Retour aux Antilles…

Il y a quelques mois, nous vous avons présenté les résultats préliminaires d’une enquête en ligne sur le français dans les Antilles (Petites Antilles et Haïti). Nous vous proposons aujourd’hui un billet consacré à deux nouveaux phénomènes qui caractérisent le français dans cette région du monde: la prononciation du -s final du mot moins, ainsi que la distinction entre la voyelle du mot brun et celle du mot brin.

La prononciation du -S final de ‘moins’

En métropole, comme cela a déjà été évoqué ici même il y a quelque temps, la prononciation du -s final de moins est un trait régional très clairement caractéristique du sud-ouest de la France, comme on peut le voir à nouveau sur la carte ci-dessous.

moins_euro

Figure 1. Répartition et vitalité de la prononciation du [s] final de moins dans l’enquête Euro-2. Chaque symbole représente le code postal de la localité d’enfance d’un ou de plusieurs participants. Plus la couleur est foncée, plus le pourcentage de participants par département (FR), province (BE) ou canton (CH) est élevé.

Un coup d’œil aux données de l’Atlas Linguistique de la France, qui expose les résultats d’enquêtes menées au début du siècle dernier sur les dialectes galloromans, montre d’ailleurs que cette aire coïncide en grande partie avec l’aire de maintien du -s final du mot patois correspondant:

moins_alf

Figure 2. Répartition de la prononciation du [s] final des aboutissants de MINUS (moins) dans les dialectes galloromans d’après la carte 867 de l’Atlas Linguistique de la France. Chaque point représente la réponse d’un témoin.

Il est très intéressant de constater que la prononciation du -s final de moins dans les Antilles est un trait largement répandu, qui touche la grande majorité des locuteurs. En effet, moins de 20% des répondants disent ne jamais prononcer la consonne finale de ce mot (en bleu sur le graphique ci-dessous). Les autres disent la prononcer dans tous les cas (en rouge), ou alterner (en violet ; certains témoins ont précisé, par exemple, qu’ils prononcent parfois la consonne finale, mais seulement en fin de phrase). Cette correspondance entre les Antilles et le Sud-Ouest trouve peut-être son explication dans le rôle joué par les colons gascons à une certaine époque de l’histoire coloniale antillaise (Bordeaux, en particulier, est un port ayant joué un rôle certain dans les rapports entre métropole et Caraïbe, spécialement aux XVIIIe-XIXe siècles).

moins_antilles

Figure 3. La prononciation du [s] final du mot moins d’après les résultats de l’enquête portant sur le français parlé dans les Antilles.

La distinction brin ≠ brun… 

En métropole, naguère, l’immense majorité de la population distinguait la voyelle de ces deux mots : brin (comme dans brin d’herbe) et brun (comme dans ours brun). C’est ce que l’on peut constater sur cette carte établie à partir des données tirées de l’ouvrage d’André Martinet La prononciation du français contemporain, témoignages recueillis dans un camp d’officiers prisonniers (Paris, 1945) :

brun_martinet.png

Figure 4. Répartition et vitalité de l’opposition brun ≠ brin d’après les résultats de l’enquête de Martinet (1945). Plus la couleur est foncée, plus le pourcentage de participants par région est élevé.

Les résultats récents des enquêtes ‘Français de nos régions’ montrent que cette opposition est en sérieux recul, les deux voyelles ayant fini par se confondre dans la plus grande partie du territoire (à partir de l’Île-de-France) en se prononçant comme celle qui s’écrit ‘in’ ; le Midi (et en particulier le Sud-Ouest) résiste toutefois encore très bien. C’est ce que l’on peut voir sur cette autre carte:

brun_euro

Figure 5. Répartition et vitalité de la distinction entre la voyelle de brin et la voyelle de brun dans l’enquête Euro-2. Chaque symbole représente le code postal de la localité d’enfance d’un ou de plusieurs participants. Plus la couleur est foncée, plus le pourcentage de participants ayant déclaré distinguer les deux voyelles (par département [FR], province [BE] ou canton [CH]) est élevé.

Or, dans les Antilles – qu’il s’agisse d’Haïti ou des DOM –, la distinction entre les deux voyelles se maintient encore solidement (84,3% en Haïti, et 67,1% dans les DOM; voir le graphique ci-dessous). De ce point de vue, ces variétés de français d’outre-mer se comportent comme le français canadien (et, dans une moindre mesure, comme les variétés méridionales, belges et suisses).

brun_antilles

Figure 6. L’opposition brun ≠ brin d’après les résultats de l’enquête portant sur le français parlé dans les Antilles.

Si ce billet vous a plu, n’hésitez pas à participer à nos enquêtes, et à nous partager sur les réseaux sociaux !

Le français parlé dans les Antilles

Notre enquête s’est étendue il y a quelques mois au français dans les Antilles, plus précisément au français d’Haïti d’une part et à celui des Petites Antilles françaises d’autre part (Martinique, Guadeloupe et ses dépendances). Les résultats illustrent bien l’existence de nombreux antillanismes plutôt méconnus en métropole, mais aussi celle de différences parfois assez marquées entre Haïti, indépendant depuis le début du XIXe siècle, et les Départements d’Outre-Mer (DOM), ceux-ci s’étant trouvés en contact ininterrompu avec la métropole jusqu’à nos jours.

Chaque trois mois…

Le français scolaire ne connaît que la structure distributive tou(te)s les + adjectif numéral + (nom désignant une durée) ; on dira par exemple tous les trois mois, toutes les deux semaines. Or, de nombreuses régions francophones connaissent aussi une structure équivalente mais pas entièrement acceptée par la norme : il s’agit de la tournure chaque + adjectif numéral + (nom désignant une durée) ; cf. chaque trois heures, chaque deux mois, etc. Seules des enquêtes à grande échelle permettront de révéler la pénétration réelle de cet emploi dans l’usage des francophones ; quoi qu’il en soit, dans la Caraïbe, on constate que les deux structures se distribuent de façon à peu près égale en Haïti, alors que les DOM préfèrent de loin la tournure du français normé :

mois

Cela est peut-être dû à un contact plus intense avec la norme du français écrit de métropole, largement diffusée par le biais de l’école, des médias et des nombreux Métropolitains présents sur place.

Billes, marbres et caniques…

Le mot billes pour désigner les petites sphères avec lesquelles jouent les enfants est d’apparition relativement récente en français (1829, dans le dictionnaire de P.C.V. Boiste). On disait auparavant marbres, du nom de la matière dont certaines de ces petites boules étaient faites. Si en métropole le type marbres s’est effacé au profit de billes, ce n’est pas le cas en Haïti, où les réponses des enquêtés se partagent presqu’à égalité :

billes

Dans les DOM, le mot de métropole domine largement, mais près de 20% des sondés se souviennent de marbres (et de son diminutif tit-marbres) ; un tout petit pourcentage a même répondu caniques, un normandisme passé au Canada et dans les Antilles à l’époque coloniale.

Le « factitif » et sa syntaxe…

Dans le français de la plus grande partie des francophones, le factitif se construit comme suit : ils font entrer les invités (l’auxiliaire faire étant directement antéposé au verbe). Or, dans les Antilles, on relève en plus de l’ordre canonique un autre ordre qui est propre au français de cette région : il font les invités entrer (ici, l’auxiliaire est séparé du verbe par le complément qui vient s’intercaler entre les deux). Reconnue par plus d’un tiers des répondants haïtiens, la structure a même eu la préférence chez près de 60% des participants originaires des Petites Antilles. Il faut dire qu’elle est soutenue par l’existence d’une construction analogue dans les créoles antillais :

factitif

Bref…

On peut donc dire en résumé que le français dans les Antilles comporte, entre autres, des particularismes qui s’expliquent tour à tour comme des archaïsmes, des créolismes ou des importations de régionalismes métropolitains, plus ou moins présents selon qu’on se trouve en Haïti ou dans les départements français d’outre-mer. Nous soulignerons dans nos prochains billets d’autres catégories lexicales, telles que des amérindianismes, des africanismes, des hispanismes ou de pures innovations du français local. Vous pouvez toutefois continuer à nourrir cette enquête, en cliquant ici. Plus nous obtiendrons de réponses, plus les résultats seront probants. Merci à l’avance pour votre aide !