise. Dans le reste du domaine, le mot n’est pratiquement pas employé dans ce sens.

uvi7keet

Source de l’illustration : Dans mon frigo, la BD.

Vous avez compris ce que le chicon raconte à la saucisse dans cette petite BD ? Nous non plus ! N’hésitez pas à laisse une traduction en commentaire si vous comprenez le picard (on sélectionnera la meilleure traduction lors de la prochaine mise à jour du billet).

La prononciation du mot sourcil

On terminera ce billet, une fois n’est pas coutume, avec une carte donnant à voir la vitalité d’un fait de prononciation. On s’intéressera ici au mot sourcil, que l’on peut entendre prononcé de deux manières, c’est-à-dire avec sa consonne finale [sourcil] ou sans sa consonne finale [sourci].

Saviez-vous que l’Académie française signalait (dans la dernière édition complète de son dictionnaire, qui remonte à 1935), comme normative la prononciation sans consonne finale [sourci] ?* Saviez-vous également – et c’est plus surprenant – que c’est la variante [sourci], et elle seule, que l’on retrouve dans les dictionnaires classiques du français (à l’instar du Grand Robert et du Larousse) ? D’après nos recherches, la prononciation du -l final de sourcil n’est documentée que dans le TLFi (qui indique que le mot se prononce [sourci] et « parfois [-sil] ») et dans le Wiktionnaire.

Les données de notre enquête permettent de montrer qu’en 2016 (année du sondage), la prononciation du mot sourcil sans -l final est en voie de disparition en France et en Suisse, mais qu’elle continue de se maintenir en Belgique. On peut voir sur la carte ci-dessous (générée à partir des réponses d’environ 5.000 internautes) qu’en moyenne, seuls 5% des répondants originaires de France et de Suisse romande ont indiqué ne pas prononcer la consonne finale du mot sourcil. En Belgique, la moyenne des participants ayant indiqué ne pas prononcer cette consonne est significativement plus haute, puisqu’elle atteint les 60%.

sourcil.png

Figure 6. Répartition et vitalité de la prononciation sans -l final du mot sourcil dans l’enquête Consonnes-Euro. Plus la couleur est sombre, plus le pourcentage de participants par département (FR), province (BE) ou canton (CH) est élevé.

*Une recherche dans le moteur du site de l’Académie nous informe que la position de l’institution a changé d’avis depuis (v. la réponse donnée à Carole L., originaire de Chicago, qui demande le 04 juin 2015 si l’on doit prononcer le « l » finale du mot sourcil).

Le saviez-vous ?

Au Québec, la prononciation sans consonne finale constitue la norme (et il en va de même pour nombril, persil, etc).

Comment ça se dit chez vous ?

Ce billet vous a plus ? N’hésitez pas à nous faire part de vos commentaires et de vos suggestions. Vous pouvez nous aider en répondant à quelque questions sur vos usages linguistiques. Vos réponses (anonymes) nous permettront de générer les prochaines cartes (cliquez ici pour participer à notre dernière enquête). Si vous voulez être tenus au courant des prochaines publications, n’hésitez pas à nous suivre sur Facebook !

A propos Mathieu Avanzi

Mathieu Avanzi est linguiste. Il a défendu une thèse portant sur l'intonation du français en 2011, et effectué plusieurs postdocs en France (Paris), en Suisse (Neuchâtel, Genève et Zurich) et en Angleterre (Cambridge). Il travaille actuellement en tant que chargé de recherche à l'université catholique de Louvain (Belgique). Ses travaux portent sur la géographie linguistique du français.

20 réponses

  1. AdA

    En allemand, éclabousser se dit spritzen (pas stritzen), et en Moselle au moins, on utilise le verbe spritzer (schpritzer comme prononciation) pour éclabousser.

  2. Luca

    Bonjour,
    En écoutant la radio, je me suis souvenu qu’à Neuchâtel on utilise le verbe « oser » à ma place de « pouvoir ». Exemple : le présentateur radio, en parlant des la marque ovomaltin, « on n’ose pas citer la marque ».

    1. Gilles

      (Après avoir écrit ce qui suit, je m’aperçois que vous parlez surtout du « Hui » sans « T », tandis que je parle du HouiT !) Effectivement, la prononciation du U est un discriminant pour le belge que je suis. Je dois dire, comme guide en Isère : « il faut huiler le buis » — et tous rigolent, car je dis qu’il faut wiler le bwis. Je mets à dessein ce W (plutot que hOUiler le bOUis) car je pense que c’est une influence flamande (le WIT, le blanc). Mais je viens de constater que le Pays d’Olt — le Haut-Lot — doit se prononcer le Ouolt (Guide Gallimard sur La vallée du Lot) et donc le Wolt ! Et tenir le U à la française me donne une gène de la bouche (lèvres en cul de poule).

  3. Gilles

    à propos de sourcil, parlons du terril. Les gens du pays minier diront un terri. On raconte que c’est un mot issu du patois de Liège. Mais que durant la catastrophe de Courcelles (plus de 1000 morts, fin du XIXe, Nord de la France), le journaliste parisien a demandé à un mineur : comment écrire « terri ». « Oh, que je sais ? comme fusi, sans doute ». D’où l’écriture terril (comme fusil). Un linguiste belge a publié un article à ce sujet.

  4. Jeremy

    Bonjour,

    Je voulais simplement vous faire remarquer l’ortographe de la province du sud ouest de la Belgique s’écrit « Hainaut ». Hainault est des quartiers de Londres ou l’ancienne orthographe anglaise de cette province.

    J’aime beaucoup votre blog, grace à vous je voyage dans la langue française et j’apprends énormement, c’est avec beacoup de plaisir que je lis vos articles. Je vous souhaite un bonne continuation et j’espère vous lire très bientot.

    Un tout grand merci,
    Jérémy

  5. Souvent, les « belgicismes » sont soutenus non seulement par le flamand, mais également par le wallon. Le verbe «savoir» en est un. Le hongrois, qui n’a aucun rapport avec nos langues, utilise «tudni» pour « pouvoir » aussi.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.