Ils viennent d’entrer dans le dictionnaire !

Chaque année, les dictionnaires de grande consultation s’enrichissent de mots nouveaux (ce qu’on sait moins, c’est que de nombreux mots sont également supprimés…). Dans un précédent billet, on vous parlait du buzz généré sur les médias sociaux à la suite de l’entrée du mot dégun (ou degun) dans l’édition 2015 du Robert (buzz qui a connu un second souffle quand E. Macron, alors en pleine course pour la présidentielle, annonce lors d’un meeting à Marseille, qu’avec vous et à vos côtés, comme on dit ici, on craint dégun !).

960x614_emmanuel-macron-lors-meeting-marseille-samedi-1er-avril
A Marseille, E. Macron ne craint dégun ! crédit photo : Claude Paris/AP/SIPA

Depuis le début des années 2000, DrDico, un linguiste (et camarade, on était dans la même promo à la fac de Grenoble !), passionné d’orthographe, s’intéresse à l’évolution des mots qui figurent entre les différentes éditions du Petit Larousse et du Petit Robert. Il répertorie sur une page web l’ensemble de ces changements (nouvelles entrées, nouvelles sorties, fusions/scissions d’articles, changements orthographiques, etc.). Il propose même un classement des mots nouveaux en fonction de leur origine géographique. Pour les éditions 2017, le dépouillement de DrDico pointait l’apparition deux mots expressions que l’on retrouve dans nos enquêtes.

Espanter

Absent du petit Robert, on ne retrouve le verbe espanter que dans l’édition 2017 du Petit Larousse, qui le localise dans le Midi de la France. La carte ci-dessous permet de préciser un peu plus finement l’aire de ce régionalisme :

espanter_euro.png

Figure 1. Pourcentage d’emploi du verbe espanter dans l’enquête Français de nos regions, en fonction du nombre de participants par département (FR), province (BE) ou canton (CH) est élevée.

Dans le français que l’on parle en Gascogne et dans le Languedoc, le verbe espanter signifie « épater, stupéfier, étonner avec une grande intensité » (v. l’occitan espantà, de même sens).

NB : on peut espanter quelqu’un, s’espanter soi-même, voire être espanté

S’empierger

Le verbe empierger, qui signifie « se prendre les pieds dans quelque chose, avec pour conséquence une chute », est entré dans le petit Larousse dans l’édition 2017 (il n’est pas présent dans le Petit Robert). Comme indiqué, le mot est bien employé dans le Nord-Est de l’Hexagone :

1.1_empierguer.png

Figure 2. Pourcentage d’emploi du verbe s’empierger dans l’enquête Français de nos regions, en fonction du nombre de participants par département (FR), province (BE) ou canton (CH) est élevée.

Le verbe s’empierger connaît de nombreux synonymes régionaux, que les dictionnaires de grande consultation ne répertorient pas. Dans la partie orientale du Midi, on s’embronche. En Suisse romande, on s’encouble. On retrouvera ces mots dans un prochain billet.

Le travail est encore en cours pour les éditions 2018 (les versions actualisées sont sorties le mois dernier). Nous avons contacté DrDico sur Twitter pour savoir où il en était dans son dépouillement. Il nous a indiqué avoir déjà repéré les mots débarouler et rouméguer.

Débarouler

Débarouler entre dans l’édition 2018 du Petit Larousse (dans le petit Robert, le mot figure depuis 2007). Considéré comme typique du parler de Lyon et de sa région (on vous en parlait déjà dans ce billet), le verbe signifie « tomber en roulant » : on débaroule des escaliers ou une piste de ski

1.1_débarouler.png

Figure 3. Pourcentage d’emploi du verbe débarouler dans l’enquête Français de nos regions, en fonction du nombre de participants par département (FR), province (BE) ou canton (CH) est élevée..

Le fait qu’il n’existe pas d’équivalent direct en français commun permet sans doute d’expliquer ce qu’on observe sur la carte ci-dessus, à savoir une dérégionalisation de son emploi. Le plus grand nombre d’utilisateurs ayant indiqué employer le mot débarouler est localisé dans le département du Rhône et alentours ; mais qu’ailleurs en France, le mot n’est pas inconnu, comme le laissent penser les couleurs plus pâle de mauve qui tachettent l’Hexagone.

Rouméguer

Dernier exemple : le verbe rouméguer. Absent du Petit Larousse, il fait une entrée remarquée dans l’édition 2018 du petit Robert, qui le considère comme un mot du Sud-Est, mais que les résultats de notre enquête donnent plutôt comme spécifique à la Gascogne et au Languedoc :

rouméguer_euro.png

Figure 4. Pourcentage d’emploi du verbe rouméguer dans l’enquête Français de nos regions, en fonction du nombre de participants par département (FR), province (BE) ou canton (CH) est élevée.

Rouméguer quelqu’un, c’est le disputer, l’engueuler. On peut aussi rouméguer tout court. Twitter contient une mine d’exemples qui permettent de mieux comprendre dans quels contextes s’emploie ce verbe :

Ce billet vous a plu ?

N’hésitez pas à prendre part à l’une de nos enquêtes en répondant à une vingtaine de questions, dans lesquelles on vous demande si vous utilisez telle ou telle expression dans un certain contexte ; c’est rapide et marrant, gratuit et anonyme :-). Cliquez sur ce lien pour participer si vous venez d’Europe ; sur ce lien pour la version canadienne !

Des régionalismes du parler lyonnais (et alentours)

Ce nouveau billet est consacré aux régionalismes du parler que l’on qualifie de « lyonnais », mais qui peuvent s’entendre ailleurs (en fait, dans une zone dont les frontières correspondent au département du Jura au Nord, du Dauphiné au Sud, à la région du Forez à l’Ouest et à la Suisse romande à l’Est – les connaisseurs auront reconnu que l’on parle de l’aire où on parlait naguère francoprovençal, ou arpitan). Les régionalismes français de cette aire sont fort nombreux, et sont parmi les mieux documentés de la francophonie. Ici, nous n’en mentionnerons que quatre (on passera en revue les autres dans des prochains billets, vous pouvez déjà lire – si ce n’est pas déjà fait – ce billet consacré au « y » objet direct, comme dans la tournure « je vais y faire »).

Débarouler

Le verbe débarouler (on dit aussi débaruler ou débaroler, plus rarement barouler ou redebouler) signifie : « tomber en roulant » ou « dévaler à toute vitesse » (si quelqu’un débaroule les escaliers, c’est qu’il les descend précipitamment,  ou qu’il est tombé dedans ; on peut aussi débarouler aussi une piste de ski). Si vous ne venez pas de la région lyonnaise, il y a peu de chance que vous utilisiez (ou que vous connaissiez) ce mot (c’est d’ailleurs l’un des rares régionalismes de ce parler que l’on ne retrouve pas dans le français de Suisse romande), comme le montre la carte ci-dessous :

debarouler_euro.png

Figure 1. Répartition et vitalité du verbe « débarouler » dans l’enquête Euro-2. Chaque symbole représente le code postal de la localité d’enfance d’un ou de plusieurs participants, plus la couleur est foncée, plus le pourcentage de participants par département (FR), province (BE) ou canton (CH) est élevé.

C’est quelle heure ?

Il existe de nombreuses manières de demander l’heure, mais la variante avec « c' » au lieu de « il » (comme dans « il est quelle heure ») est caractéristique du français parlé dans la région lyonnaise (même la page Wikipédia consacrée au régionalismes de Lyon et de ses alentours recense la tournure !). Personnellement, ce n’est qu’une fois avoir fait cette carte que je me suis rendu compte qu’il s’agissait d’un régionalisme (je suis originaire de la vallée de la Maurienne, en Savoie, et j’ai toujours pensé que tout le monde disait comme moi !).

heure_euro.png

Figure 2. Répartition et vitalité de l’expression « c’est quelle heure » dans l’enquête Euro-2. Chaque symbole représente le code postal de la localité d’enfance d’un ou de plusieurs participants, plus la couleur est foncée, plus le pourcentage de participants par département (FR), province (BE) ou canton (CH) est élevé.

Etendage

Alors que dans le grand ouest de la France on appelle la structure métallique sur laquelle on suspend son linge quand il sort de la machine pour le faire sécher un « tancarville » (en référence à la forme d’un pont situé dans la ville de Tancarville, v. notre précédent billet), dans la région Rhône-Alpes, on appelle ça un « étendage » (ma mère disait un « étend-de-linge », sans doute une déformation par étymologie populaire). Le mot est aussi connu et employé dans la partie méridionale de la Suisse :

étendage_euro.png

Figure 3. Répartition et vitalité du mot « étendage » dans l’enquête Euro-2. Chaque symbole représente le code postal de la localité d’enfance d’un ou de plusieurs participants, plus la couleur est foncée, plus le pourcentage de participants par département (FR), province (BE) ou canton (CH) est élevé.

Caïon (ou cayon)

Ce mot d’origine inconnue désignait dans les patois francoprovençaux le porc d’élevage, et par extension la viande que l’on produit à partir de cette animal. Il n’était pas connu dans les autres dialectes gallo-romans, comme le montre la carte ci-dessous, générée à partir des données de l’Atlas Linguistique de France (les données ont récoltées autour des années 1900) :

cayon_ALF.png

Figure 4. Répartition et vitalité du type lexical « caïon » d’après la carte 1061 de l’ALF. Chaque point représente la réponse d’un témoin.

En français contemporain, le mot est connu par seulement 25% des répondants originaires des deux Savoie, et un peu moins sur les autres territoires à substrat francoprovençal, comme on peut le voir à partir des données obtenues à la suite de notre enquête :

caïon_euro.png

Figure 5. Répartition et vitalité du mot « étendage » dans l’enquête Euro-2. Chaque symbole représente le code postal de la localité d’enfance d’un ou de plusieurs participants, plus la couleur est foncée, plus le pourcentage de participants par département (FR), province (BE) ou canton (CH) est élevé.

Les événements à l’occasion desquels on utilise le mot caïon pour nommer une fête villageoise durant laquelle on rend hommage à la bête autour de la dégustation de sa chair (la « fête du caïon » et son célèbre « concours du cri du cochon » ont lieu chaque année à Annecy (v. la page Facebook de l’événement 2016) ; dans la Broie, on célèbre la « Saint-Caïon » tous les deux ans, v. notamment cet article) devraient contribuer à ce que le mot ne sombre pas définitivement dans l’oubli.

Quel français régional parlez-vous ?

Pour participer aux enquêtes et nous aider à en savoir plus sur la vitalité et l’aire d’extension de certains régionalismes du français (notamment de la région Rhône-Alpes), cliquez ici !